La conclusion au mystère du « Domaine de Grisloire » aux éditions Glénat

Nous n’en pouvions plus d’attendre le dénouement du diptyque « Le domaine de Grisloire », cette fable « dramatico-fantastique » de Michel Falardeau, mais, enfin, les éditions Glénat nous présente « La fille qui explose » titre du tome 2.

Le domaine de Grisloire T2 couvVous n’aviez pas suivi ? Un petit récapitulatif s’impose :

Noah, une jeune trentenaire, est retrouvée inerte et sérieusement blessée, le dos lacéré, à quelques kilomètres de l’endroit où elle campait avec des amis … Le problème, c’est qu’elle ne se souvient pas de grand chose, et que même si elle parlait de ce qu’elle croit avoir vu, elle passerait pour la plus tendre des folles : un gros loup noir la poursuivait pour l’empêcher d’entrer dans un autre monde !
Afin de dédramatiser, de comprendre sa situation (si des cas similaires existent), et se débarrasser de sa peur, elle décide de créer un blog où elle raconte son histoire … un blog qui attire les plus anodins des personnages comme les plus malveillants … pour qu’elle raison serait elle menacée ?! Elle reprend cependant sa vie entre ses amis/es, les sorties … la norme…

Nous en étions tous resté là, avec un sentiment de frustration profonde (!!), mais OUF ! Grand soulagement :
Ce tome 2 reprend avec Noah, prête à présenter sa nouvelle amie Axelle à tous ses collègues lors d’une petite soirée : Axelle, un être énigmatique attirée par l’histoire contée par Noah sur son blog : grande, d’une blondeur éblouissante, qui va rendre jalouse les exclusives copines et ravir les garçons de la bande ! Axelle … qui apparaît, bizarrement, dans les rêves et les visions de « l’autre monde » que Noah côtoie … Je n’en dirais pas plus !

Michel Falardeau a concentré toutes les réponses à nos questions dans ce tome 2 ! On retrouve avec plaisir, ses dialogues qui sentent bon le sirop d’érable et le froid, puisque cette BD nous vient de Québec ; son trait parfaitement épuré, clair et très « actuel », et ce scénario juvénile dense en mystères ! Ce mélange de style confère toute sa « fraicheur » à ce diptyque envoutant, drame fantastique mêlant les souvenirs de Noah et la réalité de sa vie.

Nous, on dit « Oui » à Glénat pour qu’ils continuent à nous exporter ce genre de perle de BD qui vaut largement le détour avec ces dialogues rafraichissants, ses expressions bien locales et on dit « Oui » à Michel Falardeau pour qu’il continue de faire des scénarios « à planche » car en France, on est tombés en amour avec ses « BDs » ! A tantôt !

Paru le 16 Septembre 2015

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

Les anges de l’histoire, le dernier roman de Fréderika Abbate

Le  code massacre la nature. L’universalité neutralise le monde. L’humanité disparait … Incroyable roman d’anticipation, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Read previous post:
Demain Ma Famille : une émission de radio dédiée aux victimes de violences physiques

Alors que le 25 Novembre 2015 aura lieu La Journée Mondiale Contre les Violences Faites …

Les Journées Européennes du Patrimoine : Le Théâtre des Salins à Martigues

Grâce aux Journées Européennes du Patrimoine 2015, nous avons pu visiter le Théâtre des Salins …

L’Indice des Prix du Football – La France se classe 7ème

Combien doit dépenser en moyenne un supporter pour vivre à fond sa passion ? C’est ce …

Close