Beau succès pour la 17e édition du festival C’est Pas Classique

La 17e édition du festival « C’est Pas Classique » s’est déroulée à Nice le week-end dernier. Depuis sa création, cet événement entièrement gratuit, connaît un immense succès auprès du public. Cette édition 2022 avait une saveur toute particulière puisque c’était la dernière au Palais Acropolis de Nice, avant sa destruction. Cette 17ème édition, particulièrement réussie, avec des artistes de renom, a attiré chaque jour, plusieurs milliers de spectateurs, tous âges confondus. Chaque année, C’est Pas Classique est un rendez-vous très attendu par les habitants des Alpes-Maritimes. Cette fois encore, le public s’est pressé au Palais Acropolis et notamment dans la salle Apollon qui a affiché complet pour tous les spectacles. Retour sur cette édition 2022 qui aura marqué l’histoire de ce festival emblématique.

Plusieurs temps forts : Grupo Compay Segundo, Johnny Symphonique Tour, Thibault Cauvin & Guests

Vendredi soir, c’est dans une ambiance cubaine que s’est ouverte cette 17ème édition, en présence de Charles Ange Ginésy, président du Département des Alpes-Maritimes et d’Eric Ciotti, Député et Président de la Commission des Finances du département.

Accompagné par l’Orchestre national de Cannes sous la direction de Benjamin Lévy, le groupe cubain a fait lever la salle Apollon en interprétant notamment les mythiques « Guantamera » et « Besame Mucho ».

Samedi soir, malgré le match de coupe du Monde opposant la France à l’Angleterre, la salle était comble pour faire un triomphe à « Johnny Symphonique Tour ». Cinq ans après la disparition de Johnny Hallyday, Yvan Cassar, qui a été son directeur musical pendant plusieurs années, lui a rendu un magnifique hommage en concevant et en dirigeant un spectacle unique mêlant la voix du chanteur captée sur scène à l’Orchestre Philharmonique de Nice accompagné par son choeur composé d’une quarantaine de choristes. Johnny semblait sur scène avec les musiciens, ajoutant ainsi encore plus d’émotion et de trouble à ce magnifique concert. Bien sûr, nous avons pu entendre les plus grands titres du chanteur ( « Que je t’aime » a ouvert magnifiquement le concert) mais aussi quelques-uns moins connus et des reprises comme « Ne me quitte pas ». Le public de la salle Apollon, conquis et ému, a ovationné, débout, Yvan Cassar et l’orchestre philharmonique de Nice. Avant le démarrage de la tournée l’année prochaine, c’est à Nice que cette création hors-norme a été jouée en exclusivité. De plus, cette soirée a fait l’objet d’une captation pour France Télévisions. Ceux qui n’auraient pas eu la chance d’assister à ce très beau concert pourront donc se consoler en le regardant prochainement sur le petit écran.

Dimanche, pour clôturer ce festival décidément pas comme les autres, le virtuose de la guitare Thibault Cauvin, amoureux des rencontres improbables et de la magie des instants, a invité sur scène à ses côtés le joueur de Kora Malien Ballaké Sissoko et le guitariste de rock Yarol Poupaud. Porté par l’orchestre national de Cannes, les trois musiciens ont mêlé leurs univers le temps d’une soirée, pour le plus grand bonheur du public.

De nombreux spectacles dans les autres salles

Hormis ces trois temps forts, cette édition de C’est Pas Classique a réservé de belles surprises au public, qui, dès son arrivée dans le hall du Palais Acropolis, ne pouvait qu’être subjugué par le spectacle Flying Piano et la talentueuse Mélissa Sgorlon.

Dans la salle Athéna, les concerts et les spectacles se sont succédé, affichant tous complet. Samedi, les Muses, un quatuor à cordes électriques féminin de formation classique, accompagnées du contre-ténor mezzo, Michaël Koné Saki, ont fait preuve d’une belle énergie avec le spectacle KodeX, en revisitant les airs les plus connus du répertoire classique mais aussi des titres de rock de Muse ou de Radiohead ! Une mixité musicale savoureuse qui a enchanté le public.

Dimanche, la salle Athéna a servi d’écrin à deux artistes romantiques servis par deux interprètes de talent avec “Une nuit chez Musset”. En écoutant  ce concert littéraire et en voyant sur scène la pianiste Hélène Tysman et le comédien Francis Huster, le temps semblait comme suspendu. Les ballades de Chopin répondaient à la poésie de Musset dans une sorte de dialogue artistique émouvant. Le public a réservé un très bel accueil à ce spectacle mêlant la musique et la littérature et à Hélène Tysman et Francis Huster, qui ont mis leur talent au service de ces artistes.

Cette 17e édition de C’est Pas Classique a été, comme les précédentes, un immense succès. Le festival donne rendez-vous au public l’année prochaine, probablement dans une autre ville des Alpes-Maritimes.

A propos Laurence

A lire aussi

Rencontre avec Clara Ysé

Hier soir, les spectateurs du Fort Antoine de Monaco ont vécu un moment de grâce, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com