Véronique Sanson enflamme Les Folies Bergère !

Infatigable bête de scène, Véronique était pour trois soirs aux Folies Bergère pour nous présenter son tout nouveau spectacle, Hasta Luego. Setlist soignée autour de chansons inédites, light show élégant, son extra dans un théâtre plein comme un oeuf, le public a eu droit à 2h30 de pur bonheur !


En cinquante ans de carrière, Véronique Sanson fait partie de ces artistes de légende qui ont laissé une empreinte indélébile dans la chanson française. Depuis Amoureuse, son premier album sorti en 1972, le public a toujours répondu présent. La jeune génération lui doit beaucoup et la chanteuse fait partie de ce cercle restreint d’artistes qui sont une « référence ». À la fois forte et fragile, Véronique Sanson incarne depuis les débuts une variété pop folk portée par des textes flamboyants qui exposent ses failles, ses tourments, ses désirs et ses amours. Véronique Sanson, c’est un phrasé et un vibrato particulier, une écriture personnelle à fleur de peau. C’est l’une des rares à savoir faire groover aussi bien la langue française. Il suffit d’écouter ses trois albums écrits et enregistrés aux Etats-Unis auprès des plus grands musiciens de la pop américaine “Le Maudit, Vancouver et  Hollywood” (1973 – 1978)  à l’ époque où elle vivait avec Stephen Stills. Un virage américain qui aura introduit en France une musique résolument neuve.

Dimanche 27/11, peu avant 20h00, les lumières s’éteignent sous la clameur du public, plongeant la salle dans le noir et laissant apparaitre un incroyable light show fait de bâtons et cercles lumineux très esthétiques. Magique dès le premier titre, « Celui qui n’essaie pas (ne se trompe qu’une seule fois) » qu’elle entame sur une entrée à l’américaine, coté cour, la chanteuse réussit à nous transporter grâce à son incroyable voix et sa présence animale. Entourée de ses fidèles musiciens dirigés par Dominique Bertram (basse), elle récolte les faveurs du public sur les quelques 23 titres joués ce soir : « Annecy » et ses puissants arrangements rythm’n’blues 70’s, puis « Hasta luego » chanson funk rock groovy que l’on découvre pour la première qui sera de « Toi et moi », « Signes », « Le maudit (mais ta douleur efface ta faute)». La section de cuivre est soudée, très efficace même si on ne peut s’empêcher de penser au regretté Steve Madaio (trompette). Veronique Sanson entame alors un vibrant « Alia Soûza ». Suivront « Je me suis tellement manquée » toujours aussi émouvant, « Et je l’appelle encore » et « Besoin de personne ». Derrière son piano, Véro (pour les intimes !), nous livre de beaux moments d’intimité. Les musiciens descendent au bord de scène avec des instruments acoustiques. Séquence émotion où le public écoute religieusement « Besoin de personne » puis « Vancouver » dans des versions piano voix absolument sublimes. Retour à la légèreté avec « Chanson sur une drôle de vie » dotée d’une belle musicalité avec ce groupe qui joue serré compact. Et puis surprise ! C’est avec un plaisir extrême que le public, les yeux écarquillés découvre Marc Lavoine faire son entrer en scène sur « Une nuit sur son épaule ». Un duo très réussi qui avait déjà fait ses preuves sur scène aux Francofolies de la Rochelle (1994).

Ensuite, le public a droit à « C’est long, c’est court », « Rien que de l’eau » avant finir en apothéose sur un « Bernard’s Song (Il n’est de nulle part) ». La voix n’a pas pris une ride, le son est puissant, racé, impeccable. Pantalon moulé, bottines et boléro noirs, elle nous envoie ses chansons comme des caresses ou des brûlots. Immédiatement le public, les bras levés, semble comme soulevé, porté par une vague d’euphorie collective. Dans un ronflement de guitares gonflées rock signées Basile Leroux, doublé d’une basse-batterie à l’assise solide rehaussée de cette section de cuivre particulièrement musclée, Véronique Sanson distille l’essentiel de ses chansons, des connues et des moins connues. Au premier rappel, le public a droit à un « Flamingo Nights », suivi d’un « On m’attend là-bas » aux sonorités très blues rock.

Visiblement émue et heureuse, elle n’a décidément pas envie de quitter la scène. En guise de second rappel, seule au piano, elle nous offre les incontournables, Le temps est assassin, Amoureuse, Ma révérence, Visiteur et voyageur et « Bahia ». Des titres qui réussissent, à certains moments, à nous rendre nostalgiques, tristes ou euphoriques. Véronique Sanson vit ses morceaux à fond. Fatiguée et amaigrie par la maladie qu’elle a vaincue il y a deux ans, elle est peut-être un peu moins agitée sur scène qu’il y a quelques années mais nous réserve toujours quelques poses dont elle seule a le secret. Après un peu plus de deux heures d’un show sans faute, les fans sortent conquis et heureux. Un grand merci à Frédéric Jérôme et à ses équipes qui permettent de vivre de grands moments d’émotion dans  cette salle magnifique.

 

Jean-Christophe MARY

 

Nouveau spectacle Véronique  Sanson “Hasta Luego” 27/11/22. Les Folies Bergère

Celui qui n’essaie pas (ne se trompe qu’une seule fois)

Annecy

Hasta luego

Toi et moi

Signes

Le maudit (mais ta douleur efface ta faute)

Alia Soûza

Je me suis tellement manquée

Et je l’appelle encore

Besoin de personne

Vancouver

Chanson sur une drôle de vie

Une nuit sur son épaule (avec Marc Lavoine)

C’est long, c’est court

Rien que de l’eau

Bernard’s Song (Il n’est de nulle part)

Rappel :

 

Flamingo Nights

On m’attend là-bas

Rappel 2:

Le temps est assassin

Amoureuse

Ma révérence

Visiteur et voyageur

Bahia

 

A propos jean-christophe.mary

A lire aussi

Rock En Seine 2023 – Programmation du Festival

Les 23, 25, 26 et 27 août 2023 le Domaine National de Saint-Cloud vibrera au …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com