Accueil / Culture / Musique / Sortie du nouvel album d’Akroma, « La Cène »

Sortie du nouvel album d’Akroma, « La Cène »

images (4)

La Cène, le nouvel opéra-rock de la scène métal?

Repens-toi, petit lecteur qui as osé songer à cette célèbre comédie musicale dont on taira le nom! L’équation est pourtant simple: une guitare + une basse + une batterie + du chant extrême + une chanteuse lyrique + des morceaux dialogués + une construction théâtrale = Akroma. Opéra-rock, donc.

Petit bafouillage à l’usage des non-initiés:

Parce que l’univers du métal – et ses innombrables sous-catégories – n’est peut-être pas le pain quotidien du plus grand nombre, France Net Infos vous donne quelques pistes pour vous guider dans le très macabre petit monde d’Akroma.

Rattaché à la mouvance du métal symphonique extrême, Akroma se définit par un style sombre et lyrique à la fois, dans lequel les hurlements d’Alain (le chanteur à la voix écorchée) se marient à merveille avec la douce voix de Laura (la soprano qui lui donne la réplique). Avec La Cène, le groupe offre un troisième album aux accents plus symphoniques que les précédents. Toutefois, pas d’orchestre symphonique ici, ni de souffle épique, à l’image d’un Nightwish. La démarche est toute autre, plus agressive, plus malsaine, et surtout plus inédite. Dialogues entre un nouveau Messie, guide spirituel d’une secte, et les douze apôtres de Jésus – incarnés par douze chanteurs reconnus de la scène métal – chaque morceau se présente comme un fragment indépendant des autres, cependant ancré dans un ensemble harmonieux.

Après Sept, sorti en 2006, traitant des sept péchés capitaux, puis Seth, sorti en 2009, ayant pour thème les dix plaies d’Égypte, Akroma poursuit sa route et ses obsessions en investissant une fois de plus un thème biblique, ici le dernier repas du Christ, partagé avec ses douze apôtres. Envisagé comme un « concept-album » très scénarisé, cet album puise dans cette ressource inépuisable qu’est la Bible, afin de créer une nouvelle histoire à partir du texte sacré. Cène d’un nouveau genre, le dernier repas se fait lieu de procès et de jugement des apôtres.

Œuvre totale, marquée par une volonté de perfection formelle, La Cène résulte d’un dur labeur de quatre années et le résultat est là. Douze morceaux portant chacun le nom de l’un des apôtres du Christ, des textes travaillés jusqu’à la rime, une alternance de voix et de rythmes tout à fait bienvenue, rien n’est laissé au hasard dans cet opus crépusculaire. De même la performance vocale d’Alain Germonville, dont l’agressivité, la variation des tonalités et le débit de paroles exceptionnel enchantent – ou insupportent – mais ne laissent assurément pas indifférents.

Alain chanta et l’obscurité fut. On aime ou on n’aime pas.

N’oublions pas non plus la magnifique prestation de Laura Kimpe, dont les litanies lyriques et oniriques scandées au fil des « épisodes » apportent une touche de douceur dans cet ensemble vocalement agressif. Sorte de conscience sourde du protagoniste, la chanteuse lyrique répond aux incantations souterraines d’Alain par des envolées marquées par le sceau de la grâce.

A ceux qui aiment se faire éclater les tympans, nul doute que vous ne serez pas lésés. Pour information, le dernier titre, « Judas », s’ouvre sur un effrayant cri prolongé, qui devrait vous ravir. Peut-être le morceau qui « heurte » le plus; viscéral, rapide et oppressant, il se fait explosion jouissive dès l’instant où Laura Kimpe l’irradie de sa divine voix…n’attendez plus, préparez votre plus jolie danse macabre et venez rejoindre la secte d’Akroma.

A ceux qui ne mangent pas de ce pain-là, prenez au moins le temps d’écouter les chansons jusqu’au bout, vous serez surpris par la variété, autant rythmique que vocale. L’alternance entre passages symphoniques et plus « brutaux », ainsi que les changements de voix (trois voix se répondent) à l’intérieur même de chaque morceau, feront peut-être frétiller vos délicates oreilles. Des morceaux qui se suivent mais ne se ressemblent pas, parole d’auditrice attentive. Allez voir du côté de « Barthélémy », c’est notre coup de cœur.

Quant aux paroles, obscures à tous points de vue, on vous laisse le soin de les découvrir et de les comprendre par vous-mêmes (si tant est que nous les ayons comprises)…lisez-les, relisez-les et trouvez les indices disséminés par les concepteurs, afin d’en tirer la « substantifique moelle ».

Artiste : AKROMA
Titre : La Cène
Format : LP 12 titres
Label : FANTAI’ZIC
Distributeur : Absilone / SED
Sortie : 24 mars 2014 (physique et numérique)
Style : Métal extrême symphonique

LINE-UP

Alain « Bob » Germonville : chant
Matthieu Morand : guitare, orchestrations
Laura Kimpe : chant
Pierre-Yves Martin : basse
Thomas Das Neves : batterie

 

A propos Mikael Buffard

A lire aussi

Alcajazz : l’Alcazar de Marseille célèbre le jazz

Á l’occasion du festival Marseille Jazz cinq continents, la bibliothèque municipale à vocation régionale de ...

Lire les articles précédents :
Deux nouveautés dans la collection « Adopte moi » (Fleurus)

La collection "Adopte moi" se pare de deux nouveautés pour les enfants aux éditions Fleurus. ...

Marry Me box ou la box pour bien préparer votre mariage !

Des box comme vous le savez, il y en a beaucoup. Tellement que nous nous ...

Le Nice jazz festival du 8 au 12 Juillet

Mr  Christian Estrosi (maire de Nice) est venu nous présenter avec Mr Dimitri Triadafillidis (directeur ...

Fermer