Boys of the dead (+16: Yaoi/horreur) – Éditions Akata 

Boys of the dead est un yaoi (boy love) d’horreur, réservé aux +16 ans. Contenu érotique/ langage grossier. Réservé à un public averti.

Dans une Amérique post-apocalyptique, où une mystérieuse maladie transforme les habitants en zombie, quelques survivants se battent pour survivre. Un journaliste du nom de Campbell, sillonne les terres des infectés pour recueillir leurs témoignages et les rapporter. C’est le seul moyen qu’il a trouvé pour se raccrocher et raccrocher les autres à un semblant d’humanité, dans ce monde sans morale, où la noirceur a emporté ce qui restait de la normalité.

Le summum de l’horreur en one shot aux Éditions Akata. Pour public averti, disponible le 24 Février 22.

Boys_of_the_dead_cover.jpg
BOYS OF THE DEAD © 2021 by Tomita Douji / FRANCE SHOIN Inc., Tokyo
  • Le décor :

Une route déserte aux states. Barney’s Dinner. 

Les informations sur les nouvelles routes fermées retentissent dans la radio, pendant que le bartender lit tranquillement dans son resto désert.

Soudain, la porte s’ouvre et deux hommes entrent. C’est dimanche, on est au beau milieu de la nuit, et l’homme derrière le bar se dit que tout cela est de mauvaise augure ! Mais le nouvel arrivant lui demande un bon hamburger, et de quoi recharger la batterie de sa bagnole. Apparemment, les deux mecs ont dû pousser sur deux kilomètres pour arriver jusqu’à chez lui. De quoi stresser un max, quand on sait que les ‘infectés » sont de plus en plus nombreux sur les routes.

Pendant que le premier mec sort pour recharger la batterie, il demande au bartender de surveiller son « frère ». Et, c’est en ouvrant la discussion avec ce jeune garçon, que le bartender aurait préféré qu’il se taise à jamais. 

Celui-ci commence le récit de sa rencontre avec Adam. En fait, il n’est pas son frère. Il s’appelle William et il est devenu le prisonnier d’Adam, forcé de subir ses tortures. 

Mais, dans ce monde sans espoir, où les « infectés » se multiplient vitesse grand V, quel choix lui reste-t-il ???

boys-of-the-dead-ext.jpg
BOYS OF THE DEAD © 2021 by Tomita Douji / FRANCE SHOIN Inc., Tokyo
  • Le point sur le manga :

Boys of the dead est un recueil de nouvelles bien crade et poisseux !!! Douji Tomita, la mangaka, nous présente un monde post-apocalyptique sans espoir, où les « survivants » n’ont d’autres choix que de vivre un quotidien sombre et torturé. Cannibalisme zombie, désespoir jouxte amour, et conditions humaines.

Leurs histoires nous sont contés par un journaliste Raymond, qui regroupe chaque « détail de la vie » de chacun dans ses « Campbell note » . L’autrice nous fait suivre, par chapitres, grâce à un « loop », ce qui a emmené ces six personnages/couples là où ils en sont. William/Adam, Linus/Conor, Raymond/Lawrence. Les graphismes sont vraiment étonnant, pour un manga, troublant de détails et de réalité. 

Un récit bien glauque aux Éditions Akata, à réserver aux fans de l’horreur .

boys_of_the_dead_extrait
BOYS OF THE DEAD © 2021 by Tomita Douji / FRANCE SHOIN Inc., Tokyo
  • La conclusion :

Même si au premier abord, en ayant juste refermé ce manga en one shot, le premier sentiment qui m’est apparu est : choquée et anéantie. Autant vous dire qu’après un petit moment, je trouve que l’autrice nous sert là un sérieux exercice de style !!! Boys of the dead aux Éditions Akata est d’une inquiétante étrangeté misant sur le calvaire angoissant des personnages dans ce monde post-apocalyptique sans espoir. Une tombée dans l’abîme de la folie, où cette « infection » devient une bénédiction pour certains, et une plaie pour d’autres. Certes c’est un yaoi dur et sombre, mais tellement criant de réalité sur la noirceur de l’âme humaine dans un monde où il veut absolument survivre et exister. 

Après réflexion, il faut avoir le cœur et les tripes bien accrochés pour lire, mais tout cela confronte tout simplement le lecteur a une dure réalité sur les vestiges de l’âme humaine dans de telles conditions ! Finalement, c’est une réflexion triste et amère sur le monde !

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

08h27 de Pardi, le fantastique mascara en verre avec brosse réutilisable

Imaginez un mascara qui ne se contente pas de magnifier votre regard, mais qui embrasse …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com