Catherine Lara en concert les 14 et 15 août à la villa Ephrussi de Rothschild : interview

Parmi les très nombreux spectacles proposés dans le Festival Off d’Avignon, “Identités”, présenté à la Scala, fait partie de ceux qui ont remporté un immense succès auprès du public. La présence de Catherine Lara sur scène y est sans doute pour beaucoup. Avec son violon, elle accompagnait les danseurs de la compagnie Kumo dans un spectacle riche en émotions. Après quelques jours de vacances bien méritées, elle sera de retour dans le sud de la France, à Saint-Jean-Cap-Ferrat. En effet, les 14 et 15 août, c’est dans le magnifique  décor des jardins de la Villa Ephrussi de Rothschild que le public pourra l’applaudir. Entourée de deux musiciens, Cyrille Lehn et Charlotte Gautier, elle interprètera ses plus grands succès. Une belle soirée en perspective, une “nuit magique”, pour reprendre un titre bien connu du répertoire Catherine Lara. A l’occasion d’une interview par téléphone, elle nous a parlé avec beaucoup d’enthousiasme du spectacle “Identités” mais aussi de ces concerts à venir.

 

 

France Net Infos : Il y a quelques jours, vous étiez à Avignon avec la compagnie Kumo.  Un énorme succès…

Catherine Lara : Ah oui ! On a vécu trois soirs de délire total ! C’était formidable. Ce n’était pas évident que les gens viennent. Ils ne savaient pas à quoi s’attendre. Le spectacle a fait un carton !  J’étais au milieu des danseurs, je jouais, je virevoltais. C’était magique ! On n’avait même pas fini que la salle était debout. Le public était touché. Il y avait une atmosphère d’émotion très intense. C’était formidable !

France Net Infos : Pourquoi avez-vous accepté de participer à ce projet ?

Catherine Lara : J’adore la danse depuis toujours. J’avais déjà fait “Au-delà des murs” au Palais des sports et le spectacle “Bô” qui était resté pendant un mois à Paris au théâtre le 13ème Art. Il ne faut pas oublier que je suis chanteuse et violoniste. Le violon et la danse vont très bien ensemble. Quand j’ai rencontré la compagnie Kumo, j’ai trouvé les danseurs magnifiques. C’est de la danse urbaine de très haute gamme. Je me suis dit que je devais absolument faire quelque chose avec eux. On a eu l’opportunité d’aller à Scala. Le propriétaire m’a appelée pour me proposer ces trois soirées. On a tout de suite dit oui sans trop savoir ce qu’on allait faire ! Souvent, les choses qui sont faites à la dernière minute ont une force et une énergie uniques ! Pendant six semaines, on a travaillé comme des forcenés et on a fait ce spectacle un peu à l’arraché. On se couchait à 23h tous les soirs. Du haut de mes 78 ans, j’estime que j’ai déjà une bien belle santé. Ce qui compte, c’est ce qu’on a à donner.

France Net Infos : Les représentations viennent à peine de se terminer à Avignon. Comment sort-on d’une telle expérience ?

Catherine Lara : Je suis rincée, lessivée ! On est vidés mais il y a aussi une petite nostalgie parce que ça s’arrête. Mais on sait que ça va continuer puisqu’on jouera le spectacle à Paris, à La Scala les 21,22 et 23 décembre.

France Net Infos : Les 14 et 15 août, vous participerez aux Nocturnes de la Villa Ephrussi de Rothschild dans une toute autre configuration. Vous serez accompagnée de deux musiciens et vos interprèterez vos chansons…

Catherine Lara : J’aurai la chance d’être accompagnée par deux pianistes concertistes exceptionnels : Charlotte Gautier qui joue de plein d’instruments et Cyril Lehn, qui est mon arrangeur et le pianiste avec lequel je travaille notamment sur la série “Capitaine Marleau”. Le 15 août, il y aura aussi Patrice Carmona qui est un chanteur fabuleux. Les deux soirées ne seront donc pas tout à fait les mêmes mais j’interprèterai forcément les chansons qu’on aime chanter et que les gens ont aimé entendre tout au long de ma carrière :  “Nuit magique”, “Johan”, “Les Romantiques”… Je leur ferai aussi découvrir d’autres chansons. Je vais faire des reprises, notamment “Avec le temps” de Léo Ferré. Je la chanterai à ma façon. Il y aura des moments très intimes avec des chansons profondes et des moments très enlevés où on pète le feu ! C’est ma nature… On chante comme on est !

France Net Infos : Ferré, Brel, Barbara… Le public jeune ne les connaît pas forcément. C’est bien que, sur scène, des artistes reprennent leurs chansons…

Catherine Lara : C’est le patrimoine. Il faut continuer à le faire vivre. Ce sont des gens qui ont nourri notre enfance. Il faut que les jeunes les connaissent. Il y a de la bonne musique partout. Il faut que les jeunes les écoutent : ça ne les empêche pas d’écouter du rap et de la musique contemporaine. Il faut savoir faire preuve d’ouverture d’esprit. Aujourd’hui, on a trop tendance à écouter une seule musique. Pour “Identités” et même pour mes concerts, mon public rajeunit. Je suis très contente. Plus je vieillis, plus mon public rajeunit ! je vais finir dans les maternelles. Qui sait ?

France Net Infos : C’est parce que vos chansons sont intemporelles…

Catherine Lara : Oui, elles sont toujours là et on les chante encore. Elles sont dans les karaokés et elles passent encore à la radio. Quand on a la chance d’avoir fait un tube, c’est porteur toute la vie. J’ai eu la chance d’en faire plusieurs. On me parle de “Nuit magique”, de “Johan”, de “La rockeuse de diamants”. Celle-là, je ne la ferai pas à Saint-Jean-Cap-Ferrat. Avec mes deux pianos à queue, je suis dans un autre trip, pas du tout rock ! Et puis, j’ai l’impression d’être un peu ridicule en la chantant maintenant.

France Net Infos : Que ce soit à Avignon, dans un grande salle, en plein air, dans un cadre plus intime, le plaisir d’être sur scène est-il le même ?

Catherine Lara : Mon plaisir, c’est d’être sur scène ! J’ai été aux Francofolies de La Rochelle devant 10 000 personnes mais j’ai aussi fait de petites salles de 300 personnes. Je suis très heureuse d’être sur scène. C’est ma vie, ma nourriture ! Quand on a la chance d’être dans un lieu aussi magnifique que la Villa Rothschild, c’est très porteur. Evidemment que le décor entre en ligne de compte.

Catherine Lara sera en concert à Saint-Jean-Cap-Ferrat dans le cadre des Nocturnes de la Villa Rothschild les 14 et 15 août.

A propos Laurence

A lire aussi

The Who – « Live at Shea Stadium 1982″ : un concert mythique !

Ce 13 octobre 1982, Roger Daltrey (chant), Pete Townshend (guitare), John Entwistle (basse) et Keith …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com