Le Torrent au cinéma le 30 novembre : rencontre avec la réalisatrice Anne Le Ny

Mercredi sort au cinéma Le Torrent, le sixième film d’Anne Le Ny en tant que réalisatrice. Présenté en avant-première en octobre dernier lors du festival Cinéroman, le film avait séduit le public niçois. Tourné dans les Vosges, Le Torrent apparaît à la fois comme un thriller et comme un drame familial et humain, servi par un admirable duo d’acteurs.

L’histoire : un soir, Alexandre (José Garcia), riche chef d’entreprise, découvre malencontreusement que sa jeune épouse Juliette(Ophélia Kolb) le trompe. Le couple se dispute et, alors qu’un violent orage éclate, celle-ci quitte leur maison à pied. Alexandre monte à bord de sa voiture et tente alors de la rattraper pour la raisonner mais son épouse chute fatale dans le ravin. Le lendemain, son corps a disparu, emporté par les pluies torrentielles. Alexandre se retrouve alors dans une situation embarrassante. Doit-il tout avouer à la police ou mentir ? Il prend la décision de demander à sa fille aînée, Louison (Capucine Valmary, révélation du film), née d’un premier maraige, de le couvrir, donc de mentir à la police. Mais, au fur et à mesure, le père de Juliette ( André Dussollier) soupçonne son gendre d’avoir menti. La jeune fille va se retrouver alors face à un cruel choix : soutenir jusqu’au bout son père ou avouer la vérité ?

Anne Le Ny a toujours réalisé des films intelligents, sensibles, pleins d’humanité. C’est pour cela que Le Torrent est bien plus qu’un banal thriller. Il fait la part belle aux sentiments et aux rapports humains, invitant le spectateur à s’interroger notamment sur la notion de loyauté. Nous l’avons rencontrée lors de sa venue à Nice au festival Cinéroman. Elle nous a parlé de la genèse de son film et de son magnifique casting.

France Net Infos : Le Torrent est un thriller. Pourquoi avez-vous eu envie de vous emparer de ce genre cinématographique ?

Anne Le Ny : Je suis assez cinéphile et j’aime voir les films des autres. Très vite, j’ai fait le constat qu’on n’a pas tellement de sujets différents. C’est toujours le même genre de sujets qui nous travaille. Alors, autant essayer de les aborder en faisant varier la forme ! J’ai eu envie de faire un film qui parle des sentiments sous une forme plus serrée, avec du suspense.

France Net Infos : Le film se situe dans les Vosges. Ces payages montagneux jouent un rôle important dans l’intrigue….

Anne Le Ny : Je vient de la mer, de l’Atlantique. Je trouve la montagne très belle mais oppressante ! Donc pour cette histoire, je me suis dit qu’il fallait que la montagne soit présente. J’ai pensé à plusiurs régions. Les Vosges n’ont pas été tellement filmées, ce qui était assez excitant. Elles dégagent une atmosphère particulière.

France Net Infos : Vous êtes à la fois derrière et devant la caméra puisque vous interprétez la gendarme en charge d l’enquête…

Anne Le Ny : En général, je suis assez flemmarde et je n’aime pas tourner dans mes propres films. J’avoue que j’ai presque une demande inverse à celle que j’ai en tant que comédienne, où je vais vouloir aller vers des choses nouvelles, difficiles à faire. Quand je suis réalisatrice, je ne veux pas avoir trop d’énergie à mettre là-dedans.

France Net Infos : Diriger des acteurs de la stature de José Garcia et d’André Dussollier est-il un exercice difficile ?

Anne Le Ny : Justement, ils ont des façons de travailler très différentes et ils ont un haut degré d’exigence. Certains pensent qu’on dirigent moins ce type d’acteurs mais c’est faux : on peut leur demander beaucoup de choses. On peut réfléchir sur beaucoup de nuances pour réfléchir et avancer ensemble. Ce sont des crèmes tous les deux ! Avec André, on a plus de choses en commun, notamment dans la manière de travailler. José aborde les rôles d’une auttre manière, ce qui m’oblige à réfléchir et à rebondir. C’était très enrichissant. Il avait dit non à un rôle que je lui avais proposé dans l’un de mes films précédents. Je savais que j’allais revenir vers lui. Pour affronter le ridicule comme il le faisait sur Canal, il fallait qu’il ait une certaine bravoure. Je savais qu’il allait en faire autant dans le dramatique et l’émotion.

France Net Infos : Le duo masculin José Garcia-André Dussollier est très fort. En quelque sorte, il est arbitré par Louison, la fille aînée, tiraillée entre plusieurs sentiments…

Anne Le Ny : Même s’il a deux personnages masculins écrasants, le point de vue est évidemment celui de Louison. Pour moi, c’est avant tout un film sur le rapport père-fille, sur ce qu’est l’amour paternel et l’amour filial.

France Net Infos : Le film parle aussi de mensonges, de trahisons. Chaque personnage a des motivations que l’on peut comprendre…

Anne Le Ny : Depuis que j’écris et que je réalise, j’ai pris l’habitude de ne pas me mettre au-dessus de mes personnages. Je pense que je joue sur mon rapport avec les spectateurs. J’ai envie qu’ils se demandent ce qu’ils auraient fait à la place de tel ou tel personnage. Si possible, j’aime quand ils se disent qu’ils n’auraient pas forcément fait mieux…

France Net Infos : Quand le film a-t-il été tourné ?

Anne Le Ny : Pendant le deuxième confinement. C’était spartiate ! C’était impossible d’aller boire des coups avec l’équipe de tournage puisque tout était fermé. Je ne peux rien vous dire de la ville de Gérardmer où j’ai tourné. Tout était fermé !

France Net Infos : Justement, depuis le Covid et les confinements, le nombre de spectateurs a considérablement baissé. Qu’en pensez-vous ?

Anne Le Ny : Je suis inquiète sur le court terme pour le cinéma français. On risque de se faire bouffer par les majors américaines et perdre notre culture cinématographique, et en particulier les films français « du milieu », dans lesquels j’officie. Il y a une urgence à ne pas laisser mourir quelque choses qui est une vraie spécificité française. C’est nous qui avons inventé le cinéma, pas les Américains !

France Net Infos : Dans les prochains mois, vous verra-t-on bientôt devant la caméra ?

Anne Le Ny : oui ! J’ai joué dans la série de Danièle et Christopher Thompson sur Bardot. J’interprète son agent. Je serai aussi dans la série « Oui-Ja » où j’incarne la femme du maire.

A propos Laurence Raybaud

A lire aussi

pensées-positives-2023-agenda-calendrier-hugo

Pensées positives – Agenda-Calendrier 2023

Pensées positives est un agenda-calendrier 2023, des éditions Hugo & Cie, paru en septembre 2022. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com