Va-t’en guerre ! Une épopée truculente aux Éditions Jungle RamDam

C’est avec un titre mélangeant drame et comédie, que les Éditions Jungle ouvrent le bal de leur nouvelle collection destinée aux adultes : Jungle RamDam ! Va-t’en guerre ! nous entraîne dans une balade loufoque, à la recherche d’un soldat situé en pleine ligne de front. Le tout orchestré par une des associations des marraines de soldats, afin de faire reluire un blason qui ne brille plus autant que prévu !!!

Un one shot fictionnel, touchant, tendre et drôle à retrouver depuis le 07 Octobre 2021 dans toutes les librairies.

va_ten_guerre_couv.jpg
Va-t’en guerre ! © Éditions Jungle © Collection Ram Dam
  • Le décor :

Un paysage dévasté par la guerre … On aperçoit des soldats et des explosions. Puis, les chars d’assaut écrasant tout sur leur passage. 

Pendant ce temps, dans son bureau, bien au chaud, le Général s’amuse de ses vices, lorsqu’il est interrompu par son secrétaire. La Baronne de Poumfrougnac est dans les locaux, et demande à le voir expressément. Elle lui expose sa requête farfelue : pour pallier aux multiples critiques de son association des « marraines de soldats », elle propose un « faux » jeu, dont le tirage au sort est déjà organisé !  Le but : redorer le blason de son association et obtenir personnellement la reconnaissance qu’il se doit !!!

Contraint et forcé par quelques chantages, le Général ploie sous sa demande. Et c’est une équipe « spéciale » qui est missionnée pour retrouver le soldat tiré au sort par Mme Zaza, la voyante. Il faudra parcourir des kilomètres pour arriver au front, par le biais des chemins de fer.

Malheureusement, le voyage ne va pas du tout se passer comme prévu. Et l’équipe, non adaptée au terrain, composée de Trouffon, le secrétaire du Capitaine. De la voyante, Mme Zaza, affublée de toute sa « bourgeoisie ». De Louise, l’intendante de la Baronne, anciennement ouvrière dans une usine de munitions. Et d’une gueule cassée, Shapnel, pas très commode, va devoir composer avec ses différences

va_ten_guerre_planches.jpg
Va-t’en guerre ! © Éditions Jungle © Collection Ram Dam
  • Le point sur la BD :

Comme dans certains grands classiques du cinéma des années 50/60, le scénario de Va-t’en guerre !, sur fond de guerre 39/45 prend un ton à la fois léger, grâce aux dialogues épatants et aux situations cocasses rencontrées par les personnages. Et lourd, grâce aux multiples références placées ça et là, sur le chemin de notre lecture ! 

Cette équipée maladroite et attachante, dont la composition improbable donne le ton de la comédie et du rappel Historique, rend l’épopée, aux Éditions Jungle, complètement imprévisible.

Aurélien Ducoudray donne à chacun de ses personnages, le moyen de saluer l’un des aspects peu connus de la guerre. Le travail des femmes dans les usines de munitions pendant que leurs hommes se battent sur le terrain. Les gueules « cassées », ces hommes revenus vivants mais raccommodés et défigurés. Les « planqués » du régime, Généraux ou bourgeois, assis gentiment derrière leur bureau, ou dans leur maison, bien à l’abri, pendant que d’autres sont sacrifiés sur le terrain. 

Côté illustrations et couleurs, c’est une totale « découverte » ! Marion Mousse caricature les traits de ces personnages tout en les rendant sympathiques et abordables. Elle accentue les contours d’un noir épais. tandis qu’Albertine Ralenti pose ses couleurs sombres accentuant chaque ambiance. Elles parent l’œuvre d’une succession de planches scindées en chapitres, en nous offrant des pleines pages expressives et concluant les différentes aventures vécues par l’équipe. 

 

va_ten_guerre_extrait.jpg
Va-t’en guerre ! © Éditions Jungle © Collection Ram Dam
  • La conclusion :

Un one shot tellement humain et tendre, parsemé de drames de la guerre. Va-t’en guerre ! aux Éditions Jungle RamDam tire sa force de l’émotion donnée par chacun de ses personnages si représentatifs. Et de cette épopée où chaque rencontre devient loufoque et décalée par rapport à la mission initiale ! 

Un coup de cœur total qui rappelle le réalisme poétique du cinéma d’auteurs français des années 50/60, sur les  films de guerre 39/45, dramatico/comique. De belles références pour cette oeuvre excellente qui nous fait penser qu’Aurélien Ducoudray est notre Jean Renoir, notre Henri verneuil de la BD  !

A propos stef emma

Rat de laboratoire, BDphile, et couteau en second sur Le bon goût des choses ( végétarien, végétalien)

A lire aussi

“Les promises”, le nouveau roman de Jean-Christophe Grangé

Voici le seizième roman de Jean-Christophe Grangé, et une fois de plus c’est l’éditeur Albin …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com