La dernière folle soirée du Nice Jazz Festival avec Iggy Pop

Dernière soirée du Nice Jazz Festival et pas des moindres : Iggy Pop était sur la scène Masséna et il a offert un show dont le public se souviendra ! Avant lui, dès 20h, Cimafunk a mis l’ambiance, suivi du génial Marcus Miller. Au théâtre de Verdure, Youn Sun Nah a clôturé cette édition, précédée de Michel Portal et de Samara Joy.

 

Au Théâtre de Verdure, la soirée a commencé avec la voix de velours de Samara Joy. A tout juste 21 ans, la chanteuse new yorkaise qui a déjà travaillé avec de grands noms du jazz comme Christian McBride, a fait belle impression auprès du public niçois.

Samara Joy (crédit photo : Ville de Nice-Julien Véran)

Après, ce fut au tour de Michel Portal de monter sur scène. A 85 ans, on ne présente plus ce monstre sacré incontesté de la scène jazz européenne. Pour sa nouvelle venue au Nice Jazz Festival, il a présenté son dernier opus MP85.

Enfin, c’est avec la douceur de la chanteuse coréenne Youn Sun Nah que cette édition s’est achevée au Théâtre de Verdure. En début d’année, elle a publié son nouvel opus intitulé Waking World, dont elle a écrit à la fois les paroles et la musique durant le confinement. Avec son quartet, elle a présenté une grande partie de ces titres, qui empruntent à la fois au jazz, à la pop, au folk et aux musiques du monde. Une belle découverte pour ceux qui ne la connaissaient pas et un moment de grâce pour ceux qui depuis, depuis vingt ans, sont tombés sous son charme.

Autre ambiance du côté de la scène Masséna. Dès son arrivée sur scène, Cimafunk a fait danser le public avec ses titres funk afro-cubains, terriblement efficaces.

Cimafunk (crédit photo : Ville de Nice-Julien Véran)

Au fil de la soirée, la foule ne cessait de grandir pour réserver un accueil chaleureux à Marcus Miller, la star mondiale du jazz, de la fusion, du funk et de la soul, venu présenter son nouvel opus, Laid Black.

Marcus Miller (crédit photo : Ville de Nice- Julien Véran)

A 23h, tout le monde était en pleine forme, prêt à voir et à entendre Iggy Pop. Car, sur scène, le parrain du punk américain offre un spectacle à lui tout seul. A 75 ans, il est toujours aussi énergique et fougueux. Après une superbe introduction aux airs de symphonie mélancolique, il aura suffi au grand Iggy quelques minutes pour qu’il jette à terre sa veste et qu’il se retrouve ainsi torse nu pour interpréter ses titres les plus connus mais surtout ceux de Free, son dix-huitième album solo en plus de cinquante ans de carrière. Entouré de ses formidables musiciennes et musicien (certains sont français), il a mis le feu à la scène Masséna. Free avait été présenté comme un projet plus apaisé aux accents de jazz expérimental. Ce n’est pas exactement ce que l’on a vu hier soir. Le son est monté progressivement et Iggy a multiplié les déplacements et ses célèbres déhanchés jusqu’à se rouler par terre sur la scène. Il semblait ravi d’être au Nice Jazz Festival, tout comme le public. Le concert s’est terminé à 0h45. On ne pouvait rêver meilleure soirée pour clôturer cette édition. On a vécu un moment magique dont on se souviendra très longtemps. Merci Iggy !

Le Nice Jazz Festival 2022 a été un véritable succès. Au total, ce sont plus de quarante mille personnes qui ont partagé l’amour du jazz et de la musique. Clara Luciani et Iggy Pop ont, incontestablement, été les soirées qui ont attiré le plus de monde, malgré une chaleur parfois étouffante.

L’année prochaine, le Nice Jazz Festival fêtera son 75e anniversaire, du 17 au 21 juillet.

A propos laurence ray

A lire aussi

Hugo Becker bientôt sur France 2 dans Diane de Poitiers de Josée Dayan aux côtés d’Isabelle Adjani

Dans les prochains mois, on risque de voir très souvent Hugo Becker à la télévision : …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com