Accueil / Culture / Nordahl Lelandais décrypté par Michel Moatti

Nordahl Lelandais décrypté par Michel Moatti

Michel Moatti

« Un ami de la famille » , le titre du livre sur Nordahl Lelandais écrit par Michel Moatti, professeur à l’université de Montpellier, va faire débat. Pour l’auteur de fictions qui a reçu en 2017, le prix « Polar de Cognac », c’est un exercice d’écriture qui puise son sens, dans des histoires sordides, qui ont bouleversé la France.

Et si Nordahl Lelandais lisait ce livre en prison ?

Alain Jakubowicz son avocat, veille à ce qui est écrit, prononcé, publié autour de son client, respectent les droits autour de l’accusation, de Nordahl Lelandais…Une bonne raison, pour nous, avant de vous décrire le livre, de révéler le quotidien présumé de NL, dans sa cellule normale à l’isolement, au centre pénitencier de Saint Quentin Fallavier !.

Le présumé coupable de la petite Maëlys et du Caporal Noyer, en attente d’un procès…

Nordahl Lelandais

Tout d’abord, il conserve ses droits à l’information, aux visites, à la correspondance écrite et téléphonique. Il peut aussi pratiquer l’exercice d’un culte, et peut utiliser un compte nominatif. Son incarcération est sous l’article R57-7-62, à ce titre il bénéficie d’une heure quotidienne à l’air libre. sous l’autorité d’un Chef d’établissement, ses promenades peuvent être groupées avec un ou deux autres détenus, également mis en cellule d’isolement. On peut lui proposer une activité, également en individuel ou en groupe restreint.Il peut recevoir des visites et a un accès limité au téléphone (mis à l’écoute).

Après une période d’hospitalisation, son retour en prison est sous haute surveillance !

Le risque qu’il mette fin à ses jours, est grand…Pour cette raison, et pour respecter son droit aux visites, c’est un médecin qui passe deux fois par semaine, pour un suivi médical et psychologique précis.Sa mise à l’isolement est pour l’instant renouvelée après une durée de trois mois, le maximum d’une période de deux ans peut être demandé par le juge. C’est une mesure pour assurer la sécurité de la personne détenue, précise le règlement pénitencier.

Nordahl Lelandais a reçu un « Kit pour correspondre », avec l’extérieur !

Il a le droit de recevoir du courrier et même d’échanger une correspondance avec une ou plusieurs personnes. Bien entendu, la précision est importante : L’administration peut lire le courrier, ainsi que le juge d’instruction. Pour l’association « Le Courrier de Bovet », la recherche de bénévoles dans les correspondants avec les détenus, est constante. Des explications sont données sur le site, pour choisir la méthode d’écriture, qu’il faut pour entreprendre, pour une « liaison écrite » avec un incarcéré. Si l’envie vous prend de vouloir écrire à NL vous pouvez passer par leur site et devenir bénévole.La garantie de correspondance avec NL n’est cependant pas le leitmotiv que vous devrez mettre en avant, pour devenir un rédacteur de courriers https://www.courrierdebovet.org

Un livre qui nous donne matière à réflexion !.

Michel Moatti un ami de la famille

L’ouvrage de Michel Moatti, démarre par cette phrase « On ne naît pas barbare, on le devient » (Daniel Zagury). Le livre a pour vocation de nous mettre en perspective, nous les lecteurs, avec les affaires judiciaires et enquêtes autour de Nordahl Lelandais. L’auteur est en quelque sorte un rapporteur de la « Story NL » en évoquant, explorant, racontant et surtout analysant la conjoncture mise en place par le monde judiciaire, la presse et les internautes, autour de ce coupable qui n’en dit pas plus.

Michel Moatti évoque l’homosexualité de Nordahl, mais aussi son homophobie qu’il met en parallèle avec la tuerie d’Omar Mateen à Orlando, sur l’aspect psychologique des deux individus. Il précise néanmoins « Nordahl n’est pas un tueur en série, ni un pédoclaste, c’est à dire un tueur et violeur d’enfant » (phrase inscrite selon la définition des experts en psychiatrie, et précision de l’écrivain)* L’auteur, loin de polémiquer sur la teneur des enquêtes, nous délivre néanmoins des tranches d’impressions et ce livre, nous renvoie vers notre propre perception de l’affaire, avec ses contre-vérités ou ses aberrations de commentaires à charge, sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram). Le récit sort en librairie et grande surface dès le 4 octobre http://www.hc-editions.com/live/ami-de-famille

AVERTISSEMENT PUBLIÉ LE 20 SEPTEMBRE 2018 (note à la demande de l’auteur)…Monsieur MOATTI, nous informe que l’amalgame sur les droits de NL (suivant la détention), ne correspond en rien au livre « Un ami de la famille, rapport sur N Lelandais » (que nous n’avons pas pu obtenir). À sa demande (publiée dans les commentaires), nous avons apporté des précisions dans le texte initial, inscription en rouge et d’après la réception du 1er chapitre envoyé par Hervé Chopin Édition. Egalement, l’article sur l’ouvrage, fait largement débat et en aucun cas, porte un jugement sur l’auteur ou la maison d’édition, ni à contrario sur les familles des victimes. 

*Les remarques de l’Auteur sont à lire dans les commentaires (sous l’article).

Eric Fontaine

 

A propos eric Fontaine

Après des études de commerce (EDC) et de journalisme (Studio Ecole de France) j'ai commencé ma carrière comme Responsable de la Communication (FUN RADIO MONTPELLIER) et ensuite dans la publicité visuelle (Avenir Affichage) et imprimeries...Depuis 2007, je consacre une partie à la réalisation de reportages (videos, court-métrages, interviews) pour le web (Blogs, Youtube, Dailymotion) et France Net Infos !.Depuis 2014 j'ai couvert les événements cinématographiques du Cap Spartel Film Festival à Tanger (Maroc).Depuis 2010 j'effectue des modules Web sur le Festival International du Film de Marrakech (Tapis Rouge) et sur "Cinémed" le festival de Montpellier.Concepteur de clips je réalise des "snapshots" pour les auteurs compositeurs, et des captations pour le théâtre (déplacement en France et à l'étranger).

A lire aussi

Les Croques, le premier tome, Tuer le temps

Tuer le temps est le premier tome de la nouvelle série de Léa Mazé, Les ...

6 commentaires

  1. Michel MOATTI

    Monsieur Fontaine, dans votre article « Nordahl Lelandais décrypté par Michel Moatti », vous avez évoqué la sortie de mon ouvrage et en avez cité quelques passages ou propos. Sans épiloguer sur le mélange que vous avez jugé bon de faire avec des éléments liés aux conditions de détention ou de facilités de correspondance de Nordahl Lelandais, éléments totalement étrangers à mon livre, je dois vous demander d’en modifier la dernière citation : « Il [l’auteur, moi-même] précise néanmoins « Nordahl n’est pas un tueur en série, ni un pédoclaste, c’est à dire un tueur et violeur d’enfant ». La phrase est tronquée et prête terriblement à confusion. Ainsi posée, elle laisse entendre que cette affirmation est un jugement de ma part, anticipant sur son innocence, alors qu’elle n’est que la traduction d’un principe judiciaire. Aussi, je vous prie de bien vouloir dans les meilleurs délais modifier votre article en citant l’intégralité du paragraphe concerné, que voici :

    « Un mot encore : Nordahl L. n’est pas un « tueur en série » ni un « pédoclaste » (selon la définition des experts en psychiatrie criminelle, c’est-a-dire un tueur et violeur d’enfant), ni même un assassin. Pour plusieurs raisons. À l’heure où achèvent de s’écrire les lignes de ce roman, la caractérisation pénale des crimes pour lesquels le suspect est mis en examen est multiple et incomplète. La nature des actes ne sera vraiment établie qu’à la clôture de l’instruction, qui débouchera sur la mise en accusation et l’éventuel renvoi devant une cour d’assises, ou sur un non-lieu.
    Alors dans le premier cas de figure, à l’issue d’un procès qui sans aucun doute sera effroyable et long, Nordahl L. deviendra tueur en série, violeur et assassin d’enfant, pédophile, agresseur sexuel de mineure, homophobe meurtrier, misogyne violent, et peut-être d’autres choses encore. Ou pas. »

    Je vous en remerice vivement.
    MICHEL MOATTI

    • Michel Moatti, j’ai apporté quelques précisions en fonction de votre demande…Un lien avec votre commentaire a été mis en avant, par un lettrage rouge et en italique. Intentionnellement, pour éviter un plagiat, pouvant porter aussi à confusion, le paragraphe que vous demandez expressément à faire paraitre dans l’article, n’est pas publié dans son intégralité, un lien renvoie cependant sur vôtre commentaire, laissé dans son intégrité.Pour respecter votre droit à la parole, et pour être en conformité avec la rédaction d’un article qui prend en compte les précisions, les remarques, les recommandations « Google », cette solution à notre goût apporte un rectificatif et respecte toutes les parties.Vous souhaitant une bonne réception et compréhension, nous restons néanmoins à l’écoute de vos réclamations.

  2. C’est le choix de Michel Moatti, son premier essai, dont le 1er chapitre est à découvrir sur http://www.calaméo.com à lire !

  3. Comment peut-on publier et faire son salaire sur le malheur des gens?comment peut-on mettre en avant un cinglé qui a grillé tout ces neurones ?
    Le fait de le mettre en avant comme vous le faites me laisse perplexe 😐
    Comme quoi la misère humaine reste le nerfs de la guerre !
    Honte à vous de publier des choses aussi choquantes et encore plus de le mettre en avant pour vous octroyer un salaire
    Vous n’et Pas différent de ce bourreau que vous présentez sur un piédestal !
    L’inf Est importante,le lavage de cerveau est stupide
    Bref je pas mon chemin et vous perdez un lecteur 😡

    • Désolé de vous contrarier, mais le site de France Net Infos ne génère pas assez de flux de lecteurs sur mes articles, pour ma part je suis en partenariat écriture, ne touche ni dividendes ni pourcentages, ni intéressements sur mes écrits. Par ailleurs le texte publié ne favorise pas pour autant, la vente du livre, ni la mise en avant de l’affaire NL.Souvent sur certains réseaux sociaux, on me questionne sur mon rôle d’informer ou de déformer l’actualité, les évènements. Je réponds aux détracteurs, comme aux lecteurs assidus : Un rédacteur doit rester le plus juste possible, sur ses opinions ou sur ses diffusions de sources.Dans le cadre de ce livre, c’est dans un ensemble de questionnements qu’il faut positionner, pour relier les éléments d’un article. Par conséquent, je n’ai pas de vocation à critiquer, ou mettre en valeur quiconque dans mes rédactions. Pour vous répondre, et donc pas ouvrir un débat à charge, contre le site qui laisse libre court à notre travail d’écriture, je m’étonne de votre analyse qui brosse un portrait plutôt curieux, du rôle de correspondant de site web, votre vision est je pense très éloignée d’une vérité toute autre…

      • Je ne comprends pas le but de votre ouvrage il aurait était plus malin de faire un livre sur le désespoir des familles les lenteurs de la justice le désir de vérité est plus important à cette heure ci que toute ces informations sur ce malade débile profond ignoble et incurable son quotidien n est pas notre souci au contraire on ne peut que lui souhaiter le pire lors de sa détention et qu’ elle dure longtemps le plus longtemps possible…. loin de nos frères nos soeurs et de nos enfants…. C est un livre que je boycoterai c est sûre !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Lady Di & me, le deuxième tome, Un scandale de trop

Un scandale de trop est le second et dernier tome du dyptique Lady Di & ...

Cahier d’écriture cursive, pour maîtriser l’écriture

Cahier d'écriture cursive est un livret souple, des éditions Nathan, paru en juillet 2018. Un ...

misery-hebertot
Misery d’après Stephen King au Théâtre Hébertot

Misery - Une pièce à frissons de William Goldman d'après le roman de Stephen King paru ...

Fermer