Accueil / Actu du web / Le web mondial en grève

Le web mondial en grève

Comment le gouvernement américain a mis le web mondial sur une pente savoneuse

Hier, vous avez peut-être eu du mal à vous connecter à des sites sur lesquels se trouvent vos sources d’information favorites, ou certains réseaux sociaux et jeux. Tous ces sites sont devenus inaccessibles au même moment, et étrangement la raison n’est pas une attaque informatique de grande envergure auxquelles auraient pu nous habituer les charmants camarades de Anonymous. Non, cette fois, Internet était en grève.

Certains sites comme Reddit.com, certains blogs et WordPress, voire Minecraft ou Wikipedia se sont mis en grève, comme on le ferait dans la rue, par le biais d’un blackout, orchestré pour protester contre la loi SOPA (Stop Online Piracy Act) et la loi PIPA (Protect IP Act), toutes deux créés par les autorités législatives américaines pour contrer ladite montée en puissance du piratage en ligne.
Mais que sont SOPA et PIPA ? Pour faire simple, il s’agit d’un HADOPI (pour mémoire, la Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des droits sur Internet) et d’un LOPPSI (toujours pour mémoire, Loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure) à l’américaine. Seulement, là où le hadopi et le loppsi français, toujours aussi discutable dans leurs principes, se contentent de bloquer l’accès aux sites hébergés en France, ou redirigés par des serveurs français (système DNS), SOPA bloquera (et a déjà bloqué en fait) l’accès à de nombreux sites web et services internet américains. Mais où est le problème vu que ce qui se passe sur le web américain ne nous concerne pas ? La réponse est simple : une immense partie des sites web que vous visitez et des services que vous utilisez sont américains, et hébergés aux Etats-Unis, et vont se retrouver bloqués.

Si une telle mesure ne semble pas vraiment faire de vagues lorsqu’elle touche la France, c’est peut-être parce-qu’elle n’a pas suffisamment de sites pouvant faire pression contre Hadopi, trop désorganisés, pas assez informés, trop marginaux. Les activistes anti-SOPA/PIPA ont quant à eux eu tout le loisir de diffuser l’information sur les sites et les médias les plus utilisés, et se sont diffusés à une vitesse impressionnante. De cette façon, le mot s’est passé, et aujourd’hui, de nombreux sites ont participé au blackout, empêchant des millions d’internautes d’aller chercher les documentations qu’ils voulaient sur Wikipedia, de donner des informations sur Wikileaks, de raconter leurs vies sur Reddit, de lire leurs blogs préférés… Comme si SOPA avait été appliqué pour la journée.

Pourquoi tant d’anticipation pour cette loi ? Comment SOPA peut-elle être si mauvaise ? Pour faire simple, il s’agit toujours d’une copie de Hadopi, lancée et orchestrée par les majors de l’industrie des médias, pour servir leurs propres intérêts, que des politiciens rachètent pour leur compte, en vue généralement des prochaines élections. Ces majors de l’industrie des médias et de la culture, tout le monde les connaît, et répondent souvent aux doux noms de Universal Group/EMI, Columbia, Fox, Warner, SonyMusic, Vivendi (France)… Tous ces groupes ont aujourd’hui le monopole de la culture, de l’information (FoxNews par exemple, ou CBS, qui soutiennent activement cette loi) et de la communication (si certains de ces groupes tiennent les rennes de certains de nos opérateurs téléphoniques comme Bouygues Telecom, SFR, Numericable ou Orange, c’est aussi le cas dans le monde entier). Du coup, si cette loi passe, internet, ainsi que toute la communication et l’information seront aux mains de ces entreprises privées, filtrées selon leurs bons désirs, taxées selon leurs envies, coupant ainsi du monde l’accès à une immense quantité de sites d’information, de culture, d’éducation, de GrooveShark à Wikipedia, en passant par la presse indépendante.

Ce type de mouvements de protestation en ligne n’est pas nouveau et a déjà eu lieu par le passé, avec l’apparition de Hadopi, mais aussi et surtout pour la première fois en 1996, alors qu’internet n’était encore que marginal. A chaque fois que les libertés individuelles sur internet se voyaient bafouées, un groupe a commencé à lancer un appel au blackout du web, jusqu’à-ce qu’ils soient suivis par un maximum de personnes pour faire valoir leurs droits et respecter le principe de la neutralité du web.

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

Yuka nous révèle TOUT sur nos produits de beauté en UN scan !

Yuka l’avait annoncé, après avoir lancé son application qui nous permettait de connaître le contenu ...

Lire les articles précédents :
Dans le collimateur de Cecilia Bengolea et François Chaignaud

Pour cette seconde carte blanche de la saison le TAP est confié à deux danseurs ...

Quand une femme explique aux Hommes….

Attention messieurs le 19 janvier 2012 le plus grand secret de l'humanité sous vos yeux !!! Par une ...

Icelandic trip : Kevin Puget

Quand la parole s'amenuise pour laisser place à la contemplation, à l'émerveillement. Kevin Puget,  un ...

Fermer