Accueil / Sport / Football / Ligue 1 / Lille – OL (3-1) : Lyon s’écroule dans le Nord

Ligue 1 / Lille – OL (3-1) : Lyon s’écroule dans le Nord

L’Olympique Lyonnais espérait rebondir à Lille après la claque reçue en milieu de semaine à Madrid (0-4) : il n’en fut rien. Dominés sur les phases de jeu arrêtés, les Gones repartent du Nord avec une deuxième défaite consécutive, et retombent à la cinquième place au classement général. Lille, lui, se fraye un chemin sur le podium de la L1 : les Dogues sont troisièmes.


Paris, Montpellier et Rennes vainqueurs de leurs adversaires respectifs, l’OL n’avait pas le droit à l’erreur, hier soir, s’il voulait confirmer ses ambitions nationales et rester sur le podium. Peine perdue. Car les hommes de Rémi Garde, s’ils se sont montrés un peu plus inspirés que contre les madrilènes mardi dernier, n’ont en revanche pas gommé leur fragilité défensive, de plus en plus criante. Avec trois buts encaissés sur trois phases de jeu différentes (suite à un corner, suite à un coup-franc et sur une contre-attaque), la défense de l’OL a montré ses limites à tout points de vue. Dans le repli et dans les airs, comme en un-contre-un, les lyonnais, à l’image de Lovren, n’ont pas été bons hier soir, et ont payé chèrement leur manque de combattivité.

Briand brillant, Gomis dévisse

On ne pouvait pourtant pas s’attendre à un tel résultat après l’entame de match des lyonnais. Biens en place, sérieux et motivés, les hommes de Rémi Garde repoussaient dans un premier temps les assauts lillois, avant de répondre avec talent par des actions offensives de grande classe. Illustration sur l’ouverture du score rhodanienne : Gourcuff a une touche de balle lançait Briand dans la profondeur, lequel éliminait son vis-à-vis côté droit et se présentait seul face à Landreau en angle fermé ; il trompait le gardien lillois d’une frappe plaçée entre ses jambes (1-0, 21′). Inspiré, le latéral inscrivait ici son premier but de la saison (hors matchs amicaux).

Bafé Gomis se créait l’occasion de doubler la mise dans la surface de réparation, après un bon lob de Bastos, mais la frappe du meilleur buteur lyonnais terminait sa course à côté du montant gauche de Landreau (33′). C’était incontestablement la balle de match, et, comme à Paris (0-2), Gomis manquait l’occasion de mettre son équipe sur de bons rails.

Car juste avant la mi-temps, le poison Moussa Sow remettait les deux formations à égalité sur corner, après une tête de Basa et une faute de main de Lloris (1-1, 45+1). Tout était à refaire pour des lyonnais frustrés, qui craquaient pour la troisième fois en trois rencontres face à l’attaquant lillois.

Basa – Cole bien entre eux…

Les Gones donnaient l’impression de vouloir remporter ce match et repartaient à l’attaque dès la reprise, mais ni Källström (47′) ni Gourcuff (51′) ne trompaient la vigilance de Landreau. Et à force de se découvrir, les rhodaniens se faisaient punir sur coup de pied arrêté. Un parfait coup-franc de l’ancien stéphanois Payet terminait sa course sur la tête de Basa, deviant le cuir victorieusement dans les filets d’un Lloris désemparé (1-2, 64′).

Suivaient alors une série d’actions et d’occasions purements lilloises : Hazard, discret jusque-là, chauffait les gants de Lloris (68′), tandis que la balle, repoussée par Lloris des pieds de Béria à ceux de Sow, ne finissait pas dans les filets (71′). La domination était clairement lilloise dans cette deuxième période, eux qui avaient marqué avant ce match 78% de leurs buts en seconde mi-temps.

Les hommes du Président Seydoux, qui voulaient donner raison à leurs statistiques, enfonçaient le clou par leur super recrue surprise du dernier mercato : Joe Cole. L’anglais, passé par Chelsea, était à l’amorce d’une contre-attaque rondement menée par Moussa Sow, lequel centrait en fin de course devant les buts pour… Joe Cole, qui avait suivi l’action (1-3, 82′). Comme à Madrid, Lloris paraissait impuissant. Il ne pouvait pas plus sur les trois buts nordistes que sur les quatres réalisations madrilènes. Le réalisme, la réussite et le talent étaient lillois hier soir. Logique, donc, que la victoire leur ait été acquise.

Le double derby de la peur

Après deux déplacements consécutifs (et deux claques), l’Olympique Lyonnais s’apprête, fantaisie du calendrier, à effectuer un troisième déplacement en milieu de semaine, mais pas n’importe où : c’est chez le rival stéphanois que Lyon voudra sauver son honneur et montrer son orgueil. Les hommes du Président Aulas vont en effet disputer le 8ème de finale de Coupe de la Ligue dans un Chaudron chaud bouillant pour l’occasion, d’autant que l’on assistera trois jours plus tard à la revanche du duel, mais à Gerland et en Ligue 1, cette-fois.

Oui, c’est bien un double derby qui attend l’OL cette semaine. Et davantage encore que contre Caen (0-1), Paris (0-2),  Madrid (0-4) ou Lille (1-3), les supporters attendent énormément de cette double confrontation. C’est sûr, s’ils ont grillé un joker hier soir, les Gones n’ont, cette semaine, plus le droit à l’erreur.

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

mbappe-psg

PSG – L’avenir passe par Liverpool !

Après ses matchs nuls successifs contre Naples en France (2-2) comme en Italie (1-1), le ...

Lire les articles précédents :
UN PETIT SOUFFLE DE NOUVELLE-ZÉLANDE

Public et marins y sont venus très nombreux et ont vibré, crié, retenu leur souffle ...

La terrasse de la citadelle de Belfort: La 22ème fenêtre …

Emblème de Belfort depuis plus de 100 ans, le Lion de Bartholdi veille sur la ...

G20 de Cannes
G20 de Cannes : Super pompier, super gendarme ?

Crise économique et financière, crise politique, crise de la dette, crise des banques, crise des ...

Fermer