Accueil / non / Le traitement contre l’alcoolisme existe

Le traitement contre l’alcoolisme existe

L’alcoolisme est une vraie maladie et non un vice. Aujourd’hui elle se soigne avec succès, grâce à un traitement : le baclofène (parfois administré à hautes doses pour cela.)

Les malades doivent le savoir et, comme les sidéens dans les années 80, doivent exiger que leur maladie encore considérée comme « honteuse » dans l’esprit populaire, soit prise en charge avec la même humanité et le même souci d’efficacité auxquels ont droit tous les autres malades atteints de maladies graves et mortelles.Notre association AUBES (Association des Utilisateurs du BaclofènE et Sympathisants) est leur porte-parole depuis janvier 2010.

A l’heure où nous écrivons, d’énormes moyens sont déployés pour lutter contre les désastres de l’alcool au volant. Nous rêvons que  les mêmes  moyens soient engagés dans la lutte directe contre l’alcoolisme. Le traitement de l’alcoolo-dépendance par le baclofène à haute dose trouve enfin l’écho médiatique qu’il mérite, grâce aux essais réclamés depuis bientôt 7 ans. Ces essais devraient débuter en 2012 (1) : nous voudrions rappeler à tous de quoi il s’agit et l’urgence à propager l’information.

Olivier Ameisen et le baclofène

En 2000, Olivier Ameisen, cardiologue émérite et alcoolique lui-même, découvre qu’un vieux médicament prescrit depuis une quarantaine d’année, le baclofène, un myorelaxant destiné à traiter les contractures dans  la sclérose en plaque notamment, a des propriétés exceptionnelles pour supprimer les addictions lorsqu’il est administré à haute dose. Il a été testé avec succès en ce sens sur des rats de laboratoire. Il recherche et synthétise toutes les études déjà réalisées autour de ce traitement et décide de se l’auto-administrer. C’est une ultime tentative pour se sortir de son alcoolisme. Il a tenté toutes les thérapies existantes et rechuté à chaque fois. En quelques mois, il obtient sur lui-même ce qui était démontré avec les     rats : il est devenu  indifférent à l’alcool. Il n’en a plus ni besoin, ni envie. Il publie des articles dans de grandes revues scientifiques (2) pensant que le monde de l’addictologie va le soutenir. Il réclame immédiatement des essais sur les humains pour étayer sa découverte. Peine perdue, ce vieux médicament, tombé dans le domaine public n’intéresse pas les laboratoires et rend même parfois suspicieux le monde de l’addictologie. Certains craignant, à tort, d’avoir là un concurrent trop performant, mettant en péril leur raison d’exister.

Devant cet immobilisme, Olivier Ameisen décide d’écrire un livre « Le dernier verre » publié en 2008 (ed Denoël) pour informer le grand public de l’efficacité révolutionnaire de sa découverte .

Dès sa parution, le livre se vend à 40 000 exemplaires, suscite un espoir fabuleux pour un grand nombre de malades. Certains se regroupent immédiatement sur internet, créent leurs forums d’entraide. Ils diffusent ainsi l’information pour permettre à chacun d’obtenir une prescription. Nous rappelons qu’aux USA, en Suisse, en Hollande et en Allemagne, Olivier Ameisen  est régulièrement invité à donner des cours et des conférences en faculté, pour y exposer sa découverte et son protocole. En France, il a fallu que deux colloques soient organisés par une toute jeune association (la nôtre) pour qu’il puisse prendre la parole en public et exposer sa découverte. Pas une seule université française, pas un seul chef de service et pas un seul organisme lié à l’addiction et l’alcoolisme n’a daigné consulter le découvreur de cette thérapie…

L’Association AUBES

Une association de malades et de médecin, AUBES, voit le jour en janvier 2010 et s’implique fortement pour faire reconnaître le traitement. Il s’agit de convaincre les médecins de tenter l’aventure. Cela s’avère très difficile, un vrai parcours du combattant (3) : le baclofène à haute dose pour cette pathologie ne peut être prescrit qu’ hors Autorisation de Mise sur le Marché, (AMM). Cela rend frileux bon nombre de praticiens quand ils ne sont pas juste sceptiques à priori : un médicament pour traiter l’alcoolisme, ça se saurait ! Encore un produit miracle qui ira aux oubliettes une fois l’engouement médiatique passé, soyons sérieux !

Mais la mobilisation acharnée de ces malades permet à des centaines d’autres d’obtenir le traitement et de témoigner du succès de la thérapie. De l’autre côté, quelques médecins engagés et convaincus, Olivier Ameisen en tête bien-entendu, publient des études sur des dizaines de  patients traités au baclofène. (4). La presse en parle régulièrement mais les fameux essais qui permettraient enfin la reconnaissance officiel du traitement ne sont toujours pas mis en place. C’est du mouvement conjoint de ces malades et de ces quelques médecins révoltés devant cet immobilisme intolérable, que notre association,  AUBES (Association des Utilisateurs du BaclofènE et Sympathisants) est née en janvier 2010. Créée à l’initiative de Bernard Joussaume, médecin généraliste, prescripteur de la première heure et de plusieurs malades, administrateurs et animateurs du plus important forum sur le sujet, elle est aujourd’hui forte de 300 adhérents. Elle rassemble patients et médecins, dont les prescripteurs les plus connus, auteurs des études sur l’efficacité de la molécule (cités en note 4). Le forum est visité 3000 fois par jours depuis sa création.

Nous rappelons que ces études établissent un taux de réussite d’en moyenne 80% : environ 50% des malades cessent toute consommation sans souffrance de manque, et environ 30%  reviennent à une consommation modérée correspondant aux normes établies par l’OMS (5). Le taux d’échec de l’ordre de 20% pourrait être amélioré par la pratique et son observation.
Pour rappel, les autres traitements conventionnels pratiqués jusqu’ici, sur la base d’un sevrage total et du maintient d’une abstinence douloureuse et souvent intenable, ont un taux de rechute, à court et moyen terme, de l’ordre de 90%.

Nous insistons aussi sur le fait que :

• La non toxicité de ce médicament, déjà prescrit à hautes doses par des neurologues dans d’autres pathologies a déjà largement été démontrée depuis 40 ans.
• Contrairement aux benzodiazépines abondamment prescrits (et hors AMM!) pour les sevrages, le baclofène ne crée pas de dépendance.
•  Les effets secondaires, si ils sont parfois gênants, sont tous bénins et disparaissent rapidement.

La mobilisation générale

AUBES appelle aujourd’hui malades et médecins à la mobilisation générale pour étendre la prescription à tous les alcoolo-dépendants qui souhaitent en bénéficier.

Nous incitons donc les malades à demander ce traitement à leur médecin.
L’alcoolisme est une maladie mortelle qui cause 120 décès directs et indirects par  jour en France.
Les alcooliques ne sont pas coupables d’en être atteints, ils ont le droit de bénéficier dès aujourd’hui du seul traitement efficace pour lutter contre leur maladie et ses conséquences sociales, professionnelles, familiales dramatiques.

Nous demandons aux médecins de rejoindre leurs confrères prescripteurs (dont le nombre serait de plusieurs milliers, selon l’Afssaps, en regard du nombre exponentiel de boîtes vendues depuis 2008, date de la parution du « dernier verre ») et d’accorder ce traitement salvateur à leurs patients alcooliques, à titre compassionnel, sans attendre le résultat des essais, ni l’AMM.

Pour cela nous encourageons malades et médecins à rejoindre notre association pour soutenir son action,  pour obtenir des informations, des conseils et des orientations en s’inscrivant sur notre forum internet : http://www.baclofene.fr

Ce forum consacré, au départ, aux malades, a ouvert début septembre, un espace de discussions et d’informations, réservés aux membres du corps médical.

Aubes va prochainement devenir un réseau national avec un collège de médecins qui parcourront la France afin de former leurs confrères à la prescription, enfin nous sommes d’ores et déjà partenaires officiels des essai menés par Philippe Jaury.

Rejoignez-nous : notre nombre fera notre force pour la reconnaissance officielle de ce traitement qui peut sauver des milliers de vie chaque année. Nous avons crée dans ce but    un dossier d’information disponible à la demande, des médecins de AUBES répondent  sur les forums aux questions de leurs confrères et des malades.

Docteur Bernard Joussaume, président de AUBES

NOTES :

1) Traitement de l’alcoolisme : essai thérapeutique randomisé en double insu pendant un an en milieu ambulatoire du baclofène à haute dose versus placebo » – déposé par la Faculté de Médecine René Descartes – Responsable du projet P. Jaury- Projet validé par les Programmes Hospitaliers de Recherches Cliniques.
2) Depuis 2004, il a publié de très nombreux articles et études dans les revues Alcohol and Alcoholisme, Jama, Lancet, Annales Médico- psychologiques etc.
3) En 2008, seule une petite dizaine de prescripteurs étaient connus sur toute la France, les malades parcouraient parfois des centaines de kms pour avoir une ordonnance, achetaient la molécule en Espagne où elle est en vente libre où se fournissaient sur internet. Aujourd’hui, si un certain nombre de médecins acceptent de le prescrire, ils sont en général informés de son existence par leurs patients…
4) Ameisen O, de Beaurepaire R. Suppression de la dépendance à l’alcool par le baclofène à haute dose: un essai en ouvert. Annales médico-psychologiques 2010;168:159-161. Alcool et baclofène : Etude de 132 personnes suivies pendant un an en ambulatoire (sur Paris,étude menée par Philippe Jaury) – Dr Constance Alexandre Dubroeucq
5) 2 verres par jour pour les femmes, trois pour les hommes
6) Des cas de personnes tentant de se suicider en prenant des doses de l’ordre de 2500 mg, soit 250 comprimés de 10 mg, ont connu un coma passager, sans aucunes séquelles.

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

the-wild-immersion-realité-virtuelle-VR

The Wild Immersion – La Réalité Virtuelle au coeur de la faune sauvage

The Wild Immersion (Immersion Sauvage) Une expérience de réalité virtuelle qui vous téléporte au plus ...

18 commentaires

  1. ALCOOLISME

    – Avez-vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de boissons alcoolisées ?
    – Votre entourage vous a-t-il fait des remarques au sujet de votre consommation ?
    – Avez-vous déjà eu l’impression que vous buviez trop ?
    – Avez-vous déjà éprouvé le besoin de boire de l’alcool le matin pour vous sentir en forme ?
    *Si oui, à ces questions suscitées vous êtes alors dépendant à l’alcool et nous pouvons vous aider à sortir de cette dépendance et ce de manière définitive.
    Quelles fausses idées sur l’alcool ! L’alcool désaltère : l’alcool au contraire déshydrate, notamment en faisant uriner davantage. C’est d’ailleurs cette déshydratation qui provoque l’effet « gueule de bois » après excès.
    L’alcool donne de force : non ! L’alcool provoque une sensation d’euphorie qui donne une sensation de force. L’épuisement à l’effort est au contraire très rapide, voire dangereux.

    Vous êtes alcoolo-dépendant ! Comment vous préparez-vous à arrêter de façon définitive votre consommation régulière ? Un traitement rapide, très efficace et sans effets secondaires vous est proposé à base de plantes médicinales.

    !!! ALORS N’HESITEZ PAS A NOUS CONTACTER POUR TOUTES INFORMATIONS !!! COMPLEMENTAIRES ET NOUS SOMMES DISPOSES
    A NOUS DEPLACER VERS LE PATIENT

    Contact : traitealcooloejp@yahoo.fr

  2. Fleau Solution (@FleauSolution)

    L’alcool est un véritable Fléau dès lors qu’on tombe dans la dépendance il détruit des vies. Ci joint un recueil de quelques témoignages et chiffres sur le sujet qui laissent sans voix : http://fleausolution.com/2011/10/jai-bu-ma-vie-a-65-degre/

  3. Je suis sous baclofène depuis 3 ans, après 10 ans d’alcoolisme. J’ai décroché à 220 mg/jour. Je suis une des preuves vivantes de l’efficacité du produit.

    Je me suis auto-administré le baclofène procuré, faute de mieux, sur Internet

    Vivement l’essai thérapeutique et une prescription enfin officielle et scientifique.

    Mille mercis à O. Ameisen et à AUBES

  4. Bravo pour cette page publicitaire d’une des deux associations cherchant à faire reconnaitre le baclofène dans le traitement de l’alcoolisme.
    L’association BACLOFENE se bat aussi. http://www.baclofene.org avec son propre forum :
    http://www.baclofene.com

    Elle a mis une pétition en ligne sur mesopinions.com, rubrique santé
    http://www.mesopinions.com/Le-SCANDALE-du-Baclofène—Obtenons-au-plus-vite-une-extension-de-l’AMM-petition-petitions-98d9a227733af1a8ceb3377e67c184f3.html

    J’invite tous ceux concernés par l’alcoolisme à la signer
    Sylvie Imbert – Association BACLOFENE

  5. Bonsoir/bonjour, c’est selon,

    Je prends ce traitement depuis le 27 juin 2011. Depuis, tout a changé. Ou, plutôt, tout est redevenu comme avant. Je n’ai plus de crises de boulimie, plus d’alcoolisation massive et ingérable, plus d’anxiété démesurée et de douleurs musculaires.

    Mon père est actuellement aux soins intensifs, un accident causé par des actes inconscients liés à une trop forte alcoolisation, malheureusement il ne prenait du baclofène que depuis 2 semaines, trop court pour avoir des résultats.

    Cette réalité est celle de centaines, de milliers, de centaines de milliers de personnes, de familles qui perdent leurs proches, de gens qui perdent toute estime d’eux-mêmes, toute dignité dans des traitements inefficaces, reposants de manière mensongère sur la volonté, l’unique volonté. Un diabétique peut s’aider de sa volonté pour son régime alimentaire, il ne peut pourtant évoluer sans insuline. Le baclofène n’est pas un substitut à l’alcool, il soigne les causes, la source de l’alcoolisme, l’anxiété, les douleurs musculaires, …

    Un jour, proche, des professionnels auront à répondre de leur inaction, de leurs réticences, de leur acharnement thérapeutique à poursuive avec des moyens inefficaces. Les autorités sanitaires auront à répondre de leur choix économiques.

    Cette situation est insupportable, sans ces gens, d’Aubes, de leur forum http://www.baclofene.fr, rien ne bougerait. Cette association est au prémisse d’un grand mouvement, le printemps AA en quelques sortes :) un réveil de ceux qui eux aussi ont été méprisés, opprimés, salis, rendus responsables de leurs maux et misères.

    J’ai 26 ans, ma vie désormais n’est plus qu’un combat, j’avance comme tout le monde, je suis à 250 mg de baclofène par jour, je n’ai aucun effet secondaires, j’ai de nombreux projets qui avancent, je gère ma vie, avance, comme tout jeune homme.

    Réclamez vous aussi ce traitement à votre médecin, parlez, rendez vous sur le forum http://www.baclofene.fr et passez à autre chose, vivez.

    Merci à toutes et tous, sans votre aide, vos conseils, j’aurai pu abandonner le traitement et passer à côté de ma vie. AUBES c’est probablement déjà des dizaines de vies sauvées, dans le futur des centaines, des milliers. A vous de passer le pas. Il est grand temps de vivre autre chose.

    http://www.baclofene.fr

    Max.

  6. Quand on voit les dégâts issus de la consommation d’alcool et des rechutes, quand on voit les dégâts occasionnés par les médicaments de substitution, quand on voit le taux d’échecs des cures, quand on voit les contre-indications de beaucoup de médicaments, je n’arrive pas à comprendre qu’on interdise un médicament plébiscité par les malades plutôt que par les laboratoires!!! il n’y a pas meilleur test il me semble!
    Je mets beaucoup d’espoir dans des tests cliniques, il faut laisser les personnes dépendantes tenter ce traitement
    qui n’est pas pire que de continuer à consommer, à se détruire, à détruire sa famille, ses enfants.
    c’est bien beau de vouloir jouer au puritain, de s’acheter une conduite, il me semble qu’il fallait le faire avant pour d’autres médicaments. Pour une fois que les volontaires sont nombreux, pour une fois que les tests et les résultats sont déjà largement éprouvés pourquoi, pourquoi refuser d’entendre les malades et leurs médecins.

  7. Cet article est très bien fait…mon fils est sortie de l’enfer de l’alcool grâce au Baclofène, SEULE molécule efficace dans le traitement de l’alcoolisme, je conseille très vivement à toutes les personnes qui ont besoin d’aide d’aller sur le forum : http://www.baclofene.fr, c’est le forum de l’association AUBES, absolument tous les renseignements dont on a besoin se trouvent sur le forum et c’est un lieu de partage et d’amitié formidable…
    agathe

  8. Mon fils prend le baclofène depuis 3 mois suite à des années d’alcool et une tentative de suicide. Il va beaucoup mieux à ce jour et sa consommation d’alcool a fortement diminué.
    Grâce au forum http://www.baclofène.fr association AUBES et au docteur Ameisen , mon fils a connu le baclofène.
    Infinimment reconnaîssante à toutes les personnes qui oeuvrent pour que le traitement soit autorisé .
    Malouina.

  9. Merci pour votre article que j’ai trouvé complet et informatif.
    Je suis la compagne d’un alcoolique qui sans le forum du site http://www.baclofene.fr (association AUBES) serait sûrement retourné une seconde fois en hopital psychiatrique, ou en prison… ou au cimetière. Après avoir presque tout perdu, il a retrouvé la santé et l’espoir… en attendant de retrouver un travail et de reconstruire une vie très endommagée…

  10. Après 10 ans d’enfer dans l’alcool, de nombreuses hospitalisations, cures etc… perte de mon emploi, perte de toute vie sociale, j’ai entendu une info concernant l’étude sur le baclofène utilisé dans l’alcoolo dépendance. J’ai alors trouvé Aubes et le forum qui m’a beaucoup aidé ainsi que mon médecin.
    Je peux maintenant reconstruire une vie qui m’échappait….
    J’espère que beaucoup de malades pourront avoir accès à ce traitement!!
    Claude

  11. Après des années de galère et de dépression principalement dues à l’alcool, je vois enfin le bout du tunnel grâce à AUBES.
    C’est par AUBES que j’ai eu les coordonnées d’un médecin de ma région qui acceptait de prescrire du baclofène hors AMM.
    Ma consommation d’alcool a diminué de façon drastique et j’ai bon espoir d »atteindre l’indifférence…
    Merci au Docteur Ameisen et à l’association AUBES.
    Anne

    • Après des années de consommation d’alcool excessive, avec en moi toujours cette envie de sortir de cet enfer j’ai croisé la route du baclofène.
      Depuis 12 ans, date de ma prise de conscience de ma dépendance à l’alcool, j’ai essayé tous les moyens qui existaient jusqu’àlors: traitement médical, suivi phsychologique, groupes de paroles, forums sur internet, cures de sevage (3)… périodes d’abstinence. Plus j’en savais sur mon problème d’alcool, plus ma motivation et ma volonté etaient fortes et moins je voyais le bout du tunnel.

      J’avai entendu parler du baclofène il ya plusieurs années, l’info heureusement est restée en mémoire et depuis peu j’ai commencé le traitement.
      Dans un même temps j’ai découvert l’association AUBES … toutes ces informations depuis cette découverte que les membres de l’association et du forum partagent au quotidien.
      J’ai senti immédiatement que j’étais à bon endroit pour trouver l’aide et le soutien nécessaire à l’accompagnement de ma démarche.
      Ici que du réel, du vécu d’anciens malades alcooliques dépendants.

      J’encourage toute personne désireuse de se faire un avis indépendant et libre de toute idée préconçu à venir sillonner les différentes rubriques du site.
      Elles y verront que le baclofène n’est pas une « pilule miracle » tant décriée par ses détracteurs », que le chemin vers l’indifférence à l’alccol n’est pas « si rose » pour tous … que … que … etc … mais que le médicament baclofène ça marche.
      Que notre volonté de s’en sortir est enfin accompagnée par cette molécule tant attendu de nous toutes et tous.

      Ma consommation et mon envie d’alcool ont a cessé immédiatement et c’est sereinement que je continue mon traitement .

      Merci au Docteur Ameisen et à l’association AUBES, merci à mon médecin prescripteur.
      Et merci à vous qui me lisez de savoir maintenant que le baclofène « ça marche »!

      Amitiés! Bocly

  12. Comme toute personne ayant pris du baclofène à haute dose j’ai été sujet, au début, à quelques désagréments bénins. Mais ils sont vites passés et quelle délivrance que de ne plus être sous l’emprise de l’alcool !
    Malheureusement il faut se heurter à la peur des médecins de prescrire en dehors des AMM.
    J’ai trouvé beaucoup de renseignements sur le forum de AUBES (http://www.baclofene.fr/) et de liens d’amitiés et de soutien que je n’avais jamais eu lors de mes précédentes tentatives de sevrage auprès des AA ou autre croix-bleue (mais je ne critique pas du tout leur travail).
    Je remercie AUBES et les médecins qui prennent le risque de prescrire le baclofène à haute dose. Grâce à eux je vois enfin le bout du tunnel après 2 cures de sevrage classiques infructueuses et 10 ans d’alcoolisme sévère
    Pierre

  13. Je suis ravi d’avoir découvert le baclofene pour cette addiction dont je me sortais plus apres 3 cures avec quand meme 7 ans de rémission.Ayant découvert ce médicament et recherche sur internet j »ai trouvé Aubes ou j’ai adhéré très vite car je savais l’effet du baclophéne et je voulais absolument participer et apporter mon témoignage

  14. preneur du baclofene depuis le 29 juin 2011 je me suis inscrite sur AUBES pour avoir des conseils je me suis aperçu qu’il y avait également du soutien et aucuns reproches a ce jour j’en suis a 100mg et ne bois que 2 verres de rose contre 10 avant le traitement mon médecin a qui j’ai parle de cette molécule n’a pas hésite a me la prescrire petite parenthèse depuis 21 ans j’étais sous antidépresseur et anxiolytique depuis 2 mois je n’en prends plus et je me portes comme un charme merci a l’association AUBES et merci au DR AMEISEIN pour son livre qui a aide et aide encore des centaines de malades comme moi je vais mieux je vais même très bien grâce au baclofene maryphi alcoolique depuis 17 ans

  15. Bonjour, alcoolique depuis plus de 20 ans. Après maintes cures je ne tenais que 6 à 9 mois et puis je replongeais … J’ai perdu mon mari et mes enfants. Un jour mon psychiatre m’ a parlé du baclofène. J’ai lu le livre et enfin un espoir est apparu dans ma vie. J’ai ressenti beaucoup d’effets secondaires, il m’ a fallu plus d’un an pour arriver à trouver l’indifférence. La seule chose que je regrette c’est de ne pas avoir fait une cure de plus avant de prendre le baclofène, elle m’aurait aidée à certainement avoir moins d’effets secondaires mais tant je suis là maintenant et heureuse de ne plus avoir envie de boire. J’essaie de refaire ma vie et de revoir mes enfants mais ce n’est pas facile de leur faire comprendre que j’étais malade, il va falloir quelques générations pour changer les mentalités.

    Julie

    Sur le forum http://www.baclofene.fr
    Association AUBES http://www.alcool-et-baclofene.fr/

  16. Grace à ce medicament et le site http://www.baclofene.fr ma mère sort de 30 ans de cauchemard.

    :)

  17. Grâce au baclofène je ne vais pas faire partie des 120 morts par jours ! J’en remercie le Dr Ameisen pour la publication de son livre et l’association AUBES que j’ai connue sans laquelle je n’aurai pas pu avoir les informations nécessaires pour expliquer à mon médecin. Ce dernier a accepté de me suivre et ce jour je suis guéri et je revis. J’ai beaucoup été soutenu par le forum http://www.baclofene.fr
    C’est encourageant de lire que AUBES va même former des médecins dans la France, bonne continuation.

    Max, un adhérent de AUBES :)

Lire les articles précédents :
Les records continuent de tomber en Inde pour Vettel et Red Bull Racing Renault

Sebastian Vettel et Red Bull Racing-Renault ont dominé le Grand Prix inaugural d’Inde sur le ...

Doctor Who : la série mythique made in UK est de retour pour la saison 5 !

Fraîchement régénéré, accompagné de la pétillante Amy Pond, le Docteur est de retour pour de ...

Poladroïd ??

Vous aimez les bonnes vieilles photos prisent avec des appareils Polaroid ? A l’aide de ce ...

Fermer