Accueil / Loisirs / Paris l’été que faire ?

Paris l’été que faire ?

L’été Paris est désertée par ses habitants. Comment s’y distraire, s’y déplacer et s’y rafraîchir?

 

1 – Distractions:

J’ai choisis de profiter de la période creuse du mois d’août pour m’inscrire à la BNF (la Bibliothèque Nationale de France, Bibliothèque François Mitterrand). Moins de monde, plus de temps pour moi alors j’ai exploré cette caverne étrange.Tout d’abord, la partie publique n’est pas dans les 4 tours emblématiques du lieu. Etrangement l’ensemble des salles de la bibliothèque nationale se trouve au rez-de-chaussée. Ce corps de bâtiment ceinture rectangulairement un patio arboré inaccessible (dommage). L’accès se fait par l’acquisition d’une carte de quelques dizaines d’euros seulement pour l’année. Le savoir accessible pour tous…Outre l’attrait de découvrir tant de sources de savoirs (sciences, histoire, géographie, droit, étude de marché, …etc.) il y a deux choses qui m’ont déçues.

D’abord il y a deux bibliothèques :

Celle accessible avec une première carte publique au rez-de-chaussée.Mais aussi une deuxième bibliothèque recélant les ouvrages les plus anciens et les moins ordinaires au rez-de-jardin.Pour l’accès à cette deuxième bibliothèque il faut avoir acquis une carte de lecteur un peu plus chère.Et évidemment, lors de mes recherches certains ouvrages que je souhaitais consulter se trouvaient dans cette deuxième bibliothèque.De plus, l’accès à celle-ci est sensiblement plus compliqué car il faut réserver sa place et finalement prendre un rendez-vous avec une plage horaire.

Ensuite le prêt d’ouvrage n’existe pas :

Seule la consultation ou la demande de duplication payante sont autorisées. Je conçois bien que la recherche dans ce temple du savoir est une expérience enrichissante mais là encore tout cela paraît bien compliqué.

Néanmoins

Il est excitant de penser que tous les ouvrages détenus par la France depuis des siècles peuvent être ainsi accessibles. Par exemple, si je souhaite me renseigner sur Léonard De Vinci, il est probable que notre Bibliothèque Nationale possède des écrits, des croquis et des éléments de la vie de ce grand homme. Cela d’autant plus qu’il a vécu en France à la cour du roi quelques années et qu’il y est enterré.

Toutes les archives historiques (ou presque) sont donc accessibles par tous. La deuxième carte de lecteur, dite carte de professionnel, donne donc accès à des documents historiques et des originaux; par exemple au rez-de-jardin doivent être consultables des manuscrits de Balzac ou autre…

J’avais réalisé de même, une expérience similaire bien des années auparavant, en m’inscrivant à la bibliothèque du Muséum d’Histoire Naturelle jouxtant le Jardin des Plantes. J’y cherchais alors des documents historiques sur la Polynésie Française. Et bien j’ai pu y consulter le journal de bord de l’expédition de La Pérouse ainsi que les carnets de dessins réalisés par les botanistes et zoologistes du bord qui découvraient les écosystèmes. Il s’agissait des originaux remis à Louis XVI dans les années troubles de fin de règne.

En effet, lors d’une escale sur les côtes Russes, les bateaux de l’expédition remirent ces documents à l’intention expresse du roi à un messager (Jean-Baptiste Barthélémy de Lesseps, qui était l’oncle de Ferdinand de Lesseps l’instigateur de la construction du Canal de Suez) qui les ramena par terre en France.

Bref toute une histoire, et les croquis multicolores très réalistes étaient saisissants de vie et de lumière.

Voilà donc un exemple de distraction diurne original…

2 – Déplacements

Habituellement, comme tout le monde pourrais-je ajouter, j’utilise les lignes du Métropolitain, vulgairement nommé le Métro. Mais pour cet été, avec la chaleur, j’ai opté pour les bus.

Plusieurs règles à suivre :

*Ne pas être trop pressé

*Se munir d’une carte des bus parisiens (celle se superposant à la carte des rues principales)

*Bien lire les points d’arrêts (les petits carrés) et surtout regarder si il y a une seule flèche au aucune flèche pour savoir si l’arrêt est respectivement dans un seul sens ou dans les 2 sens.

*Et respirez!

*Et admirer depuis sa place assise dans le bus, les vélos qui passent sous nos yeux.

Je vous recommande les places proches du hublot de toiture quant le chauffeur à la bonne idée de l’ouvrir (cela fait un bruit de soucoupe volante c’est très dépaysant).

Et donc l’essentiel dans cette aventure et de respirer.

De même aux arrêts, l’attente paraît moins longue du fait de l’air et de la fraîcheur que l’on peut parfois y trouver. Bien sûr, les abris-bus sont parfois chauffés à blanc et il faut éviter de s’y assoir dans une torpeur étouffante. Préférez alors l’ombre des arbres alentour.

Et c’est ainsi qu’en attendant un bus ou en marchant dans la canicule le long d’un boulevard l’on apprécie vraiment les arbres de Paris.

Le saviez-vous ?

Ils sont listés méticuleusement par les services municipaux. Je crois ne souvenir qu’il y en a plus de 100.000 (184 500 arbres paraît-il à ce jour, plus près de 300 000 pour les bois limitrophes). Chaque arbre est suivi, soigné et parfois abattu lorsqu’un danger menace. Voilà pourquoi, je pense que vous l’avez remarqué aussi, il n’y a pas une branche qui dépasse, pas un tronc abimé. C’est un travail de fourmi gigantesque. Bravo aux municipaux.

C’est donc au cœur de la canicule que l’on devrait prendre conscience de la beauté d’une ville. Grace à ces arbres et ses jardins, Paris reste une ville romantique et tout simplement belle…à vivre.

Et justement pour ne pas souffrir de la chaleur au cœur de la journée, il faut aller à l’ombre dans les jardins et parcs de la ville.

3 – Se rafraîchir

Fini les clichés de Paris à Paris -Plage, vive les jardins publics. Au-delà de 25°C à l’ombre, préférez l’ombre d’un marronnier dans la partie fraîche de l’immense jardin du Luxembourg par exemple.

Ces parcs et squares sont également équipés, à ma grande joie, assez souvent, de fontaines publiques.

Peut-être plus qu’à Marseille ou sur la Méditerranée…

Egalement un square horriblement romantique existe devant le musée de Cluny. Sauvage et insaisissable, je vous le recommande pour une promenade aventureuse et revigorante.

Bref, il existe dans Paris un grand nombre de squares et jardins. On appelle cela « la qualité de vie ».

Conclusion :

Voilà donc un Paris plus estival et aéré qu’à l’ordinaire que chacun peut découvrir sans difficulté et de façon profitable.Mais ce qui restera, est que cette ville depuis quelques années s’est habillée de vert, que les couloirs de bus sont maintenant sillonnés de vélos et que parfois, surtout au cœur du mois d’août, elle semble prendre des vacances.

 

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

Audrey Tautou, l’actrice photographe se dévoile !

Pour sa 1ère exposition Nationale Audrey Tautou l’héroïne du film « Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain » ...

Lire les articles précédents :
Acer Iconia Tab A510 : Du Tegra dopé a grands coups de mAh

Quand on s’intéresse a une tablette 10 pouces dont on sait fatalement qu’elle ne va ...

Patrick Deville
Peste et Coléra de Patrick Deville : Prix Fnac de la rentrée littéraire

Le 28/08/2012, le jury du XIème Prix du Roman Fnac a nommé son lauréat pour ...

CampeDansMonJardin.com : L’hébergement de plein air entre particuliers

Depuis mars 2012, Campedansmonjardin.com, est le premier réseau online en France à mettre en relation, ...

Fermer