Le Dépisteur – Tome 1 aux Éditions Glénat

Après la seconde guerre mondiale, on missionne un Dépisteur afin de partir à la recherche des enfants cachés et rescapés. Samuel est l’un d’eux, et son périple à travers la France ne fait que commencer.

Mais, outre les horreurs perpétrées pendant cet holocauste, il reste également beaucoup de souffrances à chacun. Il va découvrir que certains ne sont pas prêts à remuer à nouveau un passé quelquefois, pas très glorieux.

Premier tome de ce récit historique, intitulé, La tondue, à retrouver aux Éditions Glénat depuis le 8 mars 23. (+14)

Le dépisteur – Tome 1 : La tondue © 2023, Éditions Glénat
  • Le décor :

Un champ de maïs. Août 1951 …

Un vieil homme, paisiblement installé au bord de la rivière qui jouxte le champ de maïs, pêche en jouant de sa bouteille de gnole ! Quelle surprise lorsqu’il voit un homme émerger de la verdure, et tomber à genou, puis la tête la première dans l’étendue d’eau fraîche.  Inquiet, il s’approche et propose un peu de sa bouteille au nouveau venu. Malheureusement, celui-ci s’écroule totalement sous ses yeux. 

Un peu plus tard, Samuel se réveille dans un lit et une maison qu’il ne reconnaît pas. Après sa perte de connaissance, il semble que le vieux pêcheur ait pris soin de lui. Il se lève et s’habille avant de rejoindre la cuisine, où le vieux, entendant son clebs aboyer, lui ramène une belle corbeille de tomates. Samuel le remercie, avant qu’ils passent à table et échangent pour se connaitre un peu mieux. C’est là que Samuel lui explique sa situation. Il est un Dépisteur. Et, il est là pour retrouver un gamin que quelqu’un aurait caché pendant la guerre, dans ce petit village de Saint Cirq Lapopie.

Le vieux répond poliment à toutes ses questions, et le rassure. Il lui indique la route à prendre pour rejoindre le village lorsque le facteur arrive.

Sur la route, la carriole pleine de courrier, Samuel est rattrapé par le facteur qui lui propose de le trimballer au plus près du village, avec un premier arrêt chez celle qu’on appelle la tondue.

Le début d’un périple compliqué, où Samuel va devoir faire preuve de courage et de perspicacité afin de comprendre tous les tenants et aboutissants de son enquête.

Le dépisteur – Tome 1 : La tondue © 2023, Éditions Glénat
  • Le point sur la BD :

Saint Cirq lapopie … un bien joli nom pour un endroit au passé si contrasté. Antoine Ozanam se penche sur l’histoire de ce Dépisteur. Les non dits, et les secrets des villageois, loin d’être prêt à remuer un passé qu’ils ont surtout envie d’oublier. On découvre une « mission » que l’on ne soupçonnait pas, à travers l’histoire de ce Samuel, ancien déporté. Retrouver des enfants juifs occultés aux yeux de l’occupation, pour être sauvés. Un scénario déjà éprouvant et bouleversant, bousculant les émotions et les opinions personnelles de chacun. On alterne entre flashbacks et présent pour mieux s’imprégner du côté historique, de la souffrance. Mais aussi d’une certaine « reconstruction ».

Ce premier tome intitulé La tondue, aux Éditions Glénat, ouvre le début d’un périple aux réalités souvent déconcertantes. Le protagoniste principal doit se confronter à ses propres démons au fil de son enquête. Le récit historique s’illustre des graphismes réalistes de Marco Venanzi, aux visages expressifs et aux décors pittoresques de petit village du Lot sous la chaleur de l’été. `

Le dépisteur – Tome 1 : La tondue © 2023, Éditions Glénat
  • La conclusion :

Le début d’une série renseignée, grâce aux investigations d’Ozanam, sur ces personnes recherchant la vie, l’espoir à travers ces enfants cachés et disséminés dans toute la France pour échapper à la mort. On comprend que la tâche soit difficile. Les noms changés, les familles disparues, ces êtres un peu « perdus » dans la nature pour mieux disparaître et se fondre dans la masse. Ce premier tome nous laisse entre amertume et espoir. On traverse la mémoire, on découvre un village et ses habitants. Un Dépisteur « embrouillé » traînant ses séquelles, que l’on suit dans son début d’enquête avec un sentiment de grand intérêt et beaucoup d’humanité.

Le dépisteur aux Éditions Glénat, une série remarquable à débuter absolument, et à faire découvrir en milieu scolaire impérativement. 

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

Mes tout premiers docs – « La famille » & « Les habits »

Parmi les livres qui rencontrent un franc succès auprès des enfants, il y a ceux …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com