Accueil / Culture / Robert Plant « Carry Fire »

Robert Plant « Carry Fire »

Dans ce nouvel opus Ambiances orientales planantes, , Robert Plant a conservé intact cette « voix » suraiguë , inimitable, identifiable entre mille qui envoûta autrefois des stades entiers avec son groupe légendaire : Led Zeppelin.

 

Robert Plant « Carry Fire »Pas si simple de faire carrière après Led Zeppelin. Après plusieurs  décennies à se chercher musicalement avec des albums solos plutôt « sages », loin des excès du passé Robert Plant a retrouvé une liberté artistique, un plaisir total de chanter.

Ne rêvez plus. Il n’y aura plus de tournée mondiale de Led Zeppelin. Ainsi en a décidé leur charismatique chanteur Robert Plant. Une bonne raison de se pencher sur ce « Carry Fire ».

L’album s’ouvre avec «The May Queen «. Dès les premières mesures, le ton est donné. Cette chanson réveille de vieux souvenirs. On y retrouve ces inspirations folk-rock tirées des musiques populaires anglo saxonnes et du Moyen-Orient dues notamment à ces djembés, ces tambours amérindiens, ce violoncelle aux sonorités cajun obsédantes. Dans « New World », les guitares ricochent, la batterie martèle, on retrouve ici une tranche de mysticisme qui évoque le Led Zeppelin d’antan. Idem sur ce spirituel « Carry Fire « où ce oud oriental hypnotique vous ensorcelle de part en part. Le chanteur compositeur vibre de tout son être à la puissance de sa musique. « Bluebirds Over the Mountain », magnifie le titre original d’Ersel Hickey enregistré en 1958 qui fût repris en 1968 par les Beach Boys. Les musiciens de Plant lui donnent une nouvelle jeunesse, un petit côté Radiohead avec ses guitares peuplées de sonorités électroniques. Le très rock blues « Bones Of Saints » charpenté de dobro et de slide guitar rappelle lui aussi le Led Zeppelin que l’on aime. Chanson d’amour ou prière mystique, le doux « A Way With Words » est présenté juste piano voix, rehaussé au final de nappes de cordes délicates. Un des moments particulièrement envoûtant de ce très bel album. Rares sont les chanteurs des 70’s qui parviennent à faire évoluer le rock. Robert Plant est de ceux là. Curieux et inventif, il donne un sérieux coup de lifting au genre en s’appuyant autant sur ces influences rock psychédélique d’hier que sur le delta blues, la transe africaine et l’electro d’aujourd’hui. La grande richesse musicale que l’on trouve tout au long de ses onze titres prédit une longue vie à cet album.   Une scène parisienne l’an prochain ?

 

Jean-Christophe Mary

 

Titres

  1. The May Queen  
  2. New World… 
  3. Season’s Song  
  4. Dance With You Tonight  
  5. Carving Up the World Again… A Wall and Not a Fence 
  6. A Way With Words 
  7. Carry Fire  
  8. Bones of Saints   
  9. Keep It Hid  
  10. Bluebirds Over the Mountain  
  11. Heaven Sent  
fr.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos jean-christophe.mary

A lire aussi

Les p’tits diables, tome 24, Prof et sœur !

Prof et sœur ! est un nouveau tome pour Les p’tit diables, d’Olivier Dutto, un vingt-quatrième ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Pause Café : La loi du Talon revue et corrigée par Les Franglaises

Chaque lundi nous vous partageons de quoi animer votre Pause café. Que vous ayez ou ...

Le calendrier de l’Avent Tut Tut Bolides pour les tout-petits

Vtech, société multinationale et numéro un mondial du jeu éducatif électronique, propose, cette année encore, ...

Noël à Trévarez 2017

Vous connaissez certainement, les aventures d'Alice au pays des merveilles. En êtes-vous si sûr ? ...

Fermer