Sam, tome 2, Chasseurs de robots, chez Dargaud.

sam-tome2-chasseurs-de-robots-dargaudEn librairie depuis début juin 2013, le deuxième tome de Sam, Chasseurs de robots, de Richard Marazano et Shang Xiao, entraine le lecteur dans futur post-apocalyptique, où un groupe d’adolescents tentent de survivre, et d’échapper à des machines programmées pour les exterminer.

Dans un futur probable, dans les vestiges d’une ville, un groupe de jeunes essai d’attraper quelque chose qu’ils ont coincé au fond, ils arrivent à déloger un rat qui leur servira de festin. Le repas terminé, un adolescent, Yann, s’isole et repense aux évènements passés, il y a un an : Sam, un robot l’a sauvé, ainsi qu’Ella, des griffes des unités araignées, un piège tendu… Ella lui demande de revenir sur terre et d’arrêter de penser à Sam, de croire qu’il est bon, que tout cela est bien loin et qu’il faut retourner auprès des autres afin de se rendre à la planque. Lors de leur retour, les adolescents tentent de rentrer par les tunnels du métro, mais lors de leur passage, ils se font attaquer par une machine…

sam-tome2-chasseurs-de-robots-dargaud-extraitRichard Marazano écrit un scénario un peu figé, effectivement, les personnages n’avancent pas énormément au début du récit, mais le lecteur en apprend un peu plus sur eux. Enfin vers la fin du tome, le groupe d’adolescents se voient confier deux missions d’affilées, ce qui relance une dynamique dans le scénario. La relation entre Yann et Sam est touchante et profonde, le robot semble doté de sentiments plus qu’humain. Le décor urbain, les vestiges, sont très bien travaillés et détaillés par le dessinateur Shang Xiao, qui apporte sa touche un peu manga, dans cette histoire proche de la science-fiction. Un trait lumineux, juste et émotif apporte de la sensibilité à cette œuvre.

Ce deuxième tome de Sam, révèle au lecteur les relations qu’on les adolescents entre eux, et apporte une touche d’humanité, au travers le récit et les cases, dans un robot qui vient en aide aux enfants.

A propos celine.durindel

A lire aussi

Le Mannequin, une comédie surréaliste de Simone Berno

Le Théo Théâtre situé dans le 15ème à Paris a du flair pour dénicher des …

Un commentaire

  1. Des bandes dessinées de ce genre, on en fait vraiment plus, du moins dans l’hexagone. Toutefois, en lisant le résumé, j’ai comme une impression de déjà vu. Comme sic’était un petit mixage de mangas japonais. Espérons bien que l’auteur saura nous tenir en haleine tout au long de l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com