L’Autre Terre : méditations, rituels connexion au vivant de Marguerite Lalèyê

Dans un monde en perpétuelle expansion, où tout va trop vite, nous oublions souvent d’où nous venons. Peu d’entre nous s’interrogent sur l’essentiel. Qui suis-je vraiment ? Comment accéder au bonheur ? Il est grand temps de faire une pause et de réfléchir pour de bon, avec le cœur. La puissance des récits qui plongent au plus profond de notre être bouleversent nos esprits et éveille en nous une sensibilité rare. Ces œuvres sont peu représentées dans nos libraires, mais si vous chinez bien, vous risquez de tomber sur quelques perles ! Dans ce registre, le texte autobiographique de Marguerite Lalèyê, « L’Autre Terre : Méditations, Rituels Connexion au Vivant » se révèle particulièrement touchant, puisqu’il explore les méandres de la vie dans le regard de son auteure, un hymne à la Terre et à l’âme. Les deux vont de pair, elles sont intrinsèquement liées l’une à l’autre.

Marguerite Lalèyê ne présente pas une simple autobiographie ici : elle propose une œuvre qui promeut le développement personnel sur la voie spirituelle

L’écrivaine prometteuse plonge son lectorat dans une cosmogonie éblouissante, ancrée dans les mondes végétal, animal, souterrain, spirituel et céleste. Pourtant, au cœur de cette mosaïque, c’est bien l’âme, l’esprit qui incarne tout. Son récit ressemble à un chant dédié à la nature, à la quête de soi, nous rappelant inlassablement la force qui réside en chacun de nous. Elle sommeille et ne demande qu’à être exploitée, afin de démontrer sa puissance !

Le fil conducteur de ce récit est le mantra « choisis la vie ». Cette phrase, simple en apparence, se décline à travers les pages, chapitres, devenant un leitmotiv qui guide le lecteur ou la lectrice dans ce voyage introspectif. Marguerite Lalèyê nous invite à choisir l’existence, à embrasser le mystère et la magie qui l’entourent. Elle nous montre que l’existence, malgré son lot de défis et d’épreuves, est un cadeau précieux qui mérite d’être célébré. On ressent comme une similitude entre la philosophie de l’écrivaine et la pensée bouddhiste.

En somme, les deux partagent de nombreuses ressemblances, notamment en ce qui concerne la quête spirituelle, la méditation, la relation avec la nature, la vision de la vie et de la mort, l’importance de l’humilité, et la recherche du bonheur intérieur, à différencier des biens matériels.

 

Un récit authentique, qui suit le fil de la vie…

Au cœur de ce récit se trouve le thème du rapport à la mère, une relation complexe et profonde qui joue un rôle central dans la vie de l’auteure. À travers ses mots soigneusement choisis, Marguerite Lalèyê invite à « sortir de la matrice », se réveiller après une chute, et s’emparer du pouvoir, d’aller mieux. Cette exploration de la relation mère-fille est à la fois poignante et réconfortante, appelant à se remettre en question sur l’importance de guérir les blessures du passé pour avancer.

La mort, un sujet souvent tabou dans nos sociétés occidentales, trouve également sa place dans ce récit. Marguerite Lalèyê nous rappelle que la mort fait partie intégrante de la vie. Elle nous encourage à accepter la réalité de la mort tout en continuant à célébrer la vie. Cette approche pousse le lecteur ou la lectrice à dépasser ses peurs et à vivre pleinement, à embrasser le bonheur sans réserve… Mais plus facile à dire qu’à faire.

La sagesse inspirée de l’auteure se dévoile à travers chaque chapitre, finement détaillé de son livre. Elle invite à cultiver et travailler l’humilité, à reconnaître la place de l’humain dans l’univers, et à apprivoiser la vie grâce à des leçons simples, mais essentielles. Marguerite Lalèyê s’interroge sur le pouvoir de la gratitude, de se rapprocher de la nature, et de trouver la paix intérieure.

Enfin, l’une des forces de « L’Autre Terre » réside dans sa capacité à nous montrer que chacun de nous détient, au plus profond de soi, le pouvoir de soulager ses douleurs, de se soigner, et de guérir de ses maux intérieurs. L’auteure nous délivre ce savoir intime est à notre portée, à condition que nous soyons prêts à nous écouter nous-mêmes, à nous connecter avec notre essence profonde.

 

Pouvons-nous vraiment vivre une vie pleine de sens et de liaison au vivant, dans un monde souvent obsédé par la poursuite de la richesse matérielle ?

Marguerite Lalèyê développe une réponse à de nombreuses questions, en s’aidant, en s’inspirant de son propre parcours, ancré dans l’exploration de l’âme et de la relation avec la Terre.

Parmi les grandes qualités du livre, l’on peut pointer du doigt sans se tromper l’écriture de Marguerite Lalèyê qui se veut poétique et accessible. Ses mots capturent si simplement l’essence de la vie et de la nature, ce qui n’est pas chose facile. D’ailleurs, elle sait mêler l’authenticité des enseignements intemporels à une profondeur qui touche le cœur du lecteur.

François Nordmann, Docteur Honoris Causa à la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’Université de Fribourg, Suisse, décrit ce livre dans la préface comme un « joyau ». C’est un livre unique, aux multiples facettes et qui ne demande qu’à être découvert et savouré, mais avant tout : être compris !

Cette invitation à plonger au plus profond de soi explore les mystères de la vie, invitant à cultiver la gratitude, et à embrasser la sagesse.

La lecture d’ouvrages de développement personnel revêt une importance capitale dans la société contemporaine, marquée par le matérialisme et le consumérisme, et éloignée de la nature. Voici quelques raisons majeures pour lesquelles la lecture de tels ouvrages est essentielle :

Dans un système où l’accent est souvent mis sur l’ascension sociale, la consommation et la recherche du bonheur dans les achats à outrance, les ouvrages de développement personnel rappellent l’importance de l’équilibre. Ils encouragent à prendre du recul, à faire une pause bien méritée, et à reconnaître que le bonheur réside souvent dans l’amour, la santé mentale et le bien-être véritable. Il fluctue, n’est pas une finalité… Pour cela, quelques pistes peuvent être suivies : apprendre à se connaître profondément, lutter contre le stress et l’anxiété, mais aussi renouer avec la nature. Cette nature qui nous est si chère et qui pourtant souffre. Certains semblent l’oublier, mais la planète Terre est notre berceau : si notre écosystème se brise, nous le suivons.

Vous pouvez vous procurer cet ouvrage depuis le 11 octobre 2023 sur ce lien.

 

A propos Patrick Delort

A lire aussi

l-homme-le-plus-flippé-du-monde-T3-Delcourt

L’homme le plus flippé du monde – Improvisation totale

Improvisation totale est le troisième tome de la série humoristique L’homme le plus flippé du …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com