Quelles sont les étapes pour arrêter l’allaitement ?

Dans un autre article, nous avons parlé d’un excellent ouvrage paru aux éditions Larousse, qui se penche sur les questions que se posent toutes les mamans. Or, figurez-vous que l’une des plus importantes questions qui titillent les jeunes parents concerne l’allaitement, et en particulier l’arrêt de l’allaitement. En effet, ce moment est une étape décisive qui doit être vécue avec sérénité, à la fois par le bébé et sa maman. Bien évidemment, une bonne préparation psychologique s’impose, mais il faudra avant tout de bons conseils pour vivre l’allaitement en toute tranquillité. Faisons le point sur les étapes du sevrage et de l’arrêt de l’allaitement.

1. Savoir quand arrêter l’allaitement

En France, plus de 50% des mamans nourrissent leur enfant au sein, mais plus de 80% d’entre elles arrêtent d’allaiter plus tôt que prévu. Certes, l’OMS recommande l’allaitement exclusif jusqu’à ce que le bébé atteigne ses 6 mois, mais seules très peu de mères franchissent avec brio cette étape majeure de leur vie de maman. Les obstacles sont nombreux, qu’il s’agisse d’un problème de santé (maladie, infection du sein, crevasses sur le mamelon…), de l’état de santé du bébé ou encore pour des besoins professionnels.

Mais quelles que soient les raisons et les questions que se posent toutes les mamans qui poussent à arrêter l’allaitement, il faut savoir que cette décision n’est pas systématique pour toutes les femmes : vous n’avez pas besoin de sevrer si vous n’êtes pas prête, et à l’inverse, vous n’avez pas non plus besoin de continuer à allaiter si vous ne parvenez plus à réaliser cette tâche. Mais dans tous les cas, quelques conseils pratiques peuvent vous aider à savoir si vous souhaitez continuer d’allaiter votre bébé.

Pour reprendre les directives de l’OMS, rappelons que l’Organisation recommande que les nourrissons soient exclusivement nourris au sein pendant les 6 premiers mois de leur vie. Les aliments plus solides peuvent ensuite être inclus dans leur alimentation à partir des 6 mois. L’allaitement peut alors continuer ainsi pendant 1 an, ou aussi longtemps que la mère et le bébé souhaitent continuer.

De leur côté, les nourrissons de plus d’un an devront utiliser principalement le lait maternel comme complément alimentaire, lequel constitue une source de confort et soutient le système immunitaire.

2. Assurer une nutrition adaptée au bébé

Selon toujours l’OMS, les mamans qui sèvrent complètement leur nourrisson de moins d’un an doivent remplacer le lait maternel par des préparations pour nourrissons ou du lait maternel d’une maman donneuse.

Si les nouveau-nés de plus de 6 mois ont toujours besoin de lait maternel, ils seront également comblés en consommant des aliments plus solides et adaptés à leur âge. Notons seulement que les enfants de moins d’un an ne doivent jamais consommer de lait de vache, de lait de soja ou d’autres produits laitiers.

Il faut savoir qu’au sixième mois, le système digestif de bébé n’est pas encore mature, mais celui-ci peut d’ores et déjà consommer des aliments plus solides que le lait maternel. Une telle alimentation lui apportera une quantité suffisante en protéines, fer et autres nutriments adaptés à son âge. Cependant, il est toujours nécessaire de consulter un pédiatre pour assurer le bon équilibre des nutriments et un apport calorique idéal. Notons d’ailleurs que, selon leur croissance, certains bébés peuvent avoir besoin d’un complément multivitaminé.

3. Venir à bout des facteurs de stress

Arrêter d’allaiter est une décision murement réfléchie qui aura forcément un impact sur la vie de bébé et celle de sa maman. Ainsi, ce processus ne devrait surtout pas commencer dans une période de stress ou encore pendant une période de changements pour l’enfant. Déjà, cette transition difficile constitue un bouleversement en soi, et il est préférable d’éviter tout facteur de stress qui perturberait le bébé.

allaitement

Ainsi, il faut éviter de sevrer si le nourrisson a une poussée de dents ou subit un inconfort physique, ou encore pendant ou après un déménagement. En effet, l’arrêt de l’allaitement se déroulera mieux si l’environnement du bébé est stable au moment du démarrage. Enfin, il faut prévoir aussi que le processus de sevrage prendra quelques semaines.

4. Le sevrage graduel de l’allaitement

Il peut être tentant d’arrêter l’allaitement en une seule fois, au risque de provoquer un engorgement du lait maternel, des crevasses sur le mamelon, voire une détresse psychologique pour la mère et l’enfant. En revanche, une stratégie plus simple consiste à diminuer progressivement le nombre de tétées sur plusieurs semaines.

L’idéal est ici de commencer par la tétée qui semble la moins importante pour le bébé, ou encore la période où le bébé tète le moins. Il faut accorder quelques jours au nourrisson pour qu’il puisse s’adapter avant d’arrêter la prochaine tétée. Répétez ensuite cette opération pour supprimer tétée après tétée, jusqu’à ce que vous atteigniez la dernière.

En ce qui concerne la dernière tétée, qui se produit généralement tôt le matin ou tard le soir, celle-ci est souvent la plus redoutée par les jeunes mamans. Or, il est essentiel de laisser du temps au bébé pour s’adapter, raison pour laquelle de nombreuses mamans choisissent de poursuivre cette dernière tétée pendant plusieurs mois.

5. Que faire contre l’engorgement des seins ?

Le sevrage consiste à supprimer les tétées une à une : votre organisme va donc devoir s’adapter progressivement à cette nouvelle habitude, et il va forcément diminuer sa production de lait. Il faut savoir que cette adaptation ne sera pas immédiate mais prendra jusqu’à 5 jours, ce qui occasionnera des symptômes plus ou moins importants : sensation de seins tendus, durs voire douloureux. En cas d’inconfort prolongé, il est préférable de traiter cet engorgement, susceptible d’entraîner une inflammation des canaux lactifères ou encore une fièvre.

En revanche, si cette méthode ne suffit pas à soulager les symptômes, il faut alors opter pour les dispositifs comme le tire-lait ou le coquillage d’allaitement (plus d’infos à consulter sur https://www.coquillage-allaitement.info). Toutefois, attention en manipulant ces accessoires car vous ne devrez pas extraire la totalité de votre lait mais seulement la quantité excessive qui occasionne la douleur sur vos seins. Autrement, vous risquez de provoquer un autre engorgement qui sera plus difficile à contrôler.

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

Marché de la cigarette électronique : une évolution attendue de 5 % à 10 % d’ici 2023

Selon une récente étude de Xerfi, la cigarette électronique affiche de belles et prometteuses perspectives …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Read previous post:
La vidéo d’entreprise, un incontournable pour vous démarquer

En tant que dirigeant d’entreprise, votre principal souhait est de vous démarquer, d’attirer plus de …

leonard-t51-genie-du-crime-le-lombard
Léonard, tome 51, Génie du crime

Génie du crime est le cinquante-et-unième tome de Léonard, paru aux éditions Le Lombard, en …

routine bonne mine
Routine bonne mine – Soins & Make-up légers pour l’été

Lorsque l’été pointe le bout de son nez, j’évite de trop me maquiller afin de …

Close