Accueil / Culture / Cinéma / Phantom Thread, Paul Thomas Anderson : Notre critique

Phantom Thread, Paul Thomas Anderson : Notre critique

Poussée par les éloges d’une copine de bus, je me suis décidée à aller voir Phantom Thread, ce film oscarisé. Bon, l’histoire m’attirait également, sans parler du grand Daniel Day-Lewis que j’admire beaucoup. Je suis sortie du film sans trop savoir ce que j’en avais pensé. J’ai aimé bien des choses, mais je suis aussi restée sur ma fin pour bien d’autres. Au risque de m’attirer les foudres de tous les admirateurs du réalisateur, je vais quand même tenter de vous donner mon juste avis.

Phantom Thread
Phantom Thread

Avec : Daniel Day-Lewis, Vicky Krieps, Lesley Ann Manville, etc.

Date de première sortie : 14 février 2018

Réalisateur : Paul Thomas Anderson

Genre : Drame

Durée : 2h11

Synopsis :

Dans le Londres des années 50, juste après la guerre, le couturier de renom Reynolds Woodcock et sa soeur Cyril règnent sur le monde de la mode anglaise. Ils habillent aussi bien les familles royales que les stars de cinéma, les riches héritières ou le gratin de la haute société avec le style inimitable de la maison Woodcock. Les femmes vont et viennent dans la vie de ce célibataire aussi célèbre qu’endurci, lui servant à la fois de muses et de compagnes jusqu’au jour où la jeune et très déterminée Alma ne les supplante toutes pour y prendre une place centrale. Mais cet amour va bouleverser une routine jusque-là ordonnée et organisée au millimètre près.

Phantom Thread – Notre critique :

Phantom Thread est un film où la musique prend bien plus de place que les dialogues. Du coup, on a les yeux rivés sur le jeu des acteurs, ce couple assez contradictoire par bien des côtés. Si je suis complètement tombée sous le charme de Day-Lewis, j’ai eu plus du mal à accorder du crédit à l’actrice qui campe le rôle féminin principal. Je crois que c’est très personnel cette sensation, mais je dois dire que j’ai trouvé son jeu bien en dessous de ce grand du nom, me laissant une sensation de déséquilibre tout au long du film.

L’histoire d’amour, quant à elle, n’est ni surprenante, ni décevante. D’entrée, nous comprenons qu’ils sont très différents, à commencer par le milieu auquel ils appartiennent, ainsi que leurs personnalités respectives. Si le couturier mène une vie routinière et sans surprise, Alma quant à elle rêve de plus de folie au cœur cette relation qui ne laisse aucune place au lâcher prise.

Sans vouloir trop en dire sur l’intrigue, j’avoue avoir été désarçonnée par la façon dont Alma réussit à faire en sorte que le couturier se libère de ses démons. Cela semble crédible la première fois, mais la seconde fois pas vraiment. Nous sommes alors témoins d’un inversement de situation (dominant/dominé) via des fins assez discutables et peu crédibles à mon sens.

J’ai forcément été touchée par le personnage du couturier, ses angoisses, le fait qu’il ne s’autorise aucune fantaisie, un fou de travail. D’ailleurs, j’aurai apprécié de voir un peu plus de scènes autour de la couture et des messages qu’il cache dans la doublure de ses plus belles robes. Je pense que cet univers aurait pu être davantage exploité, c’est dommage.

Quant au rythme, il est certes long, mais un film se contemple et s’écoute également. Ici, les robes sont superbes, la musique – bien qu’omniprésente – est très agréable.

Quoi qu’il en soit, je ne regrette aucunement d’être allée voir Phantom Thread ; je conclurai simplement en admettant que je suis restée sur ma fin, spectatrice de la maladresse du réalisateur pour faire passer son message pourtant très prometteur.

Je suis quand même triste que Daniel Day-Lewis ait souhaité tirer sa révérence, annonçant qu’il s’agissait-là de son dernier film. Si vous êtes fans de l’acteur, je ne peux que vous conseillez de vous dépêcher d’aller le voir sur grand écran avant qu’il ne soit trop tard.

A propos LRedac

A lire aussi

Mémoires de Marie-Antoinette, le second tome, La Révolution

La Révolution est le second et dernier tome du diptyque Mémoires de Marie-Antoinette, une bande ...

Lire les articles précédents :
Breizh, tome 4, Les hommes du Nord

Les hommes du Nord est le quatrième tome de la série Breizh, Histoire de la ...

Rencontre avec Paul Belmondo

Paul Belmondo était à Monaco  au festival de la comédie pour remettre à Claude Lelouch ...

Voyager autrement, voyager solidaire

Voyager Autrement , antenne de voyages responsables et solidaires de Vacances Bleues, propose une autre ...

Fermer