Pourquoi j’ai mangé mon placenta, de Jeanne Goujon

Dans “Pourquoi j’ai mangé mon placenta“, Jeanne Goujon raconte ses 5 accouchements. Du plus médicalisé au plus naturel, elle explique comment elle en est venue à manger son placenta. L’acte le plus primaire et animal qu’une femme puisse faire.

Pourquoi j'ai mangé mon placenta - Jeanne Goujon

Résumé

Le 15 juillet à midi, Jeanne va manger son placenta. En entier, comme une sauvage, le sourire aux lèvres, heureuse et triomphante. Sa fille Aria, qui vient de naître sans médecin, sans sage-femme, épanouie de vie, regarde sa mère se nourrir goulûment. Ayant vidé son assiette, Jeanne met sa fille au sein, prend un stylo, et pose les premières lignes de ce livre, qui explique comment et pourquoi cela est arrivé.

Avant cet évènement, il y a eu une série de frustrations : des accouchements déclenchés, médicalisés, et le désir vital mais contrarié de vivre un accouchement naturel. Pour son cinquième enfant, Jeanne prend alors une décision radicale : elle accouchera à la maison, naturellement, avec le père de son bébé, sans aucune aide médicale. C’est ainsi que Aria naît, en pleine forme, et que sa mère va manger son placenta. Un geste qui lui laissera un prodigieux sentiment de puissance et de reconnaissance.

L’autrice témoigne dans cet ouvrage de son expérience d’enfantement hors du commun et de la façon dont elle a renoué instinctivement avec la pratique, habituelle chez les animaux, de manger leur placenta juste après une naissance.

À propos du livre

Parus aux Editions Mama, “Pourquoi j’ai mangé mon placenta” raconte les 5 accouchements de Jeanne Goujon.

Jeanne Goujon débute jeune la maternité en accordant une confiance aveugle au corps médical. Cependant, au bout du troisième enfant, elle n’a toujours pas eu un accouchement naturel. Tous ont été déclenchés, pour une question de confort uniquement. Elle donne vie en se sentant déconnectée, loin du naturel. Alors son quatrième enfant, elle décide de l’avoir chez elle, accompagnée de sa sage femme, de son compagnon et de ses enfants. Et ça a changé sa vie.

Allant de plus en plus loin dans son harmonie avec la nature et dans sa spiritualité, elle décide, pour sa cinquième grossesse, d’accoucher seule, chez elle, sans accompagnement médical ni de sage-femme. Une expérience unique pour elle qui la mènera à suivre son instinct maternel primaire. Comme le font les animaux, le lendemain de son accouchement, elle mange son placenta et raconte ce qu’elle ressent.

Mon avis

Le titre de “Pourquoi j’ai mangé mon placenta” semble choisi à la fois pour choquer et pour normaliser son acte. Dans un environnement de plus en plus médicalisé, qui apporte sécurité sanitaire et confort, il est difficile de se sentir connecté avec la nature. Or, l’accouchement est l’acte le plus naturel qui existe. Quelque chose d’inné. Accoucher ne s’apprend pas. Alors après 5 accouchements différents, Jeanne Goujon a décidé d’écrire ce livre. Avec simplicité, honnêteté et humour, elle déroule son expérience étonnante.

Si le début du livre est un peu teinté de jugement sur la manière dont les autres femmes s’y prennent avec les enfants, le reste s’en détache un peu. Elle raconte ainsi de manière décomplexée son expérience pour rappeler qu’il y a autre chose que les accouchements classiques. Parfois, on peut choisir d’écouter son corps.

Malgré un brin d’extrémisme dans son positionnement, elle partage de nombreuses informations intéressantes. Elle ne cache pas les désagréments que peuvent représenter des accouchements à domicile. Elle relate d’ailleurs divers entretiens qu’elle a eu avec ses sage-femme et gynécologues. Ainsi, bien que paraissant un peu étrange, “Pourquoi j’ai mangé mon placenta” invite à une vraie réflexion sur ce qui entoure l’accouchement. Il serait dommage de s’en priver si on souhaite faire l’expérience de la maternité.

A propos Victoria MARION

Rédactrice littérature, gastronomie, mode, high tech, jeux de société et tourisme/voyage.

A lire aussi

mon-premier-livre-je-fete-noel-langue-au-chat

Mon premier livre – Deux nouveaux titres pour la collection

La collection Mon premier livre, des éditions Langue au chat, se complète avec deux nouveaux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com