Satchmo : Biographie d’une légende du jazz aux Éditions Jungle Ram Dam

Léo Heitz rend un bien troublant hommage, par le biais de cette biographie illustrée, au génie de celui qui a révolutionné le Jazz. Satchmo, n’est autre qu’un des surnoms du grand Louis Armstrong. Et même en étant un surdoué de la musique, le grand Louis n’a pas eu un chemin tout tracé vers la gloire qu’on lui connaît . Dérives  “​familiale​”​, personnelle, raciale et musicale sont le lot de son parcours.

Satchmo, un one shot disponible depuis le 7 Octobre 21 aux Éditions Jungle dans leur toute nouvelle collection pour adultes : Ram Dam.

Satchmo_couv.jpg
Satchmo @ Éditions Jungle @ Collection Ram Dam
  • Le décor :

Un taudis dans les quartiers pauvres de la Nouvelle-Orléans … 

Satchmo, un jeune garçon, prépare avec soin le repas. Riz et haricots rouges : un classique que sa mère aime normalement lui préparer, car c’est son plat favori. Mais, aujourd’hui, c’est lui qui apporte le plat. Car, maman n’est pas en état, et les bouteilles brisées qui jonchent le sol trahissent une « maladie » que Satchmo connait bien. 

Assis sur un tabouret, près du lit où sa mère est allongée, il mange doucement. Celle-ci ne daigne pas une seule fois se retourner pour goûter au plat préparé. 

Aussi, Satchmo s’empresse de la laisser en paix. Car, au milieu de cette noirceur qui l’entoure, il existe un endroit où elle aime se réfugier. Un endroit magique pour se délecter et oublier un peu . Et, ce soir, c’est le grand King Joe qui joue au « Lala Bar » !!

Pour assister au spectacle du meilleur trompettiste de New Orleans, il se glisse sur le toit de l’établissement. Depuis la verrière, il peut voir et entendre sans payer un seul sou !!!!

C’est une révélation pour le jeune homme de treize ans. Et, au fil du temps, il a su créer de bons rapports avec les musiciens. Tandis qu’ils profitent de leur pause à l’arrière du bar, et voyant l’entrain de Satchmo à les imiter avec un vieux kazoo, King Joe lui fait un cadeau qui scellera son destin de musicien

satchmo_planches.jpg
Satchmo @ Éditions Jungle @ Collection Ram Dam
  • Le point sur la BD :

Une belle œuvre aux Éditions Jungle, où les personnages sont anthropomorphes, et nous font tendrement penser à certains “Silly symphony” de l’époque. Tout en nuances tricolores, pour accentuer la condition « humaine » et l’ambiance . L’auteur choisit de représenter ses personnages, en rats, référence à la considération des personnes de couleurs à la Nouvelle Orléans et ailleurs dans chaque États aux États Unis.

Léo Heitz s’empare du personnage, mais aussi d’une cause. Il sensibilise le lecteur aux difficultés sociales et raciales auxquelles même un Armstrong, génie trompettiste dont le style va révolutionner le Jazz, a fait face. Tiré de son autobiographie écrite, Satchmo transformé en illustrations se révèle visuellement « cruel » : mafia, trafic sexuel, racisme, patriarcat … Des références bien sombres, dont certaines n’ont pas complètement disparues de nos jours.

On suit le parcours semé d’embûches auquel Louis sera confronté, de son quartier miteux, en passant par quatre ans de bagne, où il s’entraîne avec son cornet à pistons, révélant son don inné pour la musique. Ses problèmes « familiaux » et ce refus de « l’humiliation » permanente, cette combativité qui le mènera sur les chemins du succès qu’on lui connaît.

satchmo_extrait.jpg
Satchmo @ Éditions Jungle @ Collection Ram Dam
  • La conclusion :

Un récit d’où l’on sort particulièrement « ​oppressé​ » par les injustices subies par Armstrong (et bien d’autres) !! Satchmo aux Éditions Jungle, une sublime adaptation biographique de la vie de celui qui révolutionna le Jazz en inventant son propre style. Que l’on soit adepte ou non du genre musical, cette lecture indispensable permettra de comprendre toutes les douleurs infligées et subies en cette époque trouble. Mais surtout l’espoir de ce parcours particulier, et de l’avenir brillant qui a suivi !! 

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

Les Archives James Bond 007 : Une plongée dans la saga de l’agent secret le plus populaire de l’histoire du cinéma..

Dr No (1962) jusqu’à Mourir peut attendre (2021), sans oublier le parodique Casino Royale (1967) …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com