Sarah Manesse vient de sortir son premier EP “The Mirage” : interview

Sarah Manesse vient de sortir son premier EP « The Mirage ». La jeune chanteuse, qui a plusieurs cordes à son arc, n’est pas inconnue du grand public. Elle est à la fois chanteuse, interprète, auteur, guitariste, danseuse, comédienne. Rien que ça ! Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a du talent à revendre ! Il y a dix ans, elle a participé à l’émission X Factor puis elle a enchaîné les comédies musicales en France et à l’étranger. Avec son premier EP, elle nous entraîne dans son univers, pop rock et intime. Depuis X Factor, dix ans se sont écoulés, pendant lesquels Sarah n’a cessé de travailler et de faire de belles rencontres.

A l’affiche de plusieurs comédies musicales

Sarah a participé à de nombreuses comédies musicales :  « Sister Act », « Sweeney Todd », « Grease » et elle a aussi incarné la Glamour Girl du Vivid Grand Show au Friedrichstadt-Palast, l’une des plus grandes salles d’Europe …  Plus jeune, elle a fait de la danse classique puis du hip hop. Elle a eu comme prof Mia Frye, qui a cru en elle et l’a encouragée après ses premiers concerts. Perfectionniste, elle s’est inscrite à une école de comédie musicale, à Londres. « Je me suis ruinée mais ça valait le coup ! », reconnaît-elle.

« The Mirage », son premier EP vient de sortir

Sarah écoute beaucoup de musique et, lorsque nous lui demandons quels sont les chanteurs et chanteuses qui l’ont influencée, elle cite spontanément Fiona Apple, sa « number one ». « Personne ne l’a détrônée ; elle est un exemple de liberté. Elle ne se met aucune barrière. » Elle évoque aussi Kate Bush, PJ Harvey, Natalie Imbruglia. Essentiellement des femmes aux univers bien marqués. Comme elle.

La musique fait partie de sa vie. Depuis qu’elle est adolescente, Sarah Manesse écrit des chansons. D’ailleurs, parmi les titres figurant sur son EP, il y en a un qu’elle a écrit quand elle avait dix-sept ans. La persévérance est incontestablement l’une de ses qualités. Elle a intégré une école de musique à Villeurbanne et a passé plusieurs castings, qui ne se sont pas très bien passés. Mais Sarah ne s’est jamais découragée. Malgré les critiques, elle a continué. Ainsi, lorsqu’elle a eu connaissance de celui de XFactor, elle s’est présentée, estimant que « ça ne pouvait pas être pire ». Passer à la télévision était une épreuve difficile psychologiquement, comme le reconnaît Sarah, mais cette aventure lui a permis de faire de belles rencontres. Elle a notamment fait la connaissance de Benjamin Siksou qui l’a présentée à des musiciens. Avant d’aller à Berlin, elle a enregistré une démo qu’elle a ensuite eu l’opportunité de présenter à Doug Yowell  (batteur pour Joe Jackson, Suzanne Vega…) qui lui a proposé alors d’enregistrer son EP à New York. Là, elle a rencontré Mark Plati (musicien, producteur et ingénier du son de David Bowie, Quincy Jones, Alain Bashung…). Quand on dit qu’il n’y a pas de hasard….

Sarah écrit elle-même les textes de ses chansons. « Quand quelque chose me fait mal, j’ai envie de le mettre en musique », avoue-t-elle. Elle puise donc dans son vécu et raconte essentiellement ses blessures, ses douleurs. Sur son EP, elle a écrit toutes les chansons en anglais, sauf la dernière, qui est sans doute la plus personnelle. Elle a écrit ce texte à la suite du décès d’une personne qu’elle venait de rencontrer. Son premier single « Litte Flame », elle l’a écrit lorsqu’elle était à Berlin. Mélancolique et poétique, il parle d’un amour impossible, magnifié dans le clip qu’elle a tourné en Baie de Somme  et réalisé par Leïla Macaire. Elle a eu envie de travailler avec cette réalisatrice, en voyant sa sœur, danseuse professionnelle, dans un clip qu’elle  avait fait pour un rappeur. Celui de « Litte Flame » est un vrai petit bijou et nous invite à découvrir la voix envoûtante de Sarah. Après la release party de l’EP au Pop Up du Label à Paris début octobre, elle va sûrement avoir plein de propositions pour présenter sur scène ses chansons. Sans aucun doute, on n’a pas fini d’entendre parler de Sarah Manesse !

A propos laurence ray

A lire aussi

“C’est pas Classique” est de retour à Nice les 10,11 et 12 décembre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com