Accueil / Culture / Littérature / BD / Section infini, Perdu dans le temps, le premier tome aux éditions Le Lombard.

Section infini, Perdu dans le temps, le premier tome aux éditions Le Lombard.

section-infini-t1-perdu-dans-temps-le-lombardParu début février 2014, aux éditions Le Lombard, le premier tome de Section infini, Perdu dans le temps, de Laurent Queyssi pour le scénario et Greg Tocchini pour le dessin, est une bande dessinée qui entraîne le lecteur dans une aventure temporelle, à travers quatre albums prévus, pour la première saison…

1907, à Urville deux hommes, Pierre Charlet, propriétaire d’une exploitation de fer et Samuel Johnson, journaliste, se sont donné rendez-vous pour écrire un papier sur la mine. Mais une toute autre affaire semble intéressée Pierre Charlet et veut en parler à son ami, sans que tout ceci s’ébruite… Ils sont bientôt interrompus par le contremaître qui vient à leur rencontre, des phénomènes étranges se produisent et le journaliste serait un expert en ces questions inexpliquées, la femme de Pierre, Jeanne, lui a parlé de cet homme. Un bosquet est complètement givré, alors que le printemps est déjà arrivé et que les températures ne sont plus négatives ! Les hommes constatent, sans explications rationnelles, les arbres givrés qui les entourent, un phénomène inexpliqué dont le journaliste avait déjà entendu parler. De retour à Paris, les deux hommes, sur le chemin de l’appartement de Pierre Charlet, discutent des experts en phénomènes étranges et l’invite à venir voir un objet curieux que Jeanne a trouvé, il y a quelques mois dans la rue… Arrivés à travers les carreaux, et s’écrasée au sol. Samuel réagit rapidement en voyant un homme près de la fenêtre d’où vient de tomber Jeanne…

section-infini-t1-perdu-dans-temps-le-lombard-extraitL’intrigue de Laurent Queyssi prend rapidement, en effet ces phénomènes inexpliqués qui se répètent dans le temps, en 1907, en 2014, et ces êtres qui semblent tatoués que le lecteur découvre que par petits morceaux, des pirates qui seraient capables de faire des sauts temporels sous l’effet d’une explosion. La section infini qui travaille pour découvrir qui sont ces êtres étranges et qui apprennent en même temps que le lecteur qui ils sont, alors que cela fait un siècle qu’ils essaient de les traquer. Autrement dit beaucoup de questionnement autour de cette section inconnue et qui ne devrait plus existée, de ces êtres qui ont le pouvoir de d’aller et venir dans le temps et de ces phénomènes étranges où des bosquets givres en plein printemps, mais également de l’action, des fusillades, explosions dynamisent la bande dessinée. Le dessin de Greg Tocchini est dynamique, très fluide, qui peut laisser penser que certains traits sont à peine achevés, le style plaira plus ou moins.

Ce premier tome de Section infini, Perdu dans le temps, est un album intéressant et dynamique pour une nouvelle série d’aventure et de science-fiction, mais qui offre que trop peu de réponses à toutes les interrogations que peut apporter la lecture.

A propos celine.durindel

A lire aussi

Kill or be killed, le deuxième tome

Ed Brubaker et Sean Phillips, poursuivent leur thriller, Kill or be killed, une tétralogie angoissante, ...

Lire les articles précédents :
Marcelino Truong :Une si jolie petite guerre

Dans cet ouvrage autobiographique, Marcelino Truong raconte deux ans de son enfance passée au Vietnam, ...

Le poisson perroquet, un album farfelu des éditions Nathan.

Paru le 20 février 2014, aux éditions Nathan, Le poisson perroquet est un album, d’Amanda ...

CERZA : Safari africain en Normandie

Si l’on allait au CERZA à moins de 2h de Paris,pour vivre des journées « ...

Fermer