Accueil / Le meilleur du web / Les produits laitiers « made in UE » en route vers la Chine.

Les produits laitiers « made in UE » en route vers la Chine.

La Chine est en quête de préparations pour nourrissons fabriqués à l’étranger depuis le scandale national du lait contaminé en 2008. L’Irlande compte profiter de la situation et envisage d’y exporter son surplus de lait dès que l’Union européenne aura abolit ses quotas de production en 2015.

vachesCes quotas ont été introduits en 1984 en vue de mettre fin aux surplus quotidiens provenant des subventions agricoles. Ce sera la première fois que les pays de l’UE auront la possibilité d’accroître librement leur production.

L’Irlande fait partie des pays de l’UE les plus ambitieux dans la préparation de la libéralisation. Elle entend augmenter la production laitière de 50 % entre 2015 et 2020. Dublin estime que cette décision permettrait de générer 1,2 milliard d’euros d’investissements et de créer 5000 emplois, ce qui soutiendrait la reprise économique de l’Irlande.

Le marché des préparations pour nourrissons devrait doubler et atteindre 19 milliards d’euros d’ici 2017, selon la société d’étude Euromonitor. Cette hausse de la demande en approvisionnement à l’étranger arrive à un moment propice pour les producteurs européens : ils sont sur le point de sortir du système des quotas laitiers.

Des entreprises laitières chinoises ont déjà conclu des accords en 2012 afin d’investir dans les usines européennes. Biostime s’est par exemple associé au danois Arla Foods et Synutra au français Sodiaal.

Selon le centre de recherche IFCN Dairy Research Centre, la croissance des importations chinoises pourrait théoriquement absorber tous les surplus prévus dans l’UE d’ici 2020. En d’autres termes, environ 7,5 millions de tonnes de lait devraient provenir principalement de l’Irlande et du long de la côte du nord de l’Europe, qui s’étend de nord-est de la France au Danemark.

L’expansion des exportations européennes dépendra toutefois des conditions du marché.

Rabobank International estime que la production de lait de l’UE augmentera de 7 à 8 % entre 2015 et 2020. La banque souligne en revanche que les coûts des États membres de l’UE sont toujours plus élevés que ceux de certains concurrents à l’exportation. La production pourrait aussi être revue à la baisse en raison des contraintes nationales et financières.

Les États membres du Nord partagent des points de vue divergents. Le Danemark et les Pays-Bas ont depuis longtemps accéléré leurs exportations grâce à de grandes coopératives, comme Arla et FrieslandCampina. L’Allemagne, le plus grand producteur laitier de l’UE, promeut déjà le regroupement agricole au sein des systèmes de quota.

L’agriculture perdait du terrain, mais maintenant, elle est considérée comme un bon secteur.

Nos dirigeants Français auront-ils l’énergie pour ça ?

DW

 

A propos Agence

A lire aussi

Sète : « ImageSingulières » fêtent 10 ans de photographie documentaire

Sète, incubatrice de talents, on le savait tous…Mais, ce sont bien les agitateurs culturels de ...

Lire les articles précédents :
Une histoire du monde médiéval

Alors là attention, nous vous présentons aujourd’hui un livre qui doit se trouver dans votre ...

Une histoire du monde antique

Vous êtes amateur d’Histoire ? Plus particulièrement de l’Histoire antique ? Alors voici un livre qui vous ...

Contes et princesses, en roman jeunesse aux éditions Bamboo.

A paraître ce mois de Septembre 2013, aux éditions Bamboo, le premier tome de roman jeunesse, ...

Fermer