Julius Corentin Acquefacques, tome 7, L’hyperrêve

L’hyperrêve est le septième tome de la série Julius Corentin Acquefacques, paru aux éditions Delcourt, en octobre 2020. Une bande dessinée particulière, originale, de Marc-Antoine Mathieu, où le héros Julius Corentin Acquefacques se voit prisonnier de son rêve, ou peut-être celui de son voisin…

julius-corentin-acquefacques-t7-hyperreve-delcourtDu plus lointain qu’il se souvienne de cette histoire, Julius Corentin Acquefacques revoit des grains minuscules, lointains, à perte de vue. Il savait qu’il s’agissait de poussières de rêves. Ces dernières auraient pu flotter là, dans l’immensité absolue, indifférentes et indéfiniment, mais le temps et le changement ont fait se conjuguer les poussières. Elles commençaient à dessiner des formes qui devinrent de plus en plus familières. Julius Corentin reconnu ce lieu, faisant naître en lui un sentiment désagréable de sa propre contingence. Au plus fort de cette sensation tout s’acheva. Ainsi, quand il se réveilla, son « une pièce » lui parut étrangement plus étriqué que d’habitude, ou était-ce lui qui était bizarrement plus grand ? Une double hypothèse qui lui fit suspecter qu’il était encore certainement sous l’emprise pseudologique du rêve… c’est alors que de gros yeux le fixaient au-dessus !

julius-corentin-acquefacques-t7-hyperreve-delcourt-extraitLe récit étrange entraine les lecteurs dans les rêves improbables et fous de Julius Corentin Acquefacques, se jouant de tout, l’infiniment, les mots, le dessin et l’irréel. Alors que le héros rêve, son voisin intervient dans ce rêve, qui devient un  hyperrêve, où les deux personnages se confrontent. Un abîme onirique à la puissance infinie, dont il va falloir se sortir, car celui-ci semble sans fin. Un cul-de-sac incompréhensible et fou, offrant des réflexions désopilantes sur la notion d’infini. L’absurde et la créativité définissent cette bande dessinée assez folle, fantasque et pourtant curieuse et bien écrite. Le livre est également bien construit, avec un jeu sur les pages et une page pliée. Le dessin est tout aussi particulier, en noir et blanc, avec un trait plutôt épais, jouant avec les ombres, les tailles, les proportions pour jouer avec ces notions d’infiniment petit et infiniment grand.

L’hyperrêve est le septième tome de Julius Corentin Acquefacques, paru aux éditions Delcourt, qui propose un récit étrange, curieux, où le héros qui est en train de rêver entre en collision avec  le rêve de son voisin, créant un hyperrêve à la puissance infinie…

A propos celine.durindel

A lire aussi

ne-m-oublie-pas-le-lombard

Ne m’oublie pas, une bande dessinée touchante des éditions Le Lombard

Ne m’oublie pas est une bande dessinée d’Alix Garin, parue aux éditions Le Lombard, ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Read previous post:
La baronne du Jazz – Steinkis Éditions – BD

Une BD « hommage » a celle qui fût considérée comme la plus « sauvage » des Rothschild !! …

coaching-seduction
Comment se déroule une séance de coaching séduction ?

De plus en plus de personnes fait appel à un coach en séduction afin de …

immobilier
Achat immobilier à Tel-Aviv : pourquoi faire appel à un courtier en crédit immobilier ?

Dans le cadre de votre projet d’achat immobilier à Tel-Aviv, vous vous êtes déjà préparé …

Close