Accueil / Culture / Cinéma / Bilan et Palmarès du 72e Festival de Cannes

Bilan et Palmarès du 72e Festival de Cannes

Le Festival de Cannes s’est achevé samedi dernier. De l’avis de tous, cette 72e édition a tenu toutes ses promesses. Les « nouveaux », comme Ladj Ly et son film coup de poing Les Misérables ou Mati Diop avec son poétique Atlantique, ont créé la surprise et ont séduit le jury qui leur ont décerné des prix. Quant aux « anciens » et habitués du Festival, ils n’ont pas déçu en présentant des films parfois flamboyants, tels Pedro Almodovar avec Douleur et gloire ou Terrence Malick avec le magnifique Une vie cachée.

Lors de la conférence de presse de présentation du festival, Thierry Frémaux avait présenté cette édition comme « politique » et « poétique ».  En effet, de nombreux cinéastes ont dressé un état des lieux et ont montré la société dans laquelle nous vivons. Ladj Ly avec Les Misérables tire la sonnette d’alarme en montrant la situation explosive dans les banlieues. Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles ont filmé un Brésil en proie à une très grande violence dans Bacurau. Ken Loach, toujours en colère, avec Sorry we missed you,  fait le portrait d’un homme happé par le travail et par un employeur qui lui en demande toujours plus. Mati Diop, l’une des grandes révélations de cette édition, évoque dans un son poétique  Atlantique, la situation des migrants. Les frères Dardenne avec Le jeune Ahmed se sont attaqués à la radicalisation en suivant un jeune adolescent, qui oscille entre la vie et le passage à l’acte. Le réalisateur palestinien Elia Suleiman, se met en scène dans It must be heaven et s’ interroge sur la notion d’identité.  Quant à Bong Joon Ho qui a remporté la Palme, il montre les inégalités sociales de son pays dans Parasite, une satire féroce, filmée comme un thriller.

Les films français présentés cette année ont eu les mérites de recevoir (presque) tous les faveurs du jury, du public et de la presse. Ladj Ly a secoué la Croisette dès le deuxième jour avec Les Misérables. Arnaud Desplechin, en changeant de registre et en filmant le réel, a séduit avec Roubaix, une lumièreSibyl, le dernier film de Justine Triet, présenté en compétition vendredi soir a apporté un vent de fraîcheur sur la Croisette avec la formidable Virginie Efira, en psy-écrivain perdue. Céline Sciamma a présenté sans doute l’un des plus beaux films de la sélection, porté par magnifique duo d’actrices Noémie Merlant-Adèle Haenel : Portrait de la jeune fille en feu. L’histoire d’amour impossible entre deux jeunes femmes au XVIIIème siècle a touché les festivaliers. Seul Abdellatif Kechiche a divisé avec Mektoub my love : Intermezzo et ses interminables scènes en discothèque.

Cette édition a été marquée par plusieurs temps forts. Nous retiendrons dans nos mémoires l’émotion d’Alain Delon recevant sa Palme d’Or d’honneur, la venue de l’équipe du film de Once Upon a time in Hollywood avec Tarantino, Brad Pitt et Leonardo di Caprio attirant un monde fou aux pieds des marches ou dans le palais à leur arrivée à la conférence de presse, la présentation de Les plus belles années d’une vie de Claude Lelouch avec Jean-Louis Trintigant et Anouck Aimé, l’un des moments les plus forts de cette quinzaine, et dans un tout autre registre la masterclass de Sylvester Stallone, qui a fait salle comble.

 

Voici le palmarès de cette 72e édition :

Palme d’Or : Parasite de Bong  Joon-Ho

Grand  Prix : Atlantique de Mati Diop

Prix de la mise en scène : Le jeune Ahmed de Jean-Pierre et Luc Dardenne

Prix du jury ex aequo : Les misérables de Ladj Ly et Bacurau de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles

Prix d’interprétation masculine : Antonio Banderas dans Douleur et gloire de Pedro Almodovar

Prix d’interprétation féminine : Emily Beecham dans Little Joe de Jessica Hausner

Prix du scénario : Céline Sciamma pour Portrait de la jeune fille en feu

Mention spéciale : Elia Suleiman pour It must be heaven

Palme d’Or du court métrage  : The distance between us and the sky de  Vasilis Kekatos. Mention special du jury à Monstruo Dios s d’ Agustina San Martin

Caméra d’Or : Nuestras madres de Cesar Diaz (présenté à la Semaine de la Critique)

A propos laurence ray

A lire aussi

Exercices de bien-être au coeur de la forêt de Laurence Paganucci

Les excellentes éditions Bussière présentent un manuel doux et bienveillant pour nous aider à nous ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
header
Eden Tome 2 : Révélation finale !!

Suite et fin du diptyque d’anticipation « Eden », publié le 22 mai aux Éditions Rue de ...

Revolution in the Head : Les enregistrements des Tomorrow Never Know et les sixties

 Le critique musical anglais Ian Macdonald nous raconte la génèse des 241 titres composés par ...

Nouveau à Lyon : Les instituts HIPPOCRATES s’occupent de votre santé

Les Instituts HIPPOCRATES ont ouverts leurs portes à Lyon en décembre dernier. Instituts VIP de ...

Fermer