Accueil / Culture / Littérature / BD / Les vestiges de l’aube, tome 1, Morts en série.

Les vestiges de l’aube, tome 1, Morts en série.

vestiges-de-l-aube-t1-morts-serie-dargaudParu le 14 mars 2014, aux éditions Dargaud, le premier tome des Vestiges de l’aube, Morts en série, est une adaptation du roman du même nom, de Serge Le Tendre pour le scénario et Frédéric Peynet pour le dessin. Une bande dessinée captivante, une rencontre incroyable entre un policier new-yorkais et un vampire.

Automne 2003, à Manhattan, dans un appartement, un homme à les mains ligotées dans le dos, tandis qu’un autre semble s’amuser de la peur du premier. Après avoir tenté d’acheter son bourreau, il se fait tout de même liquider, une balle dans la tête. Mais le tueur ne s’arrête pas là, après la mort de son souffre-douleur, il sort un scalpel et se penche vers sa victime… Après quelques temps, il se relève, satisfait de son œuvre et souriant à l’idée d’occuper les méninges de la crim’, puis il quitte l’appartement en chantant. Une narration arrive alors, un homme se présente au lecteur, il explique qu’il a peu de contacts avec les vivants, il passe son temps à lire, il aime le cinéma, puis il y a eu internet, qui a pu l’aider à renouer avec les humains. Il cherchait alors un guide pour comprendre et côtoyer ce nouveau siècle, car lui est né en 1812, et il est un vampire !

Un meurtre impressionnant, débute la lecture de la bande dessinée, le rythme et la curiosité sont tout de suite présents et prennent donc rapidement. Le scénario est bien mené et posé, il ne va pas trop vite, reste délicat, malgré les quelques horreurs qui le ponctuent, un équilibre certain le défini. La relationvestiges-de-l-aube-t1-morts-serie-dargaud-extrait entre Barry Donovan, policier new-yorkais et Werner Von Lowinsky, vampire, est plutôt surprenante et intéressante, ambigu, le vampire s’attache rapidement au policier qui renferme une profonde douleur, une humanité que semble appréciée le vampire. Au-delà de cette relation, les faits réels et l’enquête que mènent Barry et son coéquipier, est, elle aussi, assez prenante, intrigante, elle mène un suspens certain, et plusieurs interrogations. Le dessin est également bien travaillé, juste, bien découpé, le trait réaliste et dynamique offre de très belles planches, certaines scènes sont incroyables.

Morts en série, est le premier tome du diptyque Les Vestiges de l’Aube, une bande dessinée surprenante qui mêle habilement enquête policière et fantastique, avec un vampire qui se veut être l’ange protecteur du policier qui mène l’affaire…

A propos celine.durindel

A lire aussi

L’Odéon présente sa nouvelle saison

Le plus beau théâtre de Marseille est sans conteste l’Odéon, situé tout en haut de ...

Lire les articles précédents :
Orange Hi 4G : 1er smartphone 4G en marque propre

Orange commercialise son premier mobile 4G, en marque propre : Orange Hi 4G. Lancé depuis ...

Monopoly dévoile ses 5 nouvelles règles du jeu

Les Fans du Monopoly ont choisi !E n effet, après un riche débat entre les fans ...

Free : Borne distribution de cartes SIM Maison de la Presse

Fidèle à sa volonté de rendre ses offres mobiles accessibles au plus grand nombre, Freerenforce ...

Fermer