essay on price hike in pakistan essay helper app creative writing ferris wheel do you watch tv while doing homework help desk manager resume cover letter different forms of creative writing

Coup de coeur : Campus Drivers, Tome 1 de C. S. Quill

L’été a été fructueux en belles lectures côté romance, alors quel plaisir de voir que cela continue à la rentrée ! Aujourd’hui en librairie sort le tome 1 de “Campus Drivers” de C. S. Quill. Si vous aimez la romance, je vous garantis que vous pouvez vous ruer dessus les yeux fermés !

Campus Drivers Tome 1 CS Quill Hugo New Romance

Résumé

L’année universitaire qui débute promet d’être radieuse pour Lane O’Neill. Campus Drivers, l’application qu’il a fondée avec ses meilleurs amis, cartonne. Le concept est simple : jouer les taxis pour étudiant, au volant de voitures de collection. Les filles en raffolent, et les quatre chauffeurs ont à coeur de ne jamais décevoir leur clientèle.
Lane n’a qu’un seul défaut aux yeux de la gent féminine : il ne s’attache pas. Jamais. Dès qu’il pousse la porte de chez lui, il aspire à ce qu’on lui fiche la paix.
Alors comment se retrouve t-il à héberger Lois Hogan, la fille que son voisin vient de larguer?

À propos du livre

C. S. Quill n’en est pas à son premier coup d’essai. Après les sagas Burning Dance et Prudes à Frange, c’est au sein d’un campus universitaire qu’elle place sa nouvelle intrigue. Paru aujourd’hui aux éditions Hugo New Romance, le tome 1 de “Campus Drivers” place la barre toujours plus haut dans un genre où je suis toujours plus exigeante. Je serais pourtant bien en peine de comparer ce roman à ses autres productions puisqu’il s’agit du premier que je lis de cette auteure. Mais croyez-moi, je ne suis pas déçue du voyage.

Dans “Campus Drivers”, vous allez rencontrer Lane O’Neill et ses trois comparses, Lewis, Adam et Donovan. Ensemble, ils ont créé une application visant à proposer des services de taxi aux étudiant·e·s, dans des voitures de collection. Bien pratique pour s’envoyer en l’air sur la banquette arrière, ce qu’ils ne se privent pas de faire ! En effet, tranquille et sans attache, c’est comme ça que pourrait se définir Lane. Mais un soir, il repêche Lois, une voisine qui vient de se faire mettre à la porte par son ex et échoue sur son canapé. Ce qui ne devait être qu’une solution de quelques heures devient inévitablement un plan foireux. En même temps, Lois et Lane… Il n’y a bien que les Campus Drivers que ça fait rire. Pourtant, au fur et à mesure des jours qui passent, Lane n’est plus aussi certain de l’aspect foireux du plan…

Mon avis

Si vous commencez à me connaître, vous savez ce qui m’insupporte dans la romance. Le côté grand amour au premier regard, on se marie trois jours après, très peu pour moi. J’aime ce qu’on appelle le “slow burn”. Il s’agit de romance qui met son temps à se mettre en place, qui se construit au fil des jours et de la connaissance de l’autre. C’est le cas ici et je m’en suis délectée ! La relation à la fois fraternelle de Lois et Lane qui ne font que se chicaner, et en même temps cette attraction inévitable qui se dégage d’eux m’a tout de suite envoûtée.

C’est avec un plaisir non dissimulée que je me suis délectée de la plume de C. S. Quill. Son écriture est fluide, pleine d’humour et surtout terriblement réaliste. Tout ce que j’aime dans la lecture. Pas de chichis, pas de pavés inutiles, pas de situation rocambolesque. Non, ici on peut s’identifier à tout. Aux personnages : avec leurs qualités et leurs défauts (surtout leurs défauts, qu’on adore détester). Aux lieux : si vous avez déjà mis un pied dans un campus américain vous serez ravis d’en revivre l’expérience. Et aux situations !

Ce qui est amusant, c’est que généralement je préfère les drames psychologiques dans le genre de la romance, que je trouve souvent plus approfondis. Souvent remplis de suspense et de secrets, c’est ce qui créé leur aspect addictif. Pourtant, ici, C. S. Quill a réussi le pari de rendre une comédie romantique absolument addictive. J’ai lu ce roman en un peu moins de 24 heures, en le lâchant difficilement quand je n’avais plus le choix. Et dès que je le mettais de côté, les pages du livre m’appelaient littéralement. Une vraie torture !

Et la fin ?

Je ne vais quand même pas vous la révéler ! Mais ce que je peux vous dire, c’est qu’elle est inattendue ! C. S. Quill ne donne pas une fin à son roman, mais deux ! Ou une fin, et un début, difficile de savoir. Ce dont je suis sûre, c’est que l’attente jusqu’au prochain va être absolument insupportable. Ce n’est pas permis de laisser ses lecteurs et lectrices dans un état d’angoisse pareil face à tant de suspense !

En bref

En somme, encore une magnifique romance qui m’a envoûtée dès les premières pages. Une superbe écriture, une intrigue simple mais absolument addictive, un roman impossible à poser. Foncez, vous ne serez pas déçu·e !

A propos Victoria MARION

Rédactrice littérature, gastronomie, mode, high tech, jeux de société et tourisme/voyage.

A lire aussi

pulp-comics-delcourt

Pulp – Le comics d’Ed Brubaker et Sean Phillips

Pulp est le nouveau comics d’Ed Brubaker et Sean Phillips, paru aux éditions Delcourt, en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com