House of Slaughter T1 – Urban Comics/Indies

Dans le même univers que Something is killing the children (SIKTC) nous remontons le temps grâce à House of Slaughter ! Ce premier tome nous ramène à la jeunesse du mentor d’Erica, héroïne de la série originale. Et nous raconte la formation d’Aaron, au sein de l’ordre des chasseurs de monstres.

Entre histoire intimiste et amour interdit, « La marque du boucher » vous entraîne dans une série satellite de la série initiale, toujours dans un style horreur/fantastique, depuis le 24 juin 22 aux Éditions Urban Comics, collection Urban Indies. (+12)

house-of-slaughter-tome-1.jpg
House of Slaughter Tome 1 : la marque du boucher © Éditions Urban Comics © Collection Indies
  • Le décor :

Un jeune cerf piégé dans une clairière ….

Caché derrière un arbre, on aperçoit Aaron, portant son masque aux canines proéminentes… Il s’approche doucement de la proie, la rassure. Et extrait sa patte du piège à loups, pour la laisser s’échapper.

Il n’est pas là pour capturer des animaux, enfin, pas ce genre-là ! Aussi, il consigne tous ses souvenirs dans son journal de chasse, donné à chaque traqueur par la « loge du massacre » lorsque les prétendants sont prêts à être sur le terrain.

Puis, il se rappelle la leçon fondamentale de l’ordre auquel il appartient : « Il y aura toujours des monstres. Et il faudra toujours les chasser. » 

Quinze ans plus tôt…

Aaron court éperdument dans la forêt. Il trébuche sur une racine avant de se dire qu’il va peut-être bientôt mourir. Ses assaillants sont rapides et déterminés. Mais le jeu en vaut la chandelle. Ceci est un jeu macabre que chacun des enfants de l’ordre est obligé de suivre pour parfaire sa formation de chasseur.

Aujourd’hui, c’est Aaron la proie. Il a déjà acquis son masque noir. Et ses assaillants sont des masques blancs : trois jeunes filles bien entraînées ! Elles l’ont déjà rattrapé. Après l’avoir roué de coups, Aaron s’appuie contre un gros arbre. Et là, il sectionne une corde que personne n’avait remarquée. 

En un instant, les trois chasseuses se retrouvent piégées, la tête en bas, suspendues à la branche qui les soutient !!!

Une formation éprouvante, où un nouveau venu va changer la donne pour Aaron.

house-of-slaughter-planche.jpg
House of Slaughter Tome 1 : la marque du boucher © Éditions Urban Comics © Collection Indies
  • Le point sur le comics :

Que c’est bon de retrouver cet univers aux Éditions Urban comics ! House of Slaughter est le spin-off attendu de la série SIKTC. Inutile de lire la série mère pour comprendre les enjeux de ce premier tome intitulé : la marque du boucher. James Tynion IV et Tate Brombal s’associent pour nous proposer un scénario plus « moelleux ». Tendant rapidement vers un côté très intimiste.

Pour ceux qui connaissent déjà la série mère, ne vous attendez donc pas au même acabit, et ayez une ouverture d’esprit plus large !! On parle de la formation d’Aaron, mais aussi de son amour impossible avec un autre membre de l’ordre. On parle aussi de vengeance, et de constitution des différentes loges de l’ordre.

Un spin-off nécessaire pour comprendre les tenants et les aboutissants de l’histoire. L’explication du rapport à ces « poupées » accompagnant chaque membre de l’ordre.

Bon, il y a quand même des monstres, toujours représentés par les graphismes, toujours sombres et inquiétants de Chris Shehan et Miquel Muerto.

house-of-slaughter-planches.jpg
House of Slaughter Tome 1 : la marque du boucher © Éditions Urban Comics © Collection Indies
  • La conclusion :

House of Slaughter tome 1 se révèle être le point de vue intéressant du passé d’Aaron. Il permet, à ceux qui connaissent déjà la série mère, de comprendre ses actions et ses décisions. Mais aussi, ses déchirements, et ses sacrifices. Ceux qui ne connaissent pas peuvent s’ouvrir à ce monde horreur/fantastique, en commençant par ce spin-off « explicatif » aux Éditions Urban Comics, beaucoup moins trash, que la série initiale. Mais tout aussi intéressant, avec ce changement d’ambiance que personne n’attendait !!! Une opportunité à saisir au prix de lancement de dix euros jusqu’au 24/09/22 !!!

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

PIXEL de Mourad Merzouki au 13e Art – Paris

Pixel ou Quand la danse Hip-Hop rencontre la video interactive ; le résultat est époustouflant …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com