Dandara : entre rêve et réalité – Éditions Akata

Un jeune comédien, actant la plupart du temps en tant que victime pour mettre en valeur l’acteur principal, se réveille un beau jour dans la peau d’un célèbre samouraï !! Dandara nous raconte son histoire, entre rêve ou réalité, entre doutes ou folie. Et si son passage du monde contemporain au Japon médiéval n’était en fait qu’une illusion ?

Un shojo intrigant et psychologique, en one shot, disponible aux éditions Akata depuis le 23 juin 22. (+13)

dandara-cover.jpg
Dandara © 2001 by Kira © 2022 Éditions Akata
  • Le décor :

Un réveil difficile ….

Assis à même le sol, un jeune acteur se réveille. Il ne se rappelle ni s’être assoupi entre deux scènes, ni avoir fait un malaise. Pourtant, il a la tête qui tourne et une sérieuse envie de vomir. Pour couronner le tout, il a l’impression que son arme, normalement factice, pèse son poids. Il n’a pas le temps de sortir de sa torpeur, qu’une femme ressemblant trait pour trait à son ex, apparaît devant lui. Le plus drôle, c’est qu’elle s’adresse à lui, en l’appelant par le nom d’un célèbre samouraï, ayant appartenu à une dynastie de shoguns dans le Japon médiéval. Un capitaine de la première division de la Shinsen Gumi, une milice sévissant à la fin de l’époque Edo.

Le jeune homme est désespéré. Au départ, il pense à une blague grotesque, car, après tout, il est vrai qu’il n’a jamais eu le succès escompté avec ses prestations. Toujours les mêmes. À jouer les victimes dans des drames historiques. Rien qui ne le fasse reluire, ni auprès des professionnels du cinéma, ni auprès des femmes, qui peu à peu, l’ont assimilé à ses personnages médiocres.

C’est le cas de cette jeune fille étrange, debout, là devant lui, alors qu’il l’a quitté depuis longtemps déjà. Il est furieux. Il l’attrape par le col d’une main, et de l’autre empoigne sa taille, pour l’impressionner. Comment peut-elle se moquer de lui en l’interpellant et lui donnant le nom de ce Sôji Okita ?

Tandis qu’il la malmène, il reçoit un coup violent à la tête

Dandara-planche.jpg
Dandara © 2001 by Kira © 2022 Éditions Akata
  • Le point sur le manga :

La mangaka Kira nous plonge dans un récit complètement déroutant, où l’intrigue reste en suspens. Dandara nous plonge dans les pensées confuses du protagoniste principal, acteur de seconde zone. Et de toute la torpeur qui l’atteint dans ce drame psychologique. Le tout accompagné de détails culturels et d’événements historiques, dans ce scénario où la mangaka transpose son personnage. Le fait qu’il devienne un samouraï de renom ayant parfaitement existé accentue l’intérêt du lecteur, et permet d’enrichir le scénario d’une quête de soi.

Le dilemme angoissant suggéré reste constant : le personnage, est-il celui qu’il croit être ?

Pour alléger son histoire, aux Éditions Akata, Kira choisit d’épurer les graphismes, de façon basique et pure. Il semble que les personnages évoluent perpétuellement dans un songe, sur fond blanc avec très peu de décors.

dandara_planches.jpg
Dandara © 2001 by Kira © 2022 Éditions Akata
  • La conclusion :

Dandara aux Éditions Akata prend des airs de drame psychologique fantasmé. À la fois intrigant et déstabilisant, le lecteur est laissé à sa propre réflexion et conclusion, une fois le manga refermé. On apprécie grandement le parallèle identitaire, avec la découverte totale de ce personnage historique : Sôji Okita, nous poussant à la curiosité sur le monde des samouraïs, et de cette dynastie de shoguns !!!

Un one shot shojo curieux et enrichissant, particulièrement adroit !

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

PIXEL de Mourad Merzouki au 13e Art – Paris

Pixel ou Quand la danse Hip-Hop rencontre la video interactive ; le résultat est époustouflant …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com