“Ailleurs si j’y suis” au cinéma : rencontre avec le réalisateur François Pirot et l’acteur Jackie Berroyer

« Ailleurs si j’y suis », c’est le titre du dernier film du réalisateur belge François Pirot qui sortira en salles mercredi 29 mars. Mathieu, interprété par Jérémie Rénier, se trouve à un moment de sa vie où plus rien ne va. Son patron (Jean-Luc Bideau) lui met la pression en lui proposant de reprendre son entreprise. Alors qu’il est en pleine séparation, sa femme (Suzanne Clément) lui fait comprendre qu’il faut très vite vendre leur maison. Quant à son père (Jackie Berroyer), convaincu qu’il va mourir, il lui emprunte sa scie circulaire pour construire son propre cercueil. D’autres que Mathieu, arrivés comme lui à la quarantaine, auraient sans doute sombré dans une dépression ou fait un burn-out. Lui choisit d’aller ailleurs, comme l’indique le titre. Un ailleurs pas très éloigné puisqu’il s’agit de la forêt qui borde son jardin. Un jour, il décide d’y suivre un cerf qui le conduit près d’un lac. Cette petite escapade aurait pu durer quelques heures mais Mathieu se sent tellement heureux dans cette forêt qu’il décide d’y passer plusieurs jours…. Sa décision ne sera pas sans conséquences sur ses proches.

Voilà le point de départ de ce film à la fois poétique, décalé et loufoque qui questionne, l’air de rien, sur la liberté, sur le bonheur ou sur la société de consommation. Trois thèmes qui s’entremêlent tout au long du film. Seul le personnage de Mathieu ose, sans scrupules, aller à l’encontre de ce que la société attend de lui. Face à son départ inattendu, ses proches, eux, ont beau essayer de faire prendre à leur vie un autre tournant, ils échouent et retournent, en quelque sorte, à la case départ.

En novembre dernier, « Ailleurs si j’y suis » avait été présenté en avant-première aux Rencontres cinématographiques de Cannes. A cette occasion, nous avions pu rencontrer le réalisateur François Pirot ainsi que l’acteur Jackie Berroyer.

France Net Infos : Le film est plein d’humour et invite aussi à la réflexion. Comment l’idée d’un homme qui décide un jour de quitter sa vie et de se réfugier dans la forêt vous est-elle venue ?

François Pirot : Il y a très longtemps, j’avais entendu parler de Henry David Thoreau, le philosophe américain de la fin du XIXe siècle et de son livre Walden, ou la Vie dans les bois. Il y racontait son expérience : il s’était s’isolé, pas très loin de chez lui, le long d’un étang. Je m’étais alors dit que c’était facile de faire un pas de côté et sans grande gravité. Cette expérience, qui peut paraître extrême aux yeux des autres, peut s’avérer bénéfique. Je me suit dit que j’allais faire un personnage qui allait vivre cette situation. Ce qui m’intéressait aussi, c’était quelle influence cet acte-là pouvait avoir sur les autres. J’avais aussi envie de faire un film avec plusieurs personnages, un peu déconnectés d’eux-mêmes et dans le déni de ce qu’ils sont en train de devenir. Ils essayent de trouver des échappatoires qui leur permettent, à la fin, de retrouver un peu de lucidité.

France Net Infos : Jackie Berroyer, vous incarnez le père de Mathieu (Jérémie Rénier). Comment définiriez-vous votre personnage ?

Jackie Berroyer : En lisant le scénario, je voyais bien l’angle général du film. Je pensais néanmoins que l’idée de faire construire à mon personnage son propre cercueil risquait d’être un peu grotesque et décalée du reste. Mais François défendait son idée et il y croyait, de par ma manière d’être et ce qui émane de moi. Il ne l’aurait peut-être pas proposé à d’autres.

François Pirot : En me demandant si je n’en faisais pas trop avec ce cercueil, Jackie m’a permis de réfléchir à certains éléments pour que ça ne soit pas grotesque justement. C’est un plaisir de travailler avec Jackie car il réfléchit à ce qu’on fait.

France Net Infos : Votre personnage a envie qu’on s’intéresse à lui…

Jackie Berroyer : Il fait partie de ces gens qui veulent qu’on leur prête de l’attention mais il n’arrive pas à le formuler. On peut reconnaître un type assez courant de gens.

France Net Infos : Plusieurs personnages gravitent autour de Mathieu. Ils ont peu de scènes finalement mais chacune a son importance…

François Pirot : Oui, ils se croisent peu. Ce sont presque cinq courts métrages. Les personnages sont caractérisés de façon un peu forte car il y a peu de temps pour les présenter vraiment. Ces éléments-là sont volontairement un peu outrés car je savais que j’avais besoin d’appuyer rapidement sur la pédale. J’assume complètement que ces personnages soient des archétypes, à des moments charnières de leurs vies.

France Net Infos : Finalement, on sort du film en se disant qu’il n’est pas utile d’aller loin pour se sentir déconnecté….

François Pirot : Ce qui me plaisait dans l’idée du film, c’était aussi que le sentiment d’être loin et déconnecté n’était pas une question géographique. Il peut se vivre à côté de chez soi. C’est plus une question d’ attitude et de lâcher prise que de distance à parcourir.

« Ailleurs si j’y suis » de François Pirot avec Jérémie Rénier, Jean-Luc Bideau, Suzanne Clément, Jackie Berroyer, Samir Guesmi… au cinéma le 29 mars.

A propos Laurence

A lire aussi

la-premiere-nee-T1-les-chroniques-de-saylok-Charleston

La Première née – Les chroniques de Saylok

La première née est un roman de fantasy, d’Amy Harmon, qui débute avec ce premier …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com