Accueil / Culture / Littérature / Lina Carmen : L’emeraude oubliée (l’évasion)

Lina Carmen : L’emeraude oubliée (l’évasion)

Les éditions La Bourdonnaye présentent un roman de science-fiction de Lina Carmen : L’émeraude oubliée (l’évasion).

emeraude oubieeLe sujet du livre :

Dans la sinistre ville de Mornia, à la végétation inexistante, seules des tours de béton grises aux dimensions célestes s’élèvent vers des hauteurs indistinctes. Un mur infranchissable empêche toute sortie de cette prison qui ne dit pas son nom, gouvernée par un dictateur, le président Percy.Les plus riches vivent en haut des tours, dans un confort luxueux. Les plus pauvres vivent en bas, dans une brume permanente, le « smog » métropolitain.

Yan, un garçon de 15 ans, est l’un de ces indigents dont le destin est de finir ouvrier dans une usine, comme son père et son grand-père. Mais il rêve d’une autre vie. Peut-être là-haut, chez les riches ? Ou bien ailleurs qu’à Mornia. Existe t- il un autre monde que celui-ci ? Pour le savoir, il faudrait s’échapper. C’est alors que Yan rencontre Sonia, une jeune fille de son âge, issue des niveaux supérieurs, avec laquelle il va peut-être concrétiser ses rêves. L’évasion se prépare. Cependant, Percy et ses hommes sont prêts à tout pour faire échouer ce projet.

 Mon avis de lectrice :

Dans la pure lignée des romans futuristes, L’émeraude oubliée est un petit bijou. Ici le monde utopique décrit par Lina Carmen est une métaphore de ce que nous connaissons du système capitaliste, mais en pire. Les riches vivent au dessus des pauvres, au sens propre comme au sens figuré.

Les personnages sont attachants, tels Roméo et Juliette, ils viennent de deux mondes opposés et ennemis mais ils s’aiment et ont un projet commun.Le roman se lit à toute vitesse, avec un style épuré et moderne. On y trouvera plusieurs degrés de lecture, du simple roman d’aventures pour ado, à la critique acerbe d’une société en déclin.

Rejoignant le club fermé des romans utopiques dans lequel on comptera parmi les plus connus 1984 d’Orwell ou Candide de Voltaire, ce livre nous montre que la mixité est la plus belle des réussites. Pour tous publics.

 

A propos alissash

A lire aussi

La petite fille de l’exposition universelle – Paris 1855

C’est une nouvelle série, qui est à découvrir aux éditions Grand Angle, qui débute, avec ...

Lire les articles précédents :
La nuit des morts-vivants, tome 1, Les fautes du père.

C’est aux éditions Vents d’ouest qu’est paru le 3 septembre 2014, le premier tome de ...

Emilie, la tempête, le vingt-troisième tome d’une série indémodable.

Paru aux éditions Casterman, du groupe Flammarion, Emilie arrive avec une aventure pleine de frisson, intitulée ...

1944, la Libération au musée d’Histoire de Marseille

Le Musée d’Histoire de Marseille, présente sa nouvelle exposition intitulée « 1944, la Libération » ...

Fermer