Accueil / Culture / Sous la Schlague de Henriette Lasnet de Lanty

Sous la Schlague de Henriette Lasnet de Lanty

Les excellentes éditions du Félin présentent un témoignage poignant d’une femme au destin hors norme : Sous la Schlague, Fresnes – Sarrebruck – Ravensbrück – Schönfeld (1943-1945) de Henriette Lasnet de Lanty.

sous la schlague

L’histoire du récit :
Henriette Lasnet de Lanty a 47 ans en 1943. Simple femme au foyer, elle s’occupe de ses cinq enfants dans le XVIe arrondissement de Paris, rue de la Pompe. Personne ne se doute que sous son apparente tranquillité elle participe activement à la Résistance. Servant de boîte aux lettres, elle récupère des informations et, sous son insoupçonnable camouflage de parfaite ménagère, distribue les consignes et ordres de mission aux agents parisiens en allant faire ses courses.

Mais quand le réseau tombe, elle est dénoncée, arrêtée : c’est le début d’un véritable calvaire qu’elle va affronter avec un courage hors du commun.
Les prisons françaises et leurs sordides interrogatoires, la déportation, les camps, Ravensbrück, Schönfeld… Sous les coups de schlague de ses gardiennes, elle trouve encore la force de saboter les pièces qu’on lui demande de fabriquer et, sans broncher, résiste toujours, à sa manière, aux humiliations, à l’angoisse de ne pas revoir ses enfants, son mari déporté comme elle, à l’horreur permanente de la mort de ses camarades.

Même une fois libérée, les Américains n’ont que faire de ses femmes qui encombrent les routes, les soldats français eux-mêmes se méfient de celles qu’ils pensent être venues ici travailler de leur plein gré. Henriette Lasnet de Lanty va encore devoir traverser l’Allemagne dévastée par la guerre, seule, à pied. Ceci est son témoignage.

Mon avis de lectrice :
Quelle leçon incroyable de courage et d’humanité nous donne Henriette Lasnet de Lanty dans son récit : Sous la Schlague, Fresnes – Sarrebruck – Ravensbrück – Schönfeld (1943-1945). Elle utilise des mots précis, sans fioriture, comme elle nous expliquerait sa meilleure recette de tarte aux pommes, pour partager avec nous cette partie de sa vie ! On parcourt les pages avec des sentiments mêlés d’admiration, d’horreur, de sympathie, de soulagement tout au long de cet ouvrage palpitant.

On se rend compte que le sujet, même s’il a été maintes fois traité, n’arrivera jamais à épuisement.
Chaque individu ayant vécu cette guerre a quelque chose à raconter de son expérience, et ce genre de témoignage construit tout un pan de l’histoire de la France mais aussi de l’humanité entière.

Le courage et la détermination de cette militante malgré elle Henriette Lasnet de Lanty, montrent à quel point les femmes ont été exemplaires pendant ce dur combat qui a été mené main dans la main avec les valeureux résistants. Ce devoir de mémoire est indispensable pour que personne n’oublie les événements qui se sont déroulés, et surtout pour que des leçons en soient tirés pour que cela ne se reproduise plus. Une oeuvre majeure à faire lire dans toutes les écoles et dans tous les foyers. Bonnes lectures.

A propos alissash

A lire aussi

the-cure-rock-en-seine-2019-slider

The Cure ouvrira le Festival Rock en Seine 2019

The Cure – Le groupe mythique anglais créé par Robert Smith, fera l’ouverture du Festival ...

3 commentaires

  1. Je connais ce livre pour l’avoir lu dans sa première édition à compte d’auteur.
    Ce livre m’avait bouleversé. J’ai toujours cette première version, mais je vais acheter
    plusieurs exemplaires de la nouvelle édition. Ils seront mes cadeaux de Noël.
    Par ailleurs, je vais diffuser sur mes réseaux, l’affichette promotionnelle préparée
    par mon ami Patrick Parfonry. Ce livre doit avoir une audience la plus large possible.

  2. Patrick Parfonry

    Sous la schlague.

    Bonjour Alissash,
    je suis très sensible à votre commentaire. Je connais bien ce livre et son auteur, elle était ma grand-mère maternelle. Comme vous avez raison, c’était une femme hors du commun. Elle nous a transmis la vraie valeur des choses, le respect et la grandeur d’âme.
    Sous la schlague, édité à compte d’auteur en 1965, sort aujourd’hui de la confidentialité et nous lui souhaitons une large audience.
    Je prépare une petite affichette, à l’attention des libraires, pour présenter ce livre. M’autorisez-vous à reprendre vos mots avec votre signature :
    « Un témoignage poignant. »
    « Une leçon d’humanité. »
    Je vous remercie infiniment d’avoir lu et apprécié ce livre.
    Soyez assuré de mes meilleurs sentiments

    Merci de votre réponse

    Patrick Parfonry

    • Bonjour Patrick, merci beaucoup pour votre message, bien sûr que vous pouvez utiliser mes mots, c’est mon ressenti pour ce merveilleux témoignage. Très cordialement, Alice Masson