Accueil / Culture / Expositions / Drôles de Dames : Les femmes de la Défense à l’honneur dans toute la France jusqu’en juin 2014 !

Drôles de Dames : Les femmes de la Défense à l’honneur dans toute la France jusqu’en juin 2014 !

 

Les femmes de la Défense : Air, Terre, Mer - partout présentes
Les femmes de la Défense : Air, Terre, Mer – partout présentes

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a inauguré ce jeudi 29 août au palais de Brienne à Paris, une exposition itinérante, consacrée aux femmes militaires, qui à Paris, sera visible jusqu’en octobre sur les murs des locaux du ministère situés sur le boulevard Saint-Germain. Ce sont ainsi 23 femmes, militaires de carrière, présentes lors de cette manifestation, qui ont été photographiées dans leur quotidien de pilote de chasse, de navigateur, de secrétaire au sein du groupement Terre, d’infirmière militaire, de réserviste chef de groupe section Vigipirate, d’ingénieur civil expérimentateur navigant, de chef adjoint,  de gendarme, de directeur de pont d’envol, de mécanicien armement, de chasseur alpin, de pilote d’hélicoptère, de conducteur de chien, de parachutiste, de manœuvrier en surveillance, de convoyeuse de l’air, pour n’en citer que quelques unes. Officiers, sous-officiers ne représentant il y a encore seulement une vingtaine d’années que 8% du total des effectifs militaires, ce sont aujourd’hui environ 60 000 femmes qui dépendent de ce ministère et qui représentent 15% de l’effectif total des militaires. Ce chiffre évoque sans doute un premier commentaire : la part belle est toujours faite à une majorité (prépondérante) de personnel… masculin, certes ! Mais il y a quand même une avancée dans ce secteur traditionnellement dévolu aux hommes, même si l’évolution la plus notoire réside surtout au niveau des affectations : désormais, (à quelques exceptions près – légion étrangère notamment) les femmes militaires ont accès à tous les corps d’armées et à tous les grades ! France Net Infos a rencontré une poignée d’entre elles, tout simplement heureuses d’être sous les feux de la rampe. Elles nous ont confié leur détermination, leur fierté à exercer leur métier parmi les hommes…

Le commandant V. Grosse, 23 ans de carrière dans  l’armée !

Femmes militaires de carrière : les drôles de dames de la République
Femmes militaires de carrière : les drôles de dames de la République

De retour depuis peu du Mali, où elle a été confrontée à une vie très rustique, le commandant nous explique que c’est aux Etats-Unis que l’inspiration de cette carrière lui est venue, alors qu’elle regardait une publicité à la télévision, il y a tout juste 23 ans. D’un tempérament très sportif avec un goût prononcé pour la discipline et l’aventure, une carrière militaire lui a semblé tout naturellement taillée sur mesure pour elle ! Quant au sous sergent chasseur alpin, Lucie, le choix d’une carrière militaire est arrivé dans un second temps, après de longues années passées au sein d’un service marketing d’une société privée. Et son plaisir au travail n’a plus rien à voir avec ce qu’il était auparavant, affirme-t-elle. Elle est épanouie dans son activité et cela fait la différence. Pour d’autres, comme le sergent chef C. Bellon, le choix de cette carrière de soldate est à attribuer au hasard. Un hasard qui est devenu son quotidien depuis 12 ans déjà ! Toutes parlent de leur métier avec enthousiasme, détermination et passion.

Mais que signifie cet engagement  militaire pour les femmes d’aujourd’hui ?

Si on se réfère à notre ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avec l’accès aux écoles de sous-officiers de carrière et aux écoles d’officiers des armes, la professionnalisation de l’armée ainsi que les interventions en opérations, les femmes ont autant de chances pour s’illustrer dans leur activité professionnelle. C’est la première guerre mondiale qui a accéléré l’intégration des femmes dans la société civile mais c’est avec la loi Paul-Boncour de 1938 sur l’organisation de la nation en temps de guerre que sont instaurés les premiers engagements féminins dans les armées, en premier lieu sous statut civil. Par la suite, plusieurs réformes sont venues entériner l’évolution de la place des femmes au sein de la communauté de la Défense. Et les femmes du ministère de la Défense sont fières de porter leur uniforme et fière d’avoir trouvé leur place à côté des hommes. Pour elles, être militaire c’est avant tout porter un uniforme. Un uniforme qui raconte l’histoire de son corps d’armée, de sa section ainsi que sa propre histoire personnelle au sein de cette dernière. En effet,  Terre, Air, Mer, à chacun sa couleur ! Infanterie, cavalerie, chasseur alpin, marine, pilote de chasse, à chacun son emblème ! Et selon son grade, les « gallons » se lisent soit à l’horizontal, soit ils sont en chevrons, pour une lecture, plutôt verticale. (A vous de deviner lesquels désignent les officiers !…)  Et le premier effet de cet uniforme, comme son nom l’indique c’est d’uniformiser, donc à bas les différences : genre, inégalités sociales puisque tout le monde porte les mêmes vêtements. D’ailleurs, selon Lucie, « cela n’intéresse personne de savoir de quelle famille nous venons car intégrer l’armée, c’est un peu comme intégrer une nouvelle famille, avec ses règles et codes spécifiques. Moi, je suis affectée aux ressources humaines et parfois, nous recrutons des personnes qui choisissent de nous rejoindre seulement pour éviter d’être à la rue, et personne ne s’en aperçoit car nous ne sommes jugées que sur nos performances délivrées lors de l’exercice de nos activités. C’est comme cela à l’armée ! ».  Pour le sous-sergent Bellon, « l’armée c’est avant tout vivre une histoire humaine, où l’honnêteté, la sincérité sont maître mots ». Son commandement, elle l’exerce à son image, avec brio et détermination. « Je donne mes ordres de la même manière aux femmes qu’aux hommes et ils savent tous quelles sont les limites. L’armée aujourd’hui ce n’est plus obéis et tais-toi ! C’est vrai que je suis plus à l’écoute, un peu comme une maman parfois, mais quand il faut donner de la voix, je donne de la voix et tout va bien ! ».  Et que répondre à ceux qui pourraient ajouter l’idée que l’expression de la féminité de ces « Drôles de Dames »est toute entravée. Lucie a une réponse toute faite : « c’est vrai que sans pour autant avoir à nous raser les cheveux, le chignon est de rigueur. Mais après, c’est à la discrétion du commandement. Je trouve par exemple que dans l’armée de l’air, il y a plus de tolérance, et pourquoi pas ? Pour ce qui est des uniformes, nos avons une panoplie à notre disposition. Je peux m’habiller en jupe ou en pantalon, c’est moi qui choisis ! »

Appartenir à l’institution militaire signifie aussi adhésion aux valeurs de cette institution, à savoir ouverture d’esprit, être disposé à l’exercice de ses fonctions en métropole ou outre-mer, en temps de guerre ou en temps de paix et pour des missions d’une extrême diversité. Elles peuvent partir en Libye, en Afghanistan, au Tchad, au Liban, en Côte d’Ivoire ou encore au Kosovo. Je demande alors au Commandant Grosse si le mot peur fait parfois partie de son vocabulaire. Elle rétorque immédiatement qu’il n’a jamais existé pour elle, d’une part parce qu’elle a été entraînée pour toute intervention sur le terrain et qu’elle-même en entraîne d’autres aujourd’hui ; d’autre part parce que c’est cela aussi la magie de la maison « armée », le groupe a une telle importante qu’il transcende le personnel. « Et quand il faut y aller, faut y aller ! » confirme-t-elle. Le Sergent chef rapporte à son tour qu’elle est ravie d’être confrontée à des cultures différentes, justement lors des opérations menées hors des frontières françaises et qu’elle est tout aussi ravie d’exercer des rôles différents. Cela lui apporte beaucoup. Cependant, il ne faut pas croire que tout est rose. En effet, pour la majorité de ces Dames, une ombre reste au tableau : le mariage entre vie professionnelle et vie privée !

Nous parlons d’évolution certes, mais des difficultés restent à aplanir : équilibre vie privée & vie professionnelle, égalité professionnelle.

lesfemmesdeladéfense- juriste, pilote de chasse...

C’est le commandant qui souligne la première le seul point noir au tableau : sa vie maritale qui n’a pas résisté à son métier. Bien entendu, elle a choisi son métier ! Et c’est selon elle, une difficulté qui n’est pas suffisamment prise en compte, encore de nos jours. Je m’aperçois tout à coup, qu’au sein du groupe qui m’entoure, il y a effectivement de nombreuses femmes célibataires : le sergent chef, le sous officier… Claire, officier affectée au largage, est la seule engagée dans une relation « stable ». Elle est fraîchement fiancée et elle ne croit pas qu’une d’ombre puisse planer sur son bonheur, ni qu’elle devra un jour décider  entre carrière et vie privée.… Lucie précise :  « je pense qu’il n’y a pas de problème pour celles qui ne sont ici que pour se trouver « un homme, se marier et arrêter quand elles ont des enfants. En revanche, la difficulté persiste pour celles d’entre nous qui ont un réel engagement professionnel».

Du côté officiel, le ministre reconnaît qu’il existe un combat urgent à mener en faveur de l’égalité professionnelle entre hommes et femmes. Ce dernier nécessite des aménagements afin d’aplanir le parcours des femmes dans la réalisation de leur potentiel, quel que soit leur niveau de responsabilité. A cet effet, il a demandé la création d’un observatoire de la parité au début de l’été.

Enfin si nous vivons actuellement une période de tension avec la menace d’une hypothétique action militaire internationale à laquelle la France pourrait prendre part, cette journée dédiée au personnel militaire féminin nous rappelle certes que l’armée  est une institution, mais que celle-ci est constituée d’une communauté d’individus, hommes et femmes, qui avance ensemble vers un même objectif. Vous pourrez les rencontrer dans vos régions à partir d’octobre 2013.

Site du ministère de la Défense

fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

Arles, la 8ème édition « Octobre-Numérique » montre le ON !

Une 8ème édition « Octobre-Numérique » sous le signe du « On », pour allumer les machines et les ...

Lire les articles précédents :
Le RAISMES FEST fête ses 15 ans !!

Les Californiens de Y&T qui avaient enchanté le public en 2008 auront l'honneur de clore ...

Album jeunesse : offrez « T’choupi mange à la cantine » à votre enfant !

Les éditions Nathan ont sorti le 14 août 2013 une nouvelle aventure du petit T'choupi. ...

El Pistolero Alberto Contador
Du beau monde pour le 81ème Grand Prix de Fourmies

Dimanche 8 Septembre aura lieu le 81ème Grand Prix de Fourmies ( Nord).Une course cycliste qui a vu le jour...

Fermer