Accueil / Culture / Quand Gregory Porter revisite avec succès Nat King Cole .

Quand Gregory Porter revisite avec succès Nat King Cole .

En quelques années, Grégory Porter s’est forgé une personnalité à part, si forte, qu’il est devenu impossible de le classer quelque part. Jazz, soul, blues, ou gospel, sa voix sublime de baryton multiples les nuances et les tons.

Gregory Porter peut tout chanter. Comme le révèlent ces  reprises de Nat King Cole, le baryton opte pour des structures musicales qui reviennent aux sources du jazz des années 50. Ballade mid tempo, titres swing au groove sensuel, l’homme au visage poupon, cagoulé derrière sa barbe noire, produit une musique aux sonorités en dehors du temps et des modes. L’album débute par trois grands succès Nat King Cole : le charmant « Mona Lisa», la ballade « Smile » du film Charlie Chaplin « les temps modernes » et » Nature Boy «,  trois titres parfaitement conçus pour la voix de velours de Gregory Porter.

Dans ces reprises maintes fois entendues, le baryton personnalise les mélodies mais y insuffle sa propre touche vocale. »Smile » débute doucement par une introduction suave de harpe et de cor avant que la section de cordes entre action avec des figures tourbillonnantes sur lesquelles Grergory Porter apporte une vibrante émotion. Avec le soutien du London Studio Orchestra, le tragique « Miss Otis Regrets » distille une atmosphère fascinante que Porter défend ici à merveille. « Pick Yourself Up» et « Ballerina » titres au tempo plus rapides trouvent une nouvelle fraîcheur avec les arrangements big band jazz swinguant de Vince Mendoza rehaussés du piano étincelant de Christian Sands. Gregory Porter fait partie de ces alchimistes sonores dont la voix vous emmène toujours plus loin, vers des contrées musicales aux paysages fantasmagoriques où l’imaginaire de chacun peut vagabonder au gré de ses humeurs et de son rythme. Certains titres tels  « L.O.V.E » ou le puissant « Ballerina » donnent une furieuse envie de se lever et de danser. Sur la chanson Osvaldo Farrés, « Quizas, Quizas, Quizas » Gregory Porter chante entièrement en espagnol.

Dans cet album qui recèle 12 joyaux, on retiens particulièrement les performances déchirantes de « When Love Was King » rehaussé par des vagues de crescendos du London Studio Orchestra, de ce « The Lonely One » avec cerise sur le gâteau « The Christmas Song » magnifiée par le trompettiste Terence Blanchard. Une vraie réussite.  



Jean-Christophe Mary

 

 

1 Mona Lisa

        

2 Smile

 

3 Nature Boy

 

4 L-O-V-E

 

5 Quizas, Quizas, Quizas

 

6 Miss Otis Regrets

 

7 Pick Yourself Up

 

8 When Love Was King

               

9 The Lonely One

 

10 Ballerina

 

11 I Wonder Who My Daddy Is

 

12 The Christmas Song

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

Frédéric Lenoir en conférence à Marseille

L’association pour la promotion du livre Parlez-moi d’un livre, en partenariat avec la Librairie Prado ...

Lire les articles précédents :
fashion-freak-show-gaultier
JP Gaultier – The Fashion Freak Show aux Folies Bergère

The Fashion Freak Show - Jean Paul Gaultier en créateur de Revue aux Folies Bergère. ...

Bad Ass – Jack goes to hell

Jack Parks est à découvrir dans une nouvelle bande dessinée, Bad Ass - Jack goes ...

les-inseparables-hebertot
Les Inséparables – D. Bourdon et V.Karsenti réunis sur scène au Théâtre Hébertot

Les Inséparables - Didier Bourdon et Valérie Karsenti réunis sur la scène du Théâtre Hébertot ...

Fermer