Et à la fin, ils meurent – La sale vérité sur les contes de fées

Et à la fin, ils meurent est un récit complet, de Lou Lubie, à paraître aujourd’hui aux éditions Delcourt. Une bande dessinée singulière et intéressante, dans laquelle l’autrice déterre avec humour les contes originels, sombres et croustillants…

et-a-la-fin-ils-meurent-delcourtSi l’on trouve que les contes de fées sont un peu cucul et sans profondeur, c’est que l’on a probablement en tête les archétypes de Disney. En effet, le scénario est souvent le même, avec une jolie princesse, qui a un problème, pour s’occuper elle parle aux nuisibles et elle chante. Le prince charmant vient la sauver avec son noble destrier. Ils tombent amoureux instantanément et vivent heureux et ont beaucoup d’enfants. Mais dans les contes originaux, aucun ne se termine par « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Les princes ne sont pas charmants et certains sont même craignos. Lorsque l’on creuse un peu plus, d’anciennes versions de contes sont sordides, avec des mutilations, des meurtres, de l’adultère, du cannibalisme et même des scènes de cul. Aussi, ce livre n’est pas à mettre entre les mains des enfants, mais reste pour un public averti !

et-a-la-fin-ils-meurent-delcourt-extraitL’ouvrage revient donc sur la plupart des grands contes connus de tous, mais aussi d’autres moins connus, dévoilant ainsi des facettes oubliées, mais aussi choquantes par moments. Le premier conte à retrouver est Cendrillon, où il faudra recouper différentes versions, selon les auteurs. Ainsi c’est une toute autre héroïne qui est à découvrir… La bande dessinée est très intéressante, enrichissante, présentant les origines de ces contes, de l’antiquité à nos jours. Des histoires transmises de génération en génération, elles s’inscrivent dans l’identité locale, mais elles voyagent également, lors de migrations de population. Ainsi, par exemple, La Barbe bleu, de Perrault, est un gentilhomme en France, un ours en Russie, ou encore un tigre en Inde. Le rythme est plaisant, la lecture captivante, intéressante et enrichissante, avec un ton décalé, humoristique plaisant. Le dessin est bref, simple, vif et efficace, pour cette exploration culturelle et littéraire passionnante.

Et à la fin, ils meurent est un récit complet, des éditions Delcourt, qui présente la vérité sur les contes de fées, qui cachent pas mal de secrets douteux et horribles, des origines sombres, abordés avec humour, offrant une réflexion sur l’éthique des contes.

A propos celine.durindel

A lire aussi

audiolivre

Fonctionnement du livre audio

  Dans le monde anglophone (et de plus en plus dans le monde francophone), les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com