Comment la grève a augmenté de 30% le marché des formations à distance et le e-learning

Dernièrement, la grève contre la réforme des retraites, qui a commencé officiellement le jeudi 5 décembre 2020, a mis à mal l’ensemble du fonctionnement logistique français, et c’est un euphémisme ! Cette paralysie, quasi totale, a ainsi été un vecteur de frustration pour bon nombre de français : notamment, les étudiants et autres apprenants se sont vu délaissés de la plupart des moyens de transport en commun mis à disposition. Pour parer à cette réalité, plusieurs organismes se sont mis au diapason des restrictions en proposant des formations à distance. Résultat : le marché du e-learning explose ! Analysons la situation.

La formation à distance : qu’est-ce que c’est ?

Avant de comprendre l’impact de la grève sur le système de fonctionnement des formations, il est nécessaire d’expliciter les termes.

La formation à distance, que l’on peut également connaitre sous le nom de FOAD (formation ouverte à distance) doit être appréhendée comme un modèle opposé à la formation en présentiel. Cette dernière, qui impose à un collaborateur ou à un étudiant d’assister à cours de manière régulière et dans des locaux, s’effectue généralement à travers un établissement scolaire ou un organisme de formation.

Au contraire, la formation à distance n’engendre aucune prérogative de ce côté là : l’apprenant n’a ainsi pas besoin de se déplacer, de plus, il peut (généralement) organiser ses cours en fonction de son emploi du temps, ce qui offre donc une grande flexibilité.

Officiellement, la délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle a défini la formation à distance de la manière suivante : « Une formation ouverte et/ou à distance, est un dispositif souple de formation organisé en fonction de besoins individuels ou collectifs (individus, entreprises, territoires). Elle comporte des apprentissages individualisés et l’accès à des ressources et compétences locales ou à distance. Elle n’est pas exécutée nécessairement sous le contrôle permanent d’un formateur. »

L’e-learning, comme on le nomme désormais, concerne ainsi toutes les couches de la société :

–     étudiant

–     salarié

–     demandeur d’emploi

D’une manière générale, une formation à distance s’articule de la même manière :

–     Après inscription, l’organisme de formation vous donne accès à une plateforme web répertoriant les cours relatifs à votre formation.

–     Des exercices et des cas pratiques sont mis à votre disposition afin que vous puissiez vous exercer sur les domaines visés.

–     À la date indiquée, vous allez devoir soumettre ces exercices au formateur qui s’occupe du suivi de votre dossier.

–     Vient ensuite la phase de correction qui englobe plusieurs prérogatives pédagogiques cruciales.

–     Une fois cette étape passée, le formateur passe au sujet suivant etc.

Ainsi, et dans la configuration que l’on a identifié, la formation à distance permet aux apprenants de passer outre les problèmes logistiques afin de profiter de l’ensemble des sujets correspondant à la bonne compréhension de la profession visée. Mais alors, comment les acteurs du secteur ont réagi à la nouvelle grève importante qui touche la France ?

L’impact de la grève sur les professionnels de la formation

Comme nous l’avons identifié dans l’introduction, la grève générale qui a touché et touche encore le territoire engendre de nombreuses problématiques : principalement, c’est l’arrêt quasi total des transports en commun qui a, en premier lieu, eu raison des apprenants. Car si de nombreuses professions se sont alliées à cette cause, c’est avant tout l’ensemble des opérateurs liés aux transports publics qui sont à l’initiative de cette grève.

Les professionnels de la formation ont ainsi du répondre rapidement à la question suivante : comment proposer une formation qualitative aux élèves qui ne peuvent pas se déplacer ? Ici, le digital apparait comme la clé de voute d’une solution destinée à permettre à l’ensemble des apprenants de ne pas pâtir de ces grèves successives. Cette proposition est d’autant plus cohérente que les outils proposés semblent aujourd’hui totalement convaincre les apprenants. « C’est ainsi que le marché du e-learning et de la formation à distance a progressé de 30% rien que durant cette période », en témoigne le gérant d’Optédif formation et confesse même avoir réalisé ses plus grosses marges sur ses formations salesforce à distance suite à ce même phénomène.

Tandis que les organismes traditionnels ne possèdent pas tous les moyens permettant cette mise au diapason, les nouveaux acteurs de la formation, qui ont identifié le e-learning comme un support primordial, ont pu s’adapter rapidement à ces nouvelles prérogatives, et ce sans aller à l’encontre de leur organisation initiale.

De cette manière, plusieurs organismes ont pu assurer la continuité de leur formation grâce à la mise en place de classes virtuelles quotidiennes : grâce à la visio-conférence par exemple, les formateurs ont pu continuer à prodiguer leurs conseils depuis leurs locaux ou leurs domiciles. Ici, chaque apprenant a la possibilité de se connecter à la plateforme en ligne de l’organisme afin de profiter de l’intégralité des cours, des exercices, des corrections etc.

De cette manière, le digital permet une flexibilité sans équivalent. Cette souplesse, reconnue comme qualitative par la plupart des acteurs du secteur, a ainsi permis d’éveiller les consciences sur la valeur du e-learning. Tandis que les formations à distance ont augmenté de 30% durant cette période, c’est l’ensemble de ce système qui est maintenant soumis à l’analyse. Ainsi, il n’est pas inconcevable de penser que la formation à distance va s’installer de plus en plus comme le nouveau standard, au détriment des formations en présentiel, couteuses et imprévisibles.

Cette configuration, déjà très répandue dans la formation continue, devient également un vrai sujet dans le secteur des formations initiales. Notamment, les facultés réfléchissent maintenant à un système permettant la mise en place d’examens à distance en prévision d’un conflit contre les retraites qui pourrait durer. Et même si le cas de la validation des acquis en fin de semestre ne correspond pas exactement au sujet de la formation à proprement parler, il embrasse néanmoins le spectre de l’apprentissage et des solutions adjacentes existantes.

Au-delà de la théorie et de l’utilisation du digital, la progression du e-learning engendre de facto tout un panel de solutions censées répondre à l’ensemble de la problématique : plus que la formation à distance, ce sont les outils proposés qui ont notamment séduit les apprenants pendant cette période d’immobilisation.

Les différentes formes de e-learning utilisées par les formateurs

Le e-learning se repose avant tout sur un LMS (learning management system). Ces plateformes vont permettre de centraliser l’ensemble des informations nécessaires au bon fonctionnement des formations : proposition de modules, suivi des scores, création de certificats etc. C’est en premier lieu ce point qui a conditionné l’intérêt grandissant des apprenants lors de la période de grève. Grâce à ce système, aucune information n’est perdue, l’intégralité des cours sont retranscrits.

Ensuite, il s’agit de s’intéresser aux différents formats de contenus, ceux présents sur la plateforme en question. Encore une fois, l’ensemble des solutions existantes ont permis aux organismes d’utiliser des moyens adaptés à leur formation, le but étant encore une fois, d’assurer le suivi qualitatif des cours par les apprenants. identifions les :

–     La classe virtuelle : ce dispositif offre la possibilité de réunir plusieurs élèves au même moment, sans se déplacer. Tout se déroule en ligne. Ce qui est intéressant dans ce support, c’est principalement le potentiel d’échange entre les personnes.

–     Le wébinar : Le wébinar correspond à une conférence en ligne où le formateur, filmé en direct, propose un cour magistral suivi généralement d’un chat permettant aux élèves de poser leurs questions.

–     Le MOOC : Pour Massive Open Online Course, ce procédé permet aux apprenants de profiter de tout un ensemble de PDF et autres documents relatifs à la formation suivie. Ne nécessitant quasi aucune intervention, la valeur ajoutée du MOOC réside principalement dans sa capacité à englober un nombre très conséquent d’élèves.

–     Le mobile learning : format très court, il permet d’assister à des sessions de deux à cinq minutes sous format vidéo, texte ou encore quizz.

–     Le rapid Learning : Proche du mobile learning, ce format correspond à la transformation pure et simple des écrans présents dans un PowerPoint. À sa guise, le formateur pourra agrémenter le procédé de quizz ou d’exercices.

–     La formation scénarisée : Il faut aborder ce format comme une aventure. Ici, l’apprenant est acteur de sa formation, il va devoir réussir dans différentes missions afin de valider son parcours. Le taux d’engagement est dans ce cas très impressionnant, l’expérience proposée étant ressentie comme quelque chose de ludique, interactif et de bon sens.

–     La réalité virtuelle : Encore très peu utilisée, la réalité virtuelle permet de transformer fictivement l’univers professionnel de l’élève. Ce procédé apparait comme une façon très interessante de se former à son futur métier, les professions techniques notamment (mécanique, aéronautique, médecine etc.) Au niveau utilisation, ce format peut par exemple prendre la forme d’un cas pratique où un technicien doit effectuer la maintenance d’une nouvelle machine. Le but ? s’entrainer sans risque, un excellent moyen de faire des erreurs pour progresser. 

Vous l’avez compris, le e-learning, à travers le digital, offre une solution de bon sens pour tous les apprenants touchés de près ou de loin par les différentes grèves successives qui agitent la France. Plus encore, la formation à distance permet également de s’adapter aux nouvelles habitudes des apprenants, affaire à suivre…   

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

3 questions à… Cyril Alberti de New Hope Production

Quand la passion des bandes annonces détermine votre futur métier… C’est ainsi qu’on pourrait résumer …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
Read previous post:
Les principaux critères de sélection d’une SCPI

Parmi les différentes SCPI ouvertes à la souscription sur le marché, il n’est pas facile …

WANDERLUST
WANDERLUST: Le printemps 2020 vient a Smash

« Wanderlust » est la passion de voyager, le désir de connaître le monde, mais …

cluizel
Cluizel : Un océan de Pâques à déguster encore et encore

Quelque chose me dit que vous attendiez avec impatience ma revue sur les nouveautés chocolatées …

Close