Main d’œuvre agricole : voici l’origine des champions de l’agriculture française

Depuis plusieurs décennies, une classe bien particulière de travailleurs est à l’avant-garde de toutes les saisons agricoles. L’agriculture française est en effet très fortement tributaire de cette main-d’œuvre essentiellement originaire d’Europe de l’Est et du Maghreb pour rester compétitive. La période post-Covid a spécialement porté leur rôle sur le devant de la scène avec un besoin accru qui s’étend désormais à d’autres sphères de l’économie.

D’où viennent ces chevaliers verts et surtout qu’est- ce qui motive cette tendance à s’étendre toujours plus ?

champions de l’agriculture française

Quand l’Europe de l’Est et le Maghreb convergent vers l’hexagone

Les premières traces du recours à une main d’œuvre étrangère dans les champs français remontent au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Depuis lors, cette force de travail si particulière s’est érigée en pièce maîtresse de l’ensemble de l’industrie agricole française.

Notre capacité de production et de compétitivité en est tellement dépendante qu’au plus fort de la crise sanitaire, il a fallu mettre en place un dispositif spécial pour sauver les récoltes. Les autorités ont été contraintes d’aménager un dispositif réglementaire spécial pour la main-d’œuvre agricole étrangère alors même que les mesures restrictives concernant les voyageurs étaient les plus strictes.

Ce sont par exemple, plus de 900 travailleurs originaires du Maroc qui ont été mobilisés par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration en octobre 2020 pour la récolte de clémentines corses. Par ailleurs, 300 autres travailleurs ont aussi été dépêchés vers les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse pour le compte de fermes horticoles et maraîchères.

Le partenaire privilégié polonais

Dans ce ballet saisonnier qui se joue dans les campagnes françaises, l’Est de l’Europe est un partenaire privilégié. La Pologne qui est notamment l’un des pays les plus représentés de cette diaspora fournit à l’agriculture française une main d’œuvre qualifiée depuis le début du XXème siècle.

Au lendemain de la grande guerre, le manque de main d’œuvre ainsi que l’exode rural important ont rapidement mis la production agricole française dans une situation à risque. Pour y remédier, des accords internationaux signés avec des pays comme la Pologne ont permis de mettre en place un flux migratoire qui s’est progressivement transformé en ce que nous connaissons aujourd’hui.

Cela a très rapidement conduit à une institutionnalisation de facto de cette classe de travailleurs. Ces ressortissants polonais, dont la majorité disposait déjà d’expertise et de compétences agricoles, font désormais partie de la fondation même de la capacité de production de notre pays.

Le profil particulier de la main-d’œuvre agricole en provenance de Pologne le rend particulièrement attractif aux yeux des agriculteurs français sur un marché aussi bien animé par des organismes étatiques, que par des prestataires privés comme L’agence intérimaire Grupa bis pol HT, l’un des leaders du marché.

Le cadre réglementaire simplifié qui régit le contrat de travail ainsi que les prix compétitifs sont autant d’arguments qui favorisent le recrutement de main- d’œuvre étrangère saisonnière. En somme, ce ne sont pas moins de 436 000 fermes et autres exploitations agricoles qui bénéficient de la force de travail en provenance de Pologne, de Roumanie ainsi que de nombreux autres pays de l’Est.

Quand l’hôtellerie et la restauration font les yeux doux

En outre, le recrutement de main-d’œuvre étrangère saisonnière s’étend également à des secteurs comme l’hôtellerie et la restauration. La crise de la Covid-19 a également mis à mal cette industrie qui depuis lors doit faire face à une pénurie accrue de travailleurs.

L’exemple du système mis en place pour l’agriculture a très vite inspiré les approches de solutions proposées. En effet, à la suite du manque de travailleurs constaté dans ce secteur à l’été 2022, l’UMIH a entrepris de négocier auprès de la Tunisie, la mobilisation de travailleurs saisonniers comme cela fut le cas pour les récoltes passées.

En somme, le recrutement de main-d’œuvre étrangère est un véritable levier de productivité qui permet à l’agriculture française notamment de maintenir des hauts niveaux de productivité. Et lorsque l’on tient compte du contexte socio-économique international ainsi que des nouveaux acteurs qui s’invitent sur le marché, il apparaît très fortement probable que l’ensemble du système de production à ce niveau-là en devienne encore plus tributaire. Du reste, il s’agit pour les entreprises françaises, d’un  important point de performance qui ne manque pas d’être exploité.

A propos redaction

La rédaction suit les tendances du moment dans le domaine d’actualité. elle vous propose de suivre l'actualité mais aussi des chroniques de livres, cinématographiques , de suivre l'actualité de vos loisirs ( parc , spectacles , sorties ) et de vous proposer des infos fraiches par nos journalistes présents dans toutes la France qui peuvent couvrir ainsi de plus près les informations , nous proposons aussi des dossiers thématiques en fonction de l'actualité et des podcasts audio et vidéos .

A lire aussi

THE EDGE Expérience VR immersive à couper le souffle

THE EDGE revient en 2023. Prêts pour un voyage aux portes du réel ? Mettez vos …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com