Sète : Le MIAM libère les collections d’arts modestes jusqu’au 26 mai 2024

Au MIAM l’exposition “Libres”

Sète, retour des beaux jours depuis cette fin de janvier, avec une température élevée qui frôle les 14 degrés. Une occasion pour moi d’aller voir l’exposition Sétoise qui réunit, un ensemble d’oeuvres, autour de collectionneurs, mais bien plus que cela…Retour sur les quais de la ville, dans cet ancien chai qui est géré par l’artiste Hervé Di Rosa  et Bernard Beluc !

L’exposition se regarde et nous interroge…

Partir dans le musée, c’est explorer en particulier l’art africain contemporain et voir ce qui s’expose dans l’appartement des collectionneurs au milieu d’un environnement d’objets populaires. Entre mer et montagne, c’est un univers riche en couleurs qui témoigne du bonheur de vivre et de l’amour des autres, et aussi le fait que l’on se retrouve dans une collection “foutoire” qui relate les années 80, de l’abondance créative, jusqu’au fétichisme ambiant.

Parmi les artistes présentés : Kwame Akoto, Abdelkader Benchamma, Rémi Blanchard, François Boisrond, Robert Combas,Hervé Di Rosa, Yan Pei Ming, Stéphane Pencréac’h, Cyprien Tokoudagba,
Chuckie Williams, Claude Viallat, Christine Viennet …

À l’étage du musée, on découvre la collection MB/JB : Construite depuis une cinquantaine d’années, elle se structure d’une partie autour de deux artistes de la seconde génération du surréalisme, Félix Labisse et Lucien Coutaud, et d’autre part d’un ensemble exceptionnel de figures de magie brésilienne. Livres rares, objets insolites, meubles de théâtre et œuvres d’artistes contemporains complètent cette collection singulière, qui occupe totalement les espaces d’un grand appartement reconstitué.
Entre Eros et Thanatos, la Collection MB/JB nous plonge dans une atmosphère étrange où la peinture figurative, à la frontière du surréalisme, côtoie la magie noire. Si l’installation aborde l’abondance créative, c’est surtout l’énergie des lieux qui fait respirer l’atmosphère de peintures, sculptures et autres témoignages artistiques.

Au-delà de leurs différences, ces deux collections ont en commun d’avoir été constituées, l’une comme l’autre, à partir d’un courant artistique, et de relations fortes avec certains artistes.

La liberté des collectionneurs, dont les choix ouverts peuvent aller des œuvres aux objets, de l’art à l’artisanat, atteste d’une réelle convergence avec l’intention qu’à le MIAM, de poursuivre dans un univers kitch et complètement marqué par la ville inspiratrice, comme l’a présentée dernièrement Hervé Di Rosa sur Arte.

Commissariat : Françoise Adamsbaum & Norbert Duffort, plus de d’infos sur https://www.miam.org

Éric Fontaine à Sète

Félix Labisse au Miam
Fétichisme et magie noire

A propos Éric Fontaine

Après des études de commerce (EDC) et de journalisme (Studio Ecole de France) j'ai commencé ma carrière comme Responsable de la Communication (FUN RADIO MONTPELLIER) et ensuite dans la publicité visuelle (Avenir Affichage) et imprimeries...Depuis 2007, je consacre une partie à la réalisation de reportages (videos, court-métrages, interviews) pour le web (Blogs, Youtube, Dailymotion) et France Net Infos !.Depuis 2014 j'ai couvert les événements cinématographiques du Cap Spartel Film Festival à Tanger (Maroc).Depuis 2010 j'effectue des modules Web sur le Festival International du Film de Marrakech (Tapis Rouge) et sur "Cinémed" le festival de Montpellier.Concepteur de clips je réalise des "snapshots" pour les auteurs compositeurs, et des captations pour le théâtre (déplacement en France et à l'étranger).

A lire aussi

Arles : Avec “Arts at Home” la culture se déplace chez les gens !

Depuis 21 ans les artistes s’invitent à la maison…Cette année l’édition Arlésienne a eu lieu …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com