Accueil / Culture / Cinéma / Robert sans Robert

Robert sans Robert

Pour mon premier article, je vous propose non pas une critique mais un point de vue sur une tribu.Une incursion dans une famille de cinéma. Celle de Robert Guédiguian.

Robert Guediguian
Robert Guediguian

Il s’agit d’un vrai film de fiction documentaire. Quoi ? une fiction ou un documentaire ? 

Pour qui aime le cinéma et qui connait encore une certaine vague de réalisateurs, comme les Jean Pierre Mocky, les René Féret, je parle aux mordus (non, pas aux moldus ! ), je parle aux accrocs du cinéma à tout prix…Je parle donc de ces réalisateurs qui passent au fil du temps à travers la machine à broyer et les mailles du filet, et qui s’acharnent pour chaque fois réinventer le cinéma, le leur.

Ceux là même qui plus que de moyens techniques parfois, ont besoin d’aimer les acteurs et  leur donner des histoires à raconter.Guédiguian à réalisé dix-sept films qui ont tous à voir avec la politique de l’humain, leurs racines, et les touches d’une peinture  impressionniste industrielle.

C’est à partir de ces films là que donne à voir Bernard Sasia son chef monteur, un tableau qui réinvente le cinéma de ‘Robert sans Robert’ cette fois ci. Un chef monteur, qui devient pour le coup réalisateur et re-créateur de ses propres participations aux oeuvres qu’il a monté avec Robert Guédiguian.

A Tribute pour une tribu, réécrit par celui qui ne pouvait mieux faire, puisque faisant partie de la famille depuis le début et dès sa sortie de l’IDHEC, école de cinéma, en 1980.

Et Bernard Sasia et sa co-auteure Clémentine Yelnik me cueillent comme ça…

Moi, à la base j’aime tout le cinéma, et surtout celui qui me prend aux tripes. Je suis large dans mes choix (très large même) mais exigeant. Je suis assez fan de blockbusters aussi. Soit de super héros, soit de films catastrophe, soit de science fiction, bref j’aime le cinéma américain et anglais, Asiatique, ainsi que le cinéma français quand il va au bout de ses aspirations… Et j’ai toujours eu du mal avec la notion de ‘famille’ au cinéma…C’est vrai, ça me rappelle quelque chose qu’on choisit pas en général. Mais je me souviens aussi que lorsque j’étais dans mon école d’acteur, les aventures d’un groupe qui se transforme en famille de travail peut donner les plus belles inspirations. Parce que les gens se connaissent sur le bout des doigts, parfois jusqu’au bout des fesses (dixit Bernard Sasia). C’est de ce genre d’aventures dont on peut dire qu’on connait l’autre dans tous ses états…Et Guédiguian, avec la complicité de son chef monteur ont toujours cherché ce regard de vérité chez leurs acteurs et dans les histoires.

Bernard Sasia et Clémentine Yelnik (qui a écrit le texte de ce narrateur de montage) ont su trouver le ton juste et didactique pour se situer entre la leçon de métier, et la transmission de leurs histoires rêvées.

Moi j’ai été pris à leur propre jeu, j’ai adoré voir cet rétrospective ré-inventée. Et je conseille aux soiffards d’émotions de soutenir ce genre d’action cinématographique car elle donne à voir une tranche de vie de trente ans d’amicale cohabitation. Et qu’est ce que c’est beau de voir une famille vieillir ensemble quand elle fait de si belles choses. Qu’elle est belle Ariane Ascaride tout au long de cette carrière là, qu’il est touchant ce Meylan avec sa gueule taillée dans une bûche d’acteur au fil des films, et que ça fait du bien de voir un Darroussin réinventer chaque fois son jeu entre les prises d’un ‘je t’aime’ de plusieurs extraits. On prend la mesure de ceux devant la caméra, mais aussi de ceux derrière, dans l’ombre, et qui donnent la vie.

Moi ça m’a touché et séduit.Aficionados et autres passionnés, Allez-y ! Les autres changez vos habitudes comme moi, et bousculez vous pour apprendre qu’il n’y a pas qu’une façon de faire le Cinéma !

Sortie le 02 Octobre.

Laurent SAO.

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

Le « Gemme » de Nolween réenchante le monde de la pop

Le « Gemme » de Nolween Leroy réenchante le monde de la pop !

Après le succès des albums de  Nolween Leroy « Bretonne » et «Ô filles de ...

Lire les articles précédents :
Top 10 des romans de septembre : les bonnes surprises de la rentrée

    Les vacances sont désormais terminées et nous avons repris le chemin du travail. ...

Burlesque Girrrl, tome 2, aux éditions Ankama.

Paru chez Ankama, le 29 Août 2013, le deuxième et dernier tome de Burlesque Girrrl, ...

Hommage à Georges BRASSENS à ANDILLY 95580

Depuis 2001, Cécile Francine, présidente de l'association,  fait le maximum pour les enfants handicapés,"trisomiques, autistes" qui se ...

Fermer