Accueil / Culture / Joyce DiDonato « Songplay » : La mezzo-soprano se réinvente entre opéra baroque, jazz et tango.

Joyce DiDonato « Songplay » : La mezzo-soprano se réinvente entre opéra baroque, jazz et tango.

Comme Ute Lemper, Marianne Crebassa et Marion Rampall avant elle, la mezzo-soprano Joyce DiDonato expérimente un beau cross over entre l’opéra baroque, le jazz et le tango.

Joyce DiDonato « Songplay »

Fort de son expérience au travers d’interprétations rayonnantes notamment sur les opéras baroques de Haendel, Monteverdi, Haydn, la cantatrice américaine déploie à nouveau un bel éventail de ses capacités vocales. Voix de velours acrobatique ou dramatique, les airs choisis ici -dont quelques raretés-permettent à la diva d’exprimer une large palette de sentiments, de la jalousie à la fureur en passant par la séduction ou l’inquiétude. On retrouve ici toute la flamboyance de la musique baroque alliée au jazz à travers des chansons pleine de mélancolie, de  fraîcheur et de vitalité. Comment rester de marbre  à l’écoute de ce « Vedrò con mio diletto » de Vivaldi, ne pas fondre d’émotion à l’écoute de ce velouté ‘Lullaby of Birdland’ signé George Shearing, ce « She Loves Me » tiré de la comédie musicale de Sheldon Harnick et Jerry Boc ou ce « In My Solitude » de Duke Ellington. Soutenue par Chuck Israels (contrebasse), Charlie Porter (trompette),  Jimmy Madison ( percussions) et Lautaro Greco (bandonéon), le tout sous la direction du pianiste et arrangeur Craig Terry, Joyce DiDonato réinvente son propre langage musical pour tirer de ces titres nouveaux et plus anciens, des versions absolument exquises. Outre les prouesses techniques, on reste sous le charme du piano, du bandonéon  et de la trompette qui nous entrainent dans une atmosphère de mélancolie vaporeuse. On retiendra aussi la sérénité dans la voix où vient se mêler une certaine intensité dramatique, qui est la marque de fabrique de la cantatrice. Fortement recommandé.

Jean-Christophe Mary

Rupture de stock

Songplay ( (Erato/Warner)

  1. Parisotti: « Se tu m’ami » / « Star vicino »
  2. Torelli: « Tu lo sai »
  3. Wrubel/Magidson: « (I’m Afraid) The Masquerade Is Over »
  4. Shearing/Weiss: « Lullaby of Birdland »
  5. Bock/Harnick: from « She Loves Me, Acte 1: « Will He Like Me? »
  6. Caccini: « Amarilli, mia bella »
  7. Scheer: « Lean Away »
  8. Vivaldi: « Col piacer della mia fede »
  9. Vivaldi: « Vedrò con mio diletto »
  10. Ellington/DeLange: « (In My) Solitude »
  11. Conti: « Quella Fiamma »
  12. Giordani: « Caro mio ben »
  13. Paisiello: « Nel cor più non mi sento »
  14. Rodgers/Hart: With a Song in My Heart »

 

A propos jean-christophe.mary

A lire aussi

Fausse Note : petits secrets entre monstres

1989. Philharmonie de Genève. A l’issue d’un concert, le chef d’orchestre H.P. Miller est importuné ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Gaming on the Rise
Why is Social Gaming on the Rise?

A few decades ago, the number of people participating in a game was restricted by ...

sol industriel beton poli
Sols industriels en béton poli

Jusqu'à une époque récente, les sols industriels en Europe étaient simplement constitués de ciment ou ...

Rentrée littéraire : Feel Good, un livre coup de poing de Thomas Gunzig

Cette rentrée littéraire 2019 promet d'être riche en pépites ! Voici l'une d'elles : "Feel ...

Fermer