Une nouvelle étude revient sur l’impact du changement climatique

répartition évolution faunesA l’heure où l’on ne cesse d’évoquer le changement climatique, une étude publiée hier dans la revue PLOS ONE et menée par un chercheur du Centre de recherche de la paléobiodiversité et les paléoenvironnements (CR2P – Muséum National d’Histoire Naturelle/CNRS/UPMC) met en évidence l’impact catastrophique d’un changement climatique passé sur les faunes européennes de ruminants. Un réchauffement climatique et des changements environnementaux survenus il y a 24,5 millions d’années ont ainsi provoqué le remplacement de l’intégralité de la faune de ruminants préexistante par des migrants venus d’Asie.

L’étude nous apprend que la Terre a déjà subi par le passé des changements climatiques qui ont engendré des crises biologiques. L’une d’elle s’est produite il y a environ 24,5 millions d’années, avec un réchauffement de 2 à 4°C des eaux océaniques de l’Atlantique Nord, en même temps que naissait les Alpes. Ce qui provoqua une aridification et l’apparition de la saisonnalité en Europe.

Des analyses précédentes réalisées par une équipe franco-suisse avaient montré une modification importante des espèces de grands mammifères herbivores à cette époque : 40% de cette faune a changé entre 25 et 24 millions d’années, à la suite d’une immigration asiatique massive que cette équipe a nommée Microbunodon Event. Bastien Mennecart, chercheur au CR2P (Muséum National d’Histoire Naturelle/CNRS/UPMC) vient de publier un article dans PLOS ONE, dans lequel il prouve sur la base de cinq années de recherches, que l’intégralité des espèces de ruminants européens, a été renouvelée au moment de ce Microbunodon Event.

La majorité des ruminants actuels appartiennent au groupe des Pecora. Ils possèdent quatre poches stomacales qui facilitent l’ingestion d’aliments riches en fibres et peu énergétiques. Les Tragulina, qui furent largement majoritaires au cours de l’Oligocène (époque géologique) se distinguent par une réduction ou absence d’une des quatres poches stomacale et par un régime alimentaire plus énergique, comprenant, fruits, champignons, insectes et même des petits mammifères. La dégradation des conditions environnementales due à un changement du couvert végétal et du climat, associée à la compétition avec des Pecora venus d’Asie a ainsi sonné le glas des Tragulina en Europe. Les nouveaux ruminants ont supprimé les Tragulina dans ces conditions climatiques plus arides, grâce à un métabolisme plus efficace, capable d’assimiler de la nourriture pauvre en énergie. Les Tragulina ne comptent à ce jour que 10 espèces localisées en zone équatoriale, les chevrotains.

 

 

 

A propos Guillaume Joubert

A lire aussi

coloriages-pixels-mysteres-points-releir-grund

Temps calme – Coloriages pixels, mystères et points à relier

C’est aux éditions Gründ, en août 2020, qu’est paru le nouveau cahier d’activités de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Read previous post:
Eclipse Solaire : Rétina France rappelle les consignes

A un mois de l'éclipse solaire du 20 mars prochain, qui sera visible partout en …

Une belle chevelure grâce à l’huile d’argan!

L’huile d’argan est connue pour ses bienfaits sur la peau mais aussi pour son pouvoir …

Claudy Criquielion : Le cyclisme en deuil

Le monde du cyclisme est en deuil et plus particulièrement le cyclisme belge. Claudy Criquielion, …

Close