Accueil / Culture / La Casa de Papel à l’honneur au 58e Festival de Télévision de Monte-Carlo

La Casa de Papel à l’honneur au 58e Festival de Télévision de Monte-Carlo

A Monte-Carlo, lors du dernier Festival de la Télévision, tout le monde n’avait d’yeux que pour Pedro Alonso, l’un des héros de la série espagnole de Netflix devenue un véritable phénomène, La Casa de Papel. S’il est vrai que Berlin, le personnage qu’il interprète, est particulièrement antipathique et misogyne, l’acteur s’est montré bienveillant avec tous, acceptant photos et autographes sans exception. Au Monte-Carlo Bay, lors des soirées dédiées aux séries, nous avons même vu plusieurs acteurs se comporter en véritables fans en allant voir Pedro Alonso pour lui parler de La Casa de Papel et lui demander une photo ! Présent pendant quelques jours à Monte-Carlo, il a pu se rendre compte par lui-même de l’engouement du public pour la série et semblait ravi. Lorsqu’il évoque le personnage de Berlin, il aime insister sur sa complexité et son charisme. Il est plein de paradoxes et c’est ce qui le rend si attachant à ses yeux et auprès du public.

Lors d’une conférence de presse, Esther Martinez-Lobato et Alex Pina, scénaristes-producteurs de la série, ont fait part de leur immense surprise devant le succès de la série. Ils sont d’autant plus comblés qu’ils n’avaient au départ aucune attente. La Casa de Papel reprend le thème du casse parfait maintes fois abordé dans les films américains mais en lui ajoutant un élément original : les huit meilleurs malfaiteurs du pays, affublés de masques, braquent une fabrique de billets. La série se distingue des autres par le traitement de la chronologie (les scénaristes ont privilégié une temporalité fragmentée), et par les idées qu’elle véhicule. Au-delà du braquage et de l’intrigue savamment menée, La Casa de Papel évoque les spéculations financières et les crises qui en découlent. En braquant la fabrique de billets, les malfaiteurs agissent pour l’argent mais aussi, d’une certaine façon, pour montrer leur contestation face au système.

La nymphe d’Or de la meilleure série dramatique de l’année ne pouvait donc pas échapper à la série espagnole lors de la cérémonie de clôture du 58ème Festival de Télévision de Monte-Carlo. Une consécration amplement méritée. Il est incontestable que La Casa de Papel marquera un tournant dans la carrière de Pedro Alonso.

Pour mettre fin à l’insupportable attente des fans, les scénaristes ont bien confirmé qu’il y aurait une saison 3, sans pour autant donner des informations sur l’intrigue ou sur les personnages.  « Bella ciao » sera donc sur toutes les lèvres pendant encore longtemps !

Alex Pina, Esther Martinez Lobato et Pedro Alonso

A propos laurence ray

A lire aussi

Arles, le Curateur Walead Beshty investit les forges à la Fondation Luma

Walead Beshty et un plasticien et théoricien de l’art, il investit « les forges » à la ...