Accueil / High-Tech / Test – Goodbye Deponia.

Test – Goodbye Deponia.

goodbye_deponia_logo

Un an après leurs dernières tribulations, Rufus & co reviennent pour un ultime épisode de Deponia. Le petit dernier de la trilogie des studios Daedalic ne déroge pas aux règles des jeux du genre : le point&click. Sauf que là, on parle de Deponia et de ses personnages au caractère bien affirmé, le tout trempé dans un bain d’humour qui font de cette licence pas forcément très connue du grand public un petit must-have pour les fans du genre.

Faisons un petit rappel pour ceux qui n’auraient pas joué aux deux premiers épisodes* (Notez bien ce *, il pourrait bien vous servir plus bas…).

Vous incarnez Rufus, habitant de la planète Deponia et incorrigible égocentrique qui vous fera tour à tour vous énerver puis sourire, pour finir par le trouver attachant. Rufus rêve d’aller vivre sur Elyseum et il voit en sa rencontre avec Goal, jolie rouquine Élyséenne dont il tombera amoureux par la suite, une mission à accomplir : rejoindre la planète de ses rêves. Au cours de leur quête d’un autre monde, ils vont apprendre que le double maléfique de Rufus (et accessoirement fiancé de Goal), Clétus, a pour projet de faire exploser Deponia sous-prétexte que cette dernière est déserte (alors que c’est faux, c’est juste une planète-poubelle !). Vous commencez à comprendre quand vous (enfin Rufus et sa clique) êtes sensé intervenir ? Bien entendu, les tourtereaux ne seront pas seuls dans leur quête et c’est une fois la fine équipe réunie que vous pourrez prendre le mulot pour vivre une nouvelle aventure qui va vous remuer les méninges.

Deponia Team

Après une phase rapide de didacticiel (avec l’ex petite amie de notre gentleman) pour les petits nouveaux, Rufus embarque pour une nouvelle aventure en compagnie de Goal, Bozo et Doc. 2013-11-12_00004-2

Ce qui saute aux yeux d’entrée de jeu, c’est la qualité des graphismes et l’univers proposé qui font que l’on sait que l’on a à faire à une production Daedalic. C’est propre, beau, coloré et détaillé à souhait, que ce soit dans les différents niveaux ou les cinématiques.

En outre, les voix sont toujours aussi bien adaptées. Petit bémol la traduction qui pourrait s’imprégner un peu mieux de l’univers du jeu pour être parfaite. En anglais c’est du pur bonheur (parole de linguiste !). Les musiques collent bien aux différents tableaux sans être envahissantes.

Si les mécaniques de jeu sont on ne peut plus classiques (clic gauche, clic droit, molette, inventaire où associer vos objets glanés çà et là …) Deponia a de quoi vous dépayser et pourrait même en réconcilier certains avec le point&click. Si vous aimez les univers un peu barrés, les personnages un peu (voire beaucoup) dérangés, alors vous serez embarqué dans une aventure bourrée d’humour menée par un anti-héros à l’égo démesuré.

Deponia Rufus BG

S’il est convenu qu’un jeu de point n’ click doit vous triturer les méninges, il va parfois (voire souvent) falloir aller chercher à l’étage « second degré » de votre cerveau. Car Daedalic fait les choses à fond : à personnages décalés, énigmes décalées… ou disons-le franchement : tordues ! Si vous vous dites « Non, ça ne peut pas être ça, c’est capillotracté quand même ! » foncez ! C’est probablement la solution la plus adéquate.

Il va falloir s’accrocher Rufus pour garder ta belle !
Il va falloir s’accrocher Rufus pour garder ta belle !

Goodbye Deponia a le chic de ne jamais lasser le joueur, au contraire vous aurez probablement envie d’en savoir toujours plus sur l’histoire (avec ses informations dévoilées au compte-compte et ses rebondissements) et sur le devenir de ses personnages. Car si Rufus et Goal sont amoureux, il va de soi que l’on va leur mettre des bâtons dans les roues pour les empêcher de roucouler tranquillement.

Pas étonnant d’ailleurs que tout cela fasse trop pour un seul homme et que Rufus finisse par se dédoubler, que dis-je : faire trois-en-un.  A vous ensuite de profiter des avantages de cette schizophrénie pour vous frayer un chemin dans les différents niveaux de Goodbye Deponia.

Difficile d’en dire plus sans spoiler même s’il est tentant de donner quelques exemples d’énigmes. Bon allez, par exemple, lorsque Rufus fouille un peu dans une poubelle il tombe sur un pélican (logique me direz-vous) et pour le faire sortir de sa cachette il faudra… Humm, non, il vaut mieux que vous y réfléchissiez par vous-même ^^

Pas de spoil on a dit.
Pas de spoil on a dit.

Et quoi de mieux pour réfléchir à cette énigme parmi des dizaines d’autres que de jouer à Goodbye Deponia ?

* Parce que nous sommes sympas et que c’est bientôt Noël, nous vous proposons un petit concours afin de désigner non pas un, ni deux, mais trois cadeaux Déponia ! Oui, oui, vous avez bien lu : trois gagnants ! Et comme ça fait beaucoup de trois, votre mission pour participer au concours sera de nous donner les trois mots qui selon vous caractérisent le mieux l’univers de Deponia.

 

Envoyez vos suggestions par mail à hyliendra.concours@gmail.com avant le 6 décembre à minuit. Les réponses qui nous semblent les plus justes/fun/adaptées/barrées verront leur auteur récompensé d’une trilogie Deponia complète pour le 1er et d’un jeu Goodbye Deponia pour le 2ème et le 3ème. Les heureux gagnants tirés au sort seront contactés par mail au plus tard le 9 décembre.

Goodbye_Deponia_Packshot_3D_ENG_no_ratingN’hésitez pas à visiter la page Facebook de Daedalic, vous y trouverez une démo de Deponia et un peu d’inspiration pour ceux qui en manqueraient pour le concours.

  • GOODBYE DEPONIA
  • Genre : Point&Click/Aventure
  • Nombre de joueurs : 1 (mais parfois deux cerveaux c’est mieux pour les énigmes)
  • Plateforme : PC
  • Disponibilité :   en téléchargement sur Steam ou en version boîte (à partir de 19,99€)
  • Éditeur : Daedalic Entertainment
  • Développeur : Daedalic Entertainment
 
Merci à Philémon, Nymérion pour avoir associé son cerveau au mien sur certaines énigmes et bien sûr un grand merci à Daedalic qui nous livre un très bon jeu pour conclure la série Deponia.
 

A propos Agence

A lire aussi

Urbanears revient avec Jakan, ses nouveaux écouteurs Bluetooth sans fil

FranceNetInfos avait envie de vous présenter les nouveaux écouteurs Bluetooth de la marque Urbanears. Baptisés ...

Lire les articles précédents :
America Latina 1960 – 2013

L'exposition America Latina 1960 – 2013 proposée à Paris du 19 novembre au 6 avril ...

Nouveau Dacia Duster : qu’est-ce qui a vraiment changé ?

Disponible en version 4×4 et 4×2, le Dacia Duster est un véhicule appartenant à Dacia, ...

Les recettes dessinées de Papinette aux éditions First.

Paru en octobre 2013 aux éditions First, Les recettes dessinées de Papinette, est un livre ...

Fermer