Accueil / Culture / Une femme invisible de Nathalie Piégay

Une femme invisible de Nathalie Piégay

Les excellentes éditions du Rocher présentent un roman historique prenant : Une femme invisible de Nathalie Piégay, le portrait de la mère cachée de Louis Aragon, une femme libre…

Une femme invisible

L’argument du récit :

« Pourquoi ne pas avoir écrit sur une femme qui a fait oeuvre ? Qui a marqué l’histoire ? Qui a laissé derrière elle autre chose que des bribes et un fils ? Pourquoi m’acharner sur une comparse, sur une figure qui n’apparaît que dans l’ombre que projettent les grands hommes, dans les interstices de leur biographie ? Les feuilles s’entassent sur mon bureau, les livres où je cherche sa trace. Tous parlent de son fils, ou d’Andrieux, le père de l’enfant. Elle n’y apparaît qu’au détour d’une parenthèse, elle est reléguée en note de bas de page… »
 
Dans ce livre, nourri d’une longue recherche, Nathalie Piégay enquête sur celle qui fut la mère cachée d’Aragon. Elle raconte la vie de cette femme libre et la passion qu’elle entretint pour les deux Louis : Andrieux, le père, grand bourgeois parisien, et Aragon, le fils, à qui elle transmit sa passion des arts et de la littérature. Au fil des pages, cette existence invisible et passionnée finit par ressembler à celle d’une autre. L’auteur de ce récit peut-être.
 
Mon avis de lectrice :
Nathalie Piégay est spécialiste de Louis Aragon. Dans ce récit : Une femme invisible, est s’intéresse à la mère de celui-ci, avec tous les secrets qui entourent cette naissance. D’ailleurs, s’intéresser à cette femme, c’est comme ouvrir une boîte à secrets pour en sortir un véritable trésor.
 
Nathalie Piégay utilise les mots comme autant de pansements pour réparer une blessure, celle des non-dits au sein d’une famille. Elle joue véritablement avec les sonorités, les différents sens, les allitérations pour livrer une oeuvre de littérature au sens noble du terme.
 
Avec des phrases courtes et percutantes comme autant de fléchettes, elle taille dans l’os pour aller à l’essentiel de son propos. Aragon nous est décrit dans une vraisemblance chirurgicale, sans complaisance, à la mesure de son génie.
 
Une femme invisible se lit comme un roman bien plus que comme une simple biographie. Nathalie Piégay a effectué un travail de fourmi pour cette représentation extrêmement bien documentée sur le destin de cette femme cernée par les secrets, dont la plupart sont révélés dans cet excellent ouvrage. Bonnes lectures.

A propos alissash

A lire aussi

L’Odéon présente sa nouvelle saison

Le plus beau théâtre de Marseille est sans conteste l’Odéon, situé tout en haut de ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Zéropédia – Tout sur tout (et réciproquement)

Zéropédia est un album avec plein de savoir, plein d’humour, plein de questions et surtout ...

The story of my heart de Ghislain Loussingui

Pour ma première chronique sur un recueil de poèmes, mon choix s'est porté sur le ...

Martin fait des gâteaux, un album tendre et beau des éditions Larousse

Martin, l’ours gourmand et amusant, est de retour dans un nouvel album, paru aux éditions ...

Fermer