Accueil / Culture / Rock en Seine 2013: récit d’une festivalière

Rock en Seine 2013: récit d’une festivalière

Comme chaque année, le festival Rock en Seine faisait son grand retour aux portes de Paris. Pour cette édition 2013, l’événement musical de cette fin de mois d’août a regroupé 118 000 spectateurs en trois jours, soit un nouveau record battu ! Avec ses quatre scènes dispersés au coeur du domaine de Saint-Cloud, le festival accueillait les 23, 24 et 25 août derniers, concerts et musiciens en tous genres. Avec son thème « coquillages et crustacés », les organisateurs de cette nouvelle édition ont offert un départ en vacances à ces milliers de spectateurs venus de France et d’ailleurs ! Pour cette onzième programmation, un seul mot d’ordre: « let’s rock together » ! (dixit Jean-Paul Huchon, président du Conseil Régional d’Île-de-France)

©Victor Picon. Issu de https://www.facebook.com/rockenseine.
©Victor Picon. Issu de https://www.facebook.com/rockenseine.

Vendredi 23 août – 1er jour

Rock en Seine, ce sont trois jours de musique et un domaine entier consacré à la culture ! Entre les différentes scènes, le festivalier pouvait flâner de stand en stand et découvrir notamment Rock’Art, une exposition temporaire du meilleur de la création graphique produite par soixante illustrateurs avec pour thème les divers groupes présents au festival. Toutefois, si l’on prend quand même le temps de découvrir les nombreux stands présents dans le domaine, pour cette onzième édition le programme musical était chargé (dans le sens le plus positif qui soit). Impossible de tout voir et tout entendre, il nous a fallut faire des choix. Dans un premier temps, la découverte de deux styles différents: celui de Chance The Rapper, jeune rapper originaire de Chicago au flow audacieux, et celui de Savages, quatuor post-punk londonien puissamment comparable à un Joy Division exclusivement féminin. C’était ensuite un « classique » à ne pas manquer, le concert de Belle & Sebastian, un groupe de plus en plus rare sur les scènes et qui nous a fait l’honneur de sa douce présence pop écossaise. Un autre des immanquables de ce festival était le groupe tant attendu Alt-J dont le premier album An Awesome Wave a su parfaitement surfer sur sa première vague ! Un concert tout en douceur bercé par les mélodies pop psychédéliques de ce groupe anglais. Mais quand on parle d’anglophones, la palme de ce premier jour revenait à un groupe qui a su incarner à la perfection l’esprit rock’n roll: Franz Ferdinand ! Depuis la Grande Scène du festival, le groupe écossais a fait danser un public venu en nombre alors que la nuit commençait à tomber sur la Seine. Une machine à addiction musicale, le show parfaitement rôdé et énergique à souhait a re-dessiné vendredi soir la définition du rock’n roll live. Il fallait ensuite choisir entre le DJ allemand Paul Kalkbrenner et le rock californien d’Hanni El Khatib. De peur de manquer le « géant » de cette programmation, c’est devant la Grande Scène que j’ai terminé ma soirée à écouter tranquillement les nouveaux titres du dit « Paul Ka » dont le live m’a finalement laissé sur ma faim…

©Nicolas Joubard. Issu de https://www.facebook.com/rockenseine.
©Nicolas Joubard. Issu de https://www.facebook.com/rockenseine.

Samedi 24 août 2013 – 2ème jour

Seconde journée qui commence avec la découverte étonnante d’un petit groupe bordelais, J.C. Satàn. Entre de la musique garage bien particulière et des musiciens diaboliquement habiles, le groupe fait partie de ces jeunes artistes au son « addictif » qui mérite d’être entendu. Décidément les français étaient à l’honneur pour cette édition 2013 qui mettait en scène le groupe La Femme dont la ravissante chanteuse nous emportait avec elle sur la vague de ce rock-électro un peu déjanté, il faut bien le dire. Ensuite, alors que de nombreux fans étaient venus acclamés la nouvelle formation du groupe Nine Inch Nails, je me suis personnellement dirigé vers la scène de la Cascade, prête à applaudir celui qui a été pour moi LE gentleman du festival… Le chanteur Patrice faisait son retour avec un septième album, The Rising Of The Son, tinté de mélodies reggae/folk/rock/soul. Mélangeant tous les styles, le beau et spirituel chanteur Patrice a eu pour effet de faire se lever la vraie tempête au profit de sa Soulstorm envoûtante. Et pour répondre à sa question: « Oui, on se sent en vie maintenant !« . Prochaine étape: Jackson & His Computer Band, figure encore peu connue et pourtant emblématique de la scène électro. Un show musical et lumineux, un personnage intriguant: on attend la sortie de son album en septembre prochain avec impatience ! Parmi les plus attendus également, le show tout en lumière de Vitalic VTLZR dont le succès fut tel qu’il était même difficile d’accéder à la zone destinée à ce concert exceptionnel. Enfin, pour clôturer cette seconde journée de musique, le choix ne fut pas simple du tout et je décidais alors de me couper en deux, en commençant par le show de nos frenchy désormais bien affranchis. Le groupe Pheonix faisait son grand retour à Rock en Seine avec de nouveaux morceaux très funk ! Mais l’envie de savoir devenant trop intense, je décidais de me diriger finalement vers cette petit scène Pression Live pour découvrir le groupe de musiciens/vidéastes/graphistes le plus controversé du moment, Fauve Corp. Sur des mélodies pop-électro, Fauve faisait samedi preuve d’une grande maturité avec des textes tranchants scandés au rythme d’un slam émotionnellement puissant. Une belle surprise de fin de soirée qui, s’accompagnant des premières pluies de la nuit, m’a fait rentrer chez moi des mots plein la tête. Merci la scène française.

©Victor Picon. Issu de https://www.facebook.com/rockenseine.
©Victor Picon. Issu de https://www.facebook.com/rockenseine.

Dimanche 25 août 2013 – 3ème jour

Un troisième et dernier jour qui commence sous la pluie, et sous les clameurs. Avec un peu de retard, je passe furtivement à coté de la scène où le jeune espoir du rap américain Mac Miller fait son entrée. Cependant, férue de petite scène française, je prends la décision d’aller d’abord découvrir le showcase du groupe Balinger à l’Espace Île-de-France, et jackpot ! Court mais intense, ce groupe de rock encore peu connu m’a laissé le sentiment de mériter une scène un peu plus grande lors de la prochaine édition ! Retour vers les États-Unis où le rapper Mac Miller continue d’animer son public, notamment avec son célèbre titre Knock Knock. Toutefois, il est temps de partir pour ne rien manquer du prochain groupe défini par sa musique polymorphe et volontairement variable, Eels. Une musique multi-facette, un chanteur à l’auto-dérision démesurée, un pur moment  de liberté musicale. Le programme s’enchaîne avec la montée sur scène de Skip The Use venu enflammé les fans de musique funk/rock. Suivi de très près par la scène électro italienne, il était impossible dimanche dernier de ne pas se rendre devant la Grande Scène pour découvrir, entre rave et concert punk, les Bloody Beetroots Live ! Une énergie musical éblouissante s’échappait de ces quelques artistes aux multiples talents venus nous livrer un spectacle remarquable. Tout autant attendu, on retrouvait ensuite le célèbre personnage fictif et emblématique d’une musique brassant dance-hall jamaïcain, rap et électro… Major Lazer ! Un concert haut en couleurs et en festivité qui a su faire bouger les corps et frétiller les sens des spectateurs et danseurs amateurs que la pluie n’a point effrayés ! Un spectacle d’autant plus surprenant qu’il a été le lieu d’une apparition surprise du chanteur belge Stromae, venu interprété son morceau Papaoutai issu de son nouvel album. En pleine possession de la scène, le groupe de chanteurs/DJs a même prolongé le show quelques instants de plus, histoire d’amuser la galerie. Enfin, un dernier jour de festival clôturé en beauté par le groupe de métal indéracinable System Of A Down dont les envolées vocales résonnent encore, paraît-il, sous les écorces des arbres du domaine de Saint-Cloud…

Entre la programmation musicale exceptionnelle de cette onzième édition du Festival de Rock en Seine, la présence de nombreux stands-restaurants donnant accès à diverses cuisines du monde, la création d’un espace réservé au enfants nommé le Mini Rock en Seine, etc. Le festival parisien le plus rock’n roll de l’année a fait une fois de plus preuve d’une organisation remarquable. À l’année prochaine, sans hésitation !

©Nicolas Joubard. Issu de https://www.facebook.com/rockenseine.
©Nicolas Joubard. Issu de https://www.facebook.com/rockenseine.

Et pour ceux qui n’auraient pas eu la chance de participer à cet événement, venez retrouver les nombreux reportages, interviews et concerts proposés en replay par Culturebox.

PDF24    Envoyer l'article en PDF   

A propos Agence

A lire aussi

Arles, la 8ème édition « Octobre-Numérique » montre le ON !

Une 8ème édition « Octobre-Numérique » sous le signe du « On », pour allumer les machines et les ...

Lire les articles précédents :
Sébastien Vettel
Sébastien Vettel vainqueur du Grand Prix de Belgique de Formule 1, signe sa cinquième victoire de la saison 2013.

Superbe course de Sébastien Vettel, vainqueur incontesté de ce grand prix de Belgique. Même si ...

Les Chroniques de Netty: Numero unique du Mois d’Aout

Bonjour, Bonjour les Francenetinfophiles! C'est par cette phrase que vous connaissez tous maintenant, que Netty ...

Cakes & Cie, aux éditions Marabout.

Paru en avril 2013, aux éditions Marabout, Cakes & Cie, de la collection Côté Cuisine, ...

Fermer