James Taylor : une belle rétrospective des années 1970/1976

Aux cotés de Tim Buckley, Crosby, Still&Nash, Jackson Browne ou le duo Simon & Garfunkel, James Taylor appartient au cercle très fermé des grands auteurs folk rock 70’s. Ce coffret regroupe les six premiers albums du natif du Massachusetts qui fût l’un des principaux représentants de la scène folk rock de Laurel Canyon dans les années 1970.

Sweet Baby James (1970)

Après l’échec commercial de son premier album sur Apple Records (le label des Beatles !) en 1968, James Taylor et son producteur Peter Asher rejoigneent les USA pour enregistrer les futurs démos de « Sweet Baby James ». Entouré du guitariste Danny «Kootch» Kortchmar, du batteur Russ Kunkel, de la chanteuse Carole King et de Randy Meisner (futur bassiste des Eagles), James Taylor compose un mix de chansons entre folk, country, pop, gospel et blues autour de textes très personnels. Doté d’une voix douce et posée, le songwritter s’adresse directement à son public en toute simplicité, de manière très intime. Douze titres chantées du fond du cœur parmi lesquelles les tubes « Sweet Baby James », « Carolina in My Mind » et « Fire and Rain», un récit douloureux sur le suicide d’un ami. Sa voix douce rend la composition encore plus poignante. Sur cet album figure également « Country Road» un titre plus pop folk, «Oh, Susannah » une reprise de Stephen Foster, et deux blues intenses “Baby Don’t Loose Your Lip on Me” et “Steamroller ».

Mud Slide Slim and The Blue Horizon (1971)

Dans la foulée de l’immense succès de Sweet Baby James , le chanteur sort « Mud Slide Slim and The Blue Horizon « qui contient le tube “You’ve Got a Friend » composé par sa compagne Carole King. Même s’il ne l’a pas écrit lui même , ce titre est la marque de fabrique de James Taylor. Toujours de cette voix douce et rassurante, il devient “cet ami “que nous aimerions tous avoir. Produit à nouveau par Peter Asher, l’album contient des ballades romantiques “Long Ago and Far Away ou “You Can Close Your Eyes »,une histoire de gangster “Machine Gun Kelly”.

One Man Dog sort (1972)

One Man Dog sort l’année suivante avec une collection de 18 chansons très courtes. On y trouve des titres emblématiques tels « New Tune», « Hymn » et «Dance», « Don’t Let Me Be Lonely Tonight » au saxophone jazzy, des reprises de Daniel Kortchmar « Back on the Street Again», de John McLaughlin «Someone », un tradtionnel « One Morning in May ». Un album qui marque l’arrivée d’un musicien talentueux Leland Sklar(basse) entouré de magnifiques voix féminines Linda Ronstadt, Carole King et Carly Simon. `

Walking Man (1974)

Après un break de deux ans, sort « Walking Man » avec sa pochette sobre, une photo portrait en noir et blanc de l’artiste. Sur cet opus produit par le guitariste David Spinozza, James Taylor part à la conquête de nouveaux horizons, expérimente des arrangements de cors et de cordes plus sophistiqués, s’octroie quelques incursions dans le jazz, le folk et le rock. Enregistré avec la crème des musiciens studios de New York, Kenny Ascher et Don Grolnick (claviers), Hugh McCracken (guitares) et Ralph MacDonald (percussions), l’univers folk west coast hippie se mue en une élégante et rutilante machine à groove New-Yorkaise. On y trouve en autre « Walking Man » en référence au père absent, à sa propre fille « Sally », « Rock ‘n’ Roll is Music Now » titre cynique où Paul et Linda McCartney font les chœurs mais aussi une reprise très personnelle de Chuck Berry « The Promised Land »

Gorilla (1976)

Exilé à New York, les nouvelles chansons jazzy de Gorilla reflètent le son de Broadway. On prend un plaisir à (re)découvrir des titres chaloupés « Gorilla », aux rythmiques latines « Mexico» (avec aux chœurs David Crosby et Graham Nash), une reprise de Marvin Gaye « How Sweet It Is (To Be Loved by You ») signée Holland–Dozier–Holland, mais aussi des titres enrobés de cordes luxuriantes tels «You Make It Easy» «I Was a Fool to Care».

In The Pocket (1976)

Pour finir en beauté, « In The Pocket » conclu les années Warner Bros toujours dans un esprit variété pop, funky Jazz et soul avec une série de chansons autobiographiques. On retiendra « A Junkie’s Lament » qui traite de son addiction à l’héroïne, des chansons inspirantes « Everybody has the blues », un brin cynique « Shower the people », « Money Machine », une reprise Bobby Womack «Women’s Gotta Have It». Et ici tout semble effectivement être « In The Pocket» avec cette belle brochette d’invités parmi lesquelles on trouve Carly Simon, Art Garfunkel, Stevie Wonder, David Crosby, Graham Nash.

En redécouvrant cette partie de l’œuvre de jams Taylor, on se dit que c’est une partie de l’histoire du pop folk des 70 ‘s qui défile là entre nos oreilles.

Jean-Christophe Mary

Coffret Anthologie 6 albums :

Sweet Baby James (1970)

“Sweet Baby James”“Lo And Behold’“Sunny Skies”“Steamroller“Country Road”“Oh, Susannah”“Fire And Rain”“Blossom”“Anywhere Like Heaven”

“Oh Baby, Don’t You Loose Your Lip On Me”“Suite For 20 G”

Mud Slide Slim And The Blue Horizon (1971)

“Love Has Brought Me Around”“You’ve Got A Friend”“Places In My Past”“Riding On A Railroad”“Soldiers”“Mud Slide Slim”“Hey Mister, That’s Me Up On The Jukebox”“You Can Close Your Eyes”“Machine Gun Kelly”“Long Ago And Far Away”“Let Me Ride”“Highway Song”

“Isn’t It Nice To Be Home Again”

One Man Dog (1972)

“One Man Parade”“Nobody But You”“Chili Dog”“Fool For You”“Instrumental I”“New Tune”“Back On The Street Again” “Don’t Let Me Be Lonely Tonight”“Woh, Don’t You Know”“One Morning In May”“Instrumental II”“Someone”“Hymn”“Fanfare”“Little David”

“Mescalito”“Dance”“Jig”

Walking Man (1974)

“Walking Man”“Rock ’n’ Roll Is Music Now”“Let It All Fall Down”“Me And My Guitar”“Daddy’s Baby”“Ain’t No Song”“Hello Old Friend”“Migration”

“The Promised Land”“Fading Away”

Gorilla (1975)

“Mexico”“Music”“How Sweet It Is (To Be Loved By You)”“Wandering” “Gorilla”“You Make It Easy”“I Was A Fool To Care”“Lighthouse”“Angry Blues”“Love Songs”“Sarah Maria”

In The Pocket (1976)

“Shower The People”“A Junkie’s Lament”“Money Machine”“Slow Burning Love”“Everybody Has The Blues”“Daddy’s All Gone”“Woman’s Gotta Have It”“Captain Jim’s Drunken Dream”“Don’t Be Sad ’Cause Your Sun Is Down”“Nothing Like A Hundred Miles”“Family Man”

A propos jean-christophe.mary

A lire aussi

Rufus Wainwright : Unfollow the Rules un album de haute couture !

Une voix qui monte haut dans les aiguës, des influences qui vont de Cole Porter …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Read previous post:
des-dieux-et-des-boulettes-t4-la-fin-des-haricots-nathan
Des dieux et des boulettes, tome 4, La fin des haricots

La fin des haricots est le quatrième et dernier tome de la série Des dieux …

outil de travail
Quelques astuces pour améliorer le bien-être de vos employés

Le bien-être des employés est encore bien trop souvent négligé par les entreprises. Pourtant, de …

20-allee-danse-une-rencontre-imprevue-nathan
La fête de l’école et Une rencontre imprévue, deux nouveaux romans

Deux nouveaux romans, de la collection 20, allée de la Danse, sont à découvrir, La …

Close