La chanteuse Alexandra Miller vient de son sortir son premier EP “Sweetest morning” : interview

« Sweetest morning », le premier EP d’Alexandra Miller est sorti le 30 juin, sous le label indépendant Caeli records. Des titres aux sonorités pop, RnB, soul, que la chanteuse azuréenne a écrits elle-même et qu’elle interprètera samedi 8 juillet sur la scène des Nuits Guitares de Beaulieu, en première partie de Bernard Lavilliers.  Chanter est une véritable passion pour cette jeune femme qui a fait partie des choeurs d’enfants de l’Opéra de Nice pendant plusieurs années. En 2013, elle a séduit les jurés de The Voice en Irlande. Depuis, elle s’est produite sur plusieurs scènes notamment dans le Département des Alpes-Maritimes. Autodidacte, travailleuse, Alexandra Miller voit son travail récompensé cette année avec cet EP, disponible sur toutes les plateformes. Quelques jours avant son concert à Beaulieu, elle nous a fait part de son enthousiasme à l’idée de faire découvrir au public ses nouvelles chansons.

Une chanteuse autodidacte et passionnée

Même si Alexandra Miller a fait partie du choeur d’enfants de l’Opéra de Nice pendant plusieurs années, elle se définit volontiers comme une autodidacte. « Je n’ai jamais pris de cours de chant. La passion est tellement dévorante qu’il ne se passe pas un jour sans que je chante et sans que je pense à la musique. Parfois, je me rends compte qu’en faisant des vidéos, même d’un paysage, je suis en train de chantonner. Cela me vient naturellement. Je pense que c’est une manière de travailler et de solliciter mes cordes vocales. Comme le sport, le fait de pratiquer fait progresser. ».

Sur scène, il lui arrive d’accompagner certains de ses titres à la guitare. Comme le chant, elle a appris toute seule à en jouer. « Souvent, les mélodies de chant me viennent en premier, puis, pour terminer la composition, je prends souvent ma guitare ».

Des influences musicales variées 

Parmi les chanteuses et chanteurs qui l’ont influencée, Alexandra Miller cite volontiers des artistes des années 90 (Whitney Houston, Michael Jackson, George Michael) mais aussi des chanteuses contemporaines comme Sabrina Claudio, Lianne La havas ou l’incontournable Beyonce. « Ce qui m’a influencée en tout premier lieu, dès ma plus tendre enfance, c’est d’écouter des chanteuses lyriques. Quand j”étais dans le choeur d’enfants de l’Opéra, je les écoutais chanter depuis les coulisses. Je me souviens que j’étais en admiration devant cette maîtrise vocale. », admet-elle. D’ailleurs, dans son EP, elle a eu envie de glisser des clins d’oeil à ses premières amours classiques. « Il y a parfois des moments lyriques, de petites envolées vocales. Je pense qu’en l’écoutant, on reconnaît la base classique. »

« Sweetest morning », un EP de six titres

Il y a quelques mois, Alexandra Miller avait déjà donné un aperçu de ce premier EP avec « Dance with me » et « Trampoline », dont les clips ont été tournés sur la Côte d’Azur. Des titres aux sonorités pop, soul, RnB. Qui de mieux qu’Alexandra Miller pour parler de cet EP ? Elle a écrit les chansons avant le confinement et les a co-composées avec un ami, producteur varois, Jean-Charles Battistella. Cet EP est donc le fruit de longues années de travail. « C’est un projet vocal. J’ai été très exigeante avec moi-même vocalement. J’ai essayé d’apporter beaucoup de textures différentes dans ma voix, que ce soit dans la puissance ou dans le côté plutôt fin et délicat. J’ai aussi voulu intégrer des choeurs que j’ai faits moi-même. Je me suis beaucoup amusée à le faire. » Le résultat ? Un EP très réussi, qui tient toutes ses promesses, où il est question d’amour et d’acceptation de soi. « Il y a de la sensualité mais aussi des influences vintage avec des synthés rebondissants. C’est un EP très positif», comme nous le dit très justement Alexandra Miller.

A Beaulieu, le 8 juillet, elle interprètera les six titres de cet EP, auquel elle ajoutera sûrement deux autres titres, un single sorti en 2022 intitulé « Should I love you ? » et une nouvelle composition « Smile ».

Alexandra Miller en première partie de Bernard Lavilliers au Nuits Guitares de Beaulieu-sur-Mer samedi 8 juillet. Le festival se tiendra du 6 au 8 juillet dans les jardins de l’Olivaie. Pour plus de renseignements : www.lesnuitsguitares.com

A propos Laurence

A lire aussi

je-vois-une-petite-bete-Petit-naturaliste-Grund

Je vois une petite bête – Ed. Gründ

Je vois une petite bête est un livre avec des volets à soulever, paru aux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com