Accueil / Culture / Littérature / BD / Le prix de la vitesse – Stealing speed

Le prix de la vitesse – Stealing speed

Le prix de la vitesse est un roman graphique, de Christian Papazoglakis qui a adapté Stealing speed de Mat Oxley. Une bande dessinée parue aux éditions Glénat, en mai 2018, qui offre un récit d’espionnage entremêlé de courses de moto, une guerre froide qui se joue également sur les circuits…

le-prix-de-la-vitesse-glenatSur un circuit, une moto passe à toute vitesse. Elle est suivie par une autre moto. En 1959, sur un circuit italien, c’est le dernier tour qui se joue… Ernest Degner tente de rester en tête et fini, dans ce dernier tour, par gagner la course. L’homme est ravi, mais il reste mélancolique en regardant les belles voitures des autres pilotes de la course. Il est un peu jaloux, car la voiture qui lui a été offerte à moins de cylindres que les autres. Son coach le reprend, en expliquant que les courses de motos, c’est un sport, une passion. On ne fait pas cela pour l’argent ! Six ans plus tôt, ce même homme, Walter, vit dans l’Allemagne de l’est. Sa femme ne comprend pas pourquoi leur propre armée tire sur des manifestants. Elle pense que les fils barbelés à la frontière, ne sont pas là pour les protéger, mais plutôt pour les empêcher de sortir du pays…

le-prix-de-la-vitesse-glenat-extraitL’adaptation du roman Stealing speed, de Mat Oxley, en bande dessinée, par Christian Papazoglakis est assez bien réussie et plaisante. Le récit est découpé en plusieurs chapitres, ce qui permet une lecture plus fluide et agréable. L’histoire est sur fond de guerre froide, où les blocs de l’Est et de l’Ouest s’affrontent également sur les Grands Prix de moto, dans toute l’Europe. L’usine est-allemande MZ construit les motos les plus puissantes, et Ernest Degner, le pilote vedette gagne les compétitions. Au détour d’une rencontre, une drôle d’amitié née entre lui et Jimmy Matsumiya , un japonais de l’équipe adversaire Suzuki. Espionnage, secret industriel, promesse, guerre, compétition et courses haletantes, sous fond d’histoire, sont à retrouver à travers les pages pleines d’action et de tension. Le dessin est assez plaisante, vif, avec de belles scènes de courses, et des couleurs peu nombreuses, qui apportent un brin de nostalgie, une atmosphère toute particulière.

Le prix de la vitesse est une bande dessinée qui est adaptée du roman Stealing speed, qui retrace l’histoire vraie d’Ernest Degner, pilote est-allemand, durant la guerre froide, entre espionnage, scandale et compétition de moto…

A propos celine.durindel

A lire aussi

sherlock-holmes

Sherlock Holmes au Théâtre du Splendid à partir du 29 juin 2018

Sherlock Holmes et le mystère de la vallée de Boscombe – Fan de Conan Doyle ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Nîmes s’offre un Musée de la Romanité

Jean-Paul Fournier, le Maire de Nîmes et son adjoint Daniel-Jean Valade en rêvent depuis 10 ...

Parrot lance son nouveau drone Anafi

La société Parrot basé en France vient de sortir son nouveau drone , après les ...

cine-plein-air-champs-elysées-slider
Ciné en plein-air sur les Champs Elysées le 1er juillet 2018

Ciné en plein-air hors norme ! Le dimanche 1er juillet prochain, à la tombée de la nuit, ...

Fermer